Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 47
Invisible : 1
Total : 51
· Tychilios
Équipe de gestion
· Maschoune · Catwoman
13161 membres inscrits

Montréal: 3 août 14:30:11
Paris: 3 août 20:30:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de devil may cry Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



l'amour n'est jamais triste.il se mouille de pleurs pour que poussent ses fleurs.
   

devil may cry

Poèmes : 154
Commentaires : 880
Connexions : 3397
Pages consultées : 66008

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 20 juillet 2010
Dernière connexion : il y a un an

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : Louis Cypher
Date de naissance : 12 décembre 1968
Sexe : Masculin
Lieu : paris



Autres informations

Film préféré : american history x
Style musical préféré : hard rock




Passe-temps


Pose tes larmes sur mes yeux
je les colorerai de leur bleu
dirige ton regard à ce regard
j'absorberai tous les brouillards
et si tes lèvres se posent au miennes
les couleurs de l'arc en ciel je ferai tiennes



Son histoire

« Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d'un peu se respirer le coeur,
Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme! »
Edmond ROSTAND



Projets futurs


Bras de fer ,
Coeur d'argent ,
Cape ébène ,
Regard de sang ,
Tel un loup...
Solitaire ,
T'observe ,
Ombre noire...
Suit tes pas ,
En silence ,
En rêvant ,
Te protégeant ,
De ses compères
Affamés
De jeunesse ,
De l'innocence...
Tes mouvements...
Ne pas te toucher ,
Peur de te briser ,
Juste t'aimer...
Aux creux des songes ,
Il vole Morphée ,
Liant tes nuits
D'éternité...
Aux creux des songes ,
Il vole tes larmes ,
Transforme en charmes ;
Sourire endormi...
Voilée de blanc ,
Lèvres vermeilles ,
Cheveux au vent ,
Corps reposant...
Te souffle une brise ,
D'haleine fraîche ,
Seule offrande
Qu'il se permet...
En silence ,
En rêvant ,
Te protégeant ,
De ses compères...

Fraisie



Autre



L’ange déchu

Elle


Luis Royo

Elle a ouvert ses yeux
Et j’ai fermé les miens
Elle a ouvert ses mains
Et j’ai blessé les dieux
Oubliant leur fatalité
Reniant leurs connaissances
Effaçant leur magnificence
Du sourire qu’elle m’a confié.

Elle a ouvert ses lèvres
Et j’ai goûté ses murmures
Elle a ouvert mes blessures
Et j’ai bu le miel de ses fièvres
Gommant les douleurs
D’un amour renaissant,
Construisant un château flamboyant,
Une caresse qui bannit mes torpeurs.

Elle a ouvert ses désirs
Et j’ai, en elle, soumis les miens
Elle a ouvert son sein
Et j’y ai joué de la lyre
Caressant les fils de ses envies
Découvrant chaque note
Qui une à une se note
Sur la portée de nos plaisirs, douce mélodie…..

Elle a ouvert ses secrets
Et je les ai oubliés, pour ne pas la gêner
Elle a ouvert mes secrets
Et je les ai oubliés, pour ne pas la troubler
Effaçant ce qui a été, ne gardant que ce qui est
Découvrant le plaisir
De me perdre dans ses rires
Qu’elle dépose de ses baisers.


Premier épitre


Luis Royo

Elle a dévoilé mon regard
Aux rêves de l'amour
Lui a appris les égards
L'abandon sans recours.

Je m'y suis converti
Dévot de ses enseignements,
Sans contrainte, sans répit
Je lui offre ce cœur sans saignements.

Je me flagelle de sa tendresse
Et m’immole à sa douceur
Ne cherchant nuls sagesses
Juste d'habiller mon cœur.

Et quand ses passions
Surpassent les prières
Je me damne à ses pulsions
Et y voue ma chair toute entière.

Je la vois déjà lâché ma main,
Demain elle se sera envolée
Et aujourd'hui je me souviens
Que le diable peut pleurer.


La chute


Luis Royo

Sur la plainte d'une guitare,
Dans l'ombre de ton regard,
S'envolent les souvenirs.
Déchu, l'ange de l'avenir,
Voit ses ailes se consumer,
Vers les chambres emmurées
Où l'on enferme nos sentiments
Qui sur nos lèvres, trop brûlants,
S'abandonnent à la blessure d'un baiser.
Les lèvres aux tiennes encore collées,
La tête tournée vers ces ombres enlacées,
Les yeux, de ton image, aveuglés,
Il ne voit pas sa chute se terminer.
Il ne voit pas le sol se rapprocher.
Dans la pluie qui reflète ton regard,
Il se laisse caresser, se perd hagard.
Accroché à des lambeaux de désirs,
Il cherche l'ivresse de ses plaisirs,
Course éperdue vers d'autres blessures
Qui pourraient éclairer à nouveau le futur.
Dans un dernier craquement, il replie ses ailes
S'enveloppe de ce dernier frisson charnel
Où se perd le crépuscule de ses pleurs
Et des brides de vie comme une rumeur.


