Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13081 membres inscrits

Montréal: 26 mai 19:41:07
Paris: 27 mai 01:41:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Lachésis (Moirae) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



"Dis maman, si je ris puis que je pleure, est-ce que ça fera un arc-en-ciel ?"
   

Lachésis (Moirae)

Poèmes : 87
Commentaires : 194
Connexions : 3437
Pages consultées : 12830

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 28 mai 2010
Dernière connexion : il y a 35 minutes

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Date de naissance : 30 septembre 1994
Sexe : Masculin
Lieu : Quelque part vers l'horizon
Profession : Homme par passion. (au sens biblique ?)



Autres informations

Film préféré : Regarder maman vivre sa vie
Style musical préféré : http://www.youtube.com/watch?v=FmnDXRJ7btE entre autres
Écrivain ou poète préféré : Charles Juliet, pour son hommage à ses mères. Je t'aime ma petite maman. Plus que tout.
Personnage de bande dessiné préféré : Senna de Bleach (mon avatar) et Diablo de x-men (pas celui du dessin animé...)




Passe-temps

Me relever je crois. C'est moins ce que j'aime le plus, que ce que je fais le plus. Au final le résultat est là, ça passe le temps.



Son histoire

(1994-????) Cela résume déjà beaucoup en fait. En y réfléchissant quelques instants : vous pouvez deviner que je suis né, et que je suis toujours là. Donc au moins je flâne, je rêve, j'écris, je lis et je contemple occasionnellement les nuages voyager. Parfois je me pose quelques questions aussi. Histoire d'occuper le mécanisme d'une pensée qui sinon tournerait à vide. Ce serait dommage.



Projets futurs

J'aimerais trouver quelque chose d'original ou de poignant à écrire, comme chacun cherche pour son profil, mais il n'y a jamais qu'une seule chose que je veux, fonder une famille heureuse, et lui dédier ma vie entière.



Autre

À chaque instant, à chaque seconde, j'apprends la vie, et c'est de ses erreurs que l'on apprends le mieux... D'ailleurs je crois avoir également beaucoup appris des erreurs des autres, peut-être trop. J'aime au moins partager cette expérience du mieux que je peux, pour éviter aux autres d'avoir à subir de même.



Dernière entrée au journal

Publiée : 6 mai à 05:50
Titre : Le gros discours à la fin du film - 1 commentaire sur cette entrée

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas epanché ici. J'ai tenu ce discours à l'instant, mot pour mot. Et oui, je m'exprime ainsi à l'oral.