L'ultime prière


Luis Royo

Vous me demandez d’oublier
Alors que c’est son sourire
Qui sur mes yeux s’est tatoué
Et que l’on ne peut assombrir.

Vous me demandez de guérir
Alors que ce sont ses caresses,
Sous lesquelles j'ai aimé frémir
Aux cicatrices qu'elles me laissent.

Vous me demandez d'aspirer
Quand c'est mon cœur qui décampe,
Ne me parlez pas d’espoir,
Mettez pas larmes à ma tempe,

Quand c’est vous, un dieu
Que j’ai vivement défié,
Quand c’est elle et ses yeux
Que j’ai lâchement blessé.

Ce ne sont pas mes larmes
Que vous voyez couler,
Mais ce sont ses larmes
Qui m’ont été confiées.

Alors agenouillez vous
Et implorez mon pardon.
N'oubliez pas mon rendez vous
Ses larmes seront dévotion.


Désolation


Luis Royo

Assis sur le bord de la terre
Ses yeux ont perdu la lumière
Pour un rêve qu’il n’a su taire
Pour des mots qu’il ne peut défaire
Offrir ses dernières espérances aux comètes
Effacer les larmes de ses pommettes,
Les offrir à la nuit comme une défaite
Et y déposer ses dernières lueurs qu’il émiette
Les lancer au firmament comme vœux
Quand trop lourdes elles ne perlent à ses yeux
Une demande de pardon qui déchire les cieux
Ouvrir encore une fois la blessure comme ultime aveu
Quand la connaissance le gangrène
Quand la folie peu à peu l’entraîne
Vers un pays où il a bannit toute haine.
Attacher à ses propres poignets les chaînes,
De ses mains, blessées par une caresse,
Brûlées par les désirs que l’on ne confesse.
Offrir ses ailes, en une ultime tendresse
Aux Hommes pour qu’ils les dépècent.
Enfin les embraser pour illuminer son royaume
Pour réchauffer le cœur endormi du dôme
Et qu’ y résonne encore le premier psaume
Celui craint de Dieu, effacé de sa paume.


Le premier psaume


Luis Royo

Brûle mon coeur, envahit pour l’éternité ce royaume.
Déverse à jamais tes essences qui l’embaument.
Trouve l’incandescence qui naît en mes sens.
Rougeoyez, oh flammes, qu’à présent j’encense

Consumez les brides de colère qui restent en moi
Dépecez les ardeurs de haine masquant mon émoi
Ne laissez en mes cieux que l’éther de la passion
Même si en ces lieux j’oublierai toute compassion,

Aveuglé par les larmes opaques de la mélancolie.
Vous les hommes, venez, trouvez les ancolies,
Elles guérissent les déchirures, ferment les plaies,
Je n’en ai plus besoin, garder mes blessures il me plait.

Elles sont les griffures de chacune de ses caresses,
Les soirs où elle déposait sur ma peau son allégresse.
Elles sont les crocs des loups quand ses lèvres à mon cou,
Morcelaient les désirs qu’elle trouvait à son goût

Elles sont l’acide de ses larmes brûlant mes yeux
Quand son étreinte s’achevait d’un chant mélodieux.
J’ouvre ces lieux à tous ceux qui ne savent plus aimer.
Cherchez, les morsures qui vous feront à nouveau vénérer

Le vampire indécent et ses dents qui à vos chairs
Laissent la blessure indolore des plaisirs vulgaires,
S’abreuvant de vos mystères, vous dévoilant les siens,
Révélant, l’Homme honorant l’Homme, oubliant les Olympiens.

Le regard en prière, invoquant la prière comme seule réponse.
Ceux qui vivent l’un de l’autre, le seul que l’on énonce.
L’égoïsme, que l’on partage sans vouloir le partager.
Trouvez tout cela en oubliant la peur d’aimer.


La larme finale...


Luis Royo

D'une larme j'ai vaincu,
Des dieux, un monde abattu.
Ce n'est pas ce que j'ai voulu,
Je ne les ai pas convaincus.
Je ne suis qu'un ange déchu
D'un amour à jamais perdu
Et me voilà bourreau invaincu
D'une foi qu'ils ont vécu.
Mais y ont ils vraiment cru?
De l'amour qu'ont ils connu?
Eux qui se plaçaient au dessus
Eux les soi-disants élus.
A mes sentiments étendus,
Dévotion ils ont confondu
Et de leur orgueil éperdu,
Ils ne les ont point entendus.
De leurs mains le fruit défendu
S'est tout simplement corrompu,
Leur vanité s'est répandu.
Alors mon cœur, la peau trop tendu
D'une cicatrice s'est fendue,
Ouvrant la porte du paradis perdu.
Et me voilà à des yeux pendus
Ne réclamant plus mon salut
Puisqu'en eux j'ai trouvé l'absolu
Et qu'une larme m'a vaincu.




Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Un pas de trop (Poèmes d'amour)
- Sous tes mots... (Poèmes d'amour)
- Des murmures au bout des doigts (Poèmes d'amour)
- Avec ses yeux couleur de pluie (Poèmes d'amour)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1036/13395

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 80 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 112 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0200] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.