"Je veux quitter l'hospitalisation. Je dois quitter l'hospitalisation. Alors au-delà de quelques inconvénients et désagréments mais facilement corrigibles, l'hospitalisation ne me dérange absolument pas et elle aurait pu m'aider. Mais quelque chose de bien plus important que moi m'appelle. Enfin, étant donné le service dans lequel nous nous trouvons, comment vous m'avez déjà demandé si j'entendais des voix, et l'intensité avec laquelle je l'ai utilisé, "m'appelle" n'est peut-être pas le terme le plus judicieux à employer. Quelque chose non plus. Quand je suis arrivé jeudi, je vous ai dit que j'allais mieux depuis quelques jours, que c'est pourquoi j'ai trouvé l'énergie de venir. Cela fait maintenant une dizaine de jours que ça va mieux. Avant cela j'étais au plus bas où j'ai été depuis des années, et pourtant j'ai été bien bas. Mais j'ai rencontré une personne. Elle a su me sortir la tête de l'eau, elle a su me tirer vers le haut, m'apporter une énergie comme rarement j'en ai eue. Il est de ces rencontres dont on n'explique pas la candeur, la pureté, la force, ce fut sans aucun doute une de celles-ci. En quelques jours j'ai plus appris à la connaître et nous nous sommes plus rapprochés que je n'ai appris à connaître ou ai su créer des lien avec n'importe qui d'autre dans ma vie, même des gens qui sont là depuis des années. Elle a été un phare dans la brume de mes tourments, que dis-je un phare, elle a été un astre, une péninsule (j'ai ri). Mais vraiment. La métaphore de la lumière est particulièrement bien choisie. Les idées noires comme vous les appelez systématiquement. Elles n'étaient encore rien de concret, mais leur sinistre forme commençait à se dessiner. Elle les a dissipées sans leurs laisser la moindre chance de s'approcher. Elle m'a aidé à retrouvé mon énergie. J'ai recommencé à faire du sport. J'ai pu venir. J'ai recommencé à écrire (je levai la main dans laquelle je tenais un papier sur lequel justement j'avais écris le matin, texte que je publierai sûrement un peu plus tard), j'ai recommencé à lire, j'ai recommencé à apprendre des poèmes. Pas plus tard que vendredi et samedi. J'ai appris la tirade du caractère de la clémence de Shakespeare, dans l'anglais originel, c'est plus fidèle, vendredi. Et samedi j'ai appris un poème de Alfred Tennyson, la cinquantième partie de In Memoriam. J'ai été surpris par combien ça m'a été facile d'ailleurs. Je n'ai eu besoin de les lire que quelques fois, une dizaine de lecture tout au plus. En prenant en compte malgré tout que jeudi avant de venir je les avais recopiés une fois, pour avoir une feuille à relire ce qui est non négligeable dans la mémorisation. Mais j'avais peur que ce que me soit un peu difficile, rien d'insurmontable, j'ai toujours eu une très bonne mémoire (d'avoir pour vous, de mémoire je me souviens de tout mon monologue que je vous présente ici), mais un peu de difficulté néanmoins parce que je n'avais pas fait cet effort depuis un certains temps, mais ça a été ridiculement facile. Elle m'a apporté tant, plus que des mots ne sauraient décrire, même avec ma volubilité. Elle traverse ses propres épreuves et c'est à moi de l'aider. Aller la rejoindre, la soutenir, dissiper autant que possible son propre brouillard. Je vous l'ai dit, et non seulement dit mais comme je vous me l'avez fait répété, sur le cours de plusieurs entretiens, le but premier de cette hospitalisation, et pourquoi j'ai décidé de venir, était de briser le cercle vicieux dans lequel j'étais enfermé chez moi, et changer de cadre, ce que je ferai tout aussi bien sinon mieux en allant la rejoindre. Alors, ce n'est pas l'étendu de mes difficultés, et non je ne vais pas bien, mais j'ai toutes mes capacité intellectuelles, toute ma conscience, et aucune idée de suicide, je ne serai pas en danger. Et ce n'est pas une décision prise sans réflexion, et certainement pas avec un complexe de sauveur ou quoi que ce soit, je ne m'impose pas à elle, j'en ai discuté avec elle bien sûr. Toutes mes valeurs passent inconditionnellement par le respect. C'est presque mon seul discours depuis des années, depuis que je me suis réalisé, et lors de ma dernière hospitalisation avec vous déjà, et monsieur de Maricourt le sais parfaitement combien c'est grand chez moi, aider, aimer, donner (les quelques uns qui me suivent ici je pense le ressentent parfaitement au travers de mes partagés). C'est le sens que j'ai choisi de donner à ma vie, ou que je lui ai trouvé, je ne sais pas. Ce sont mes valeurs, c'est ce qui m'épanouit, c'est qui je suis. J'ai besoin de la rejoindre, de l'aider, pour elle. Mais aussi pour moi, pour pouvoir me respecter et pouvoir vivre avec moi-même."

Ils m'ont laissé sortir.

Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Visiter son site web
- Sylvie - in English in the text (1) (Poèmes d'amour)
- D'yeux crevés (Citations personnelles)
- Rêverie (Poèmes d'amour)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 992/13066

8.6%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 159 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.9%
 
 108 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.4%
 
 192 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.9%
 
 307 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,9031] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.