Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 9
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 50
· Drôle d'oiseau · ladysatin · Flora Lynn · orchidee67 · NoRa CherrAt · MaximeB · Vampireofyournights · Lachésis (Moirae) · kitcat35
12900 membres inscrits

Montréal: 21 août 11:51:10
Paris: 21 août 17:51:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de marina Aller en bas de page Cacher le panneau de droite


marina

Poèmes : 16
Commentaires : 102
Connexions : 211
Pages consultées : 2518

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 24 décembre 2016
Dernière connexion : il y a 2 heures

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Date de naissance : 1er janvier 1901



Autres informations

Écrivain ou poète préféré : Christian Bobin




Passe-temps

* Aimer mieux ceux que j'aime!
* Apprendre à mourir comme on apprends à vivre.



Son histoire

Laquelle choisir et pour quels besoins ?



Projets futurs

L'archipel des Seychelles!



Autre

Extraits : Le Marin à l'ancre de Bernard Giraudeau

- Tu me l’as dit avec un regard puis tu as ajouté : j’ai peur, et moi, ton ami, j’ai compris que tu allais partir pour te débarrasser de ce corps encombrant et que la seule peur que tu éprouvais était celle de faire ce voyage tout seul, sans nous.


- Plus loin vers l'ouest, c'est le Pérou, les Andes, le Pacifique. Le rêve blanc continue. Je n'ai rien donné pendant ce voyage. Rien qui vaille ce qu'ils m'ont donné, eux, tout au long de cette route. Je vais les laisser là. Sans bien comprendre ce qu'ils vont devenir. Je ne reviendrai pas par la route. Je n'ai pas oublié que l'oiseau est le symbole du continent américain. Que la colombe enseigna aux tribus le langage articulé. Que c'est un colibri qui annonça aux hommes la fin du déluge. Que l'ara est sacré. Je te ramène un peu de cette forêt des premiers matins du monde.

~*~


Extrait : Les hommes à terre de Bernard Giraudeau

- Il faut y aller. Tu vas rater le train.
- Des trains, on en rate beaucoup dans la vie.
- Qu'est-ce que tu racontes!
- Celui-là, je ne le raterai pas.
Sur le quai, ils se regardent. Au revoir. Des banalités. Il cherche dans le regard de Simone quelque chose pour le retenir. Il ne trouve pas, mais le cœur est gros. Elle pleure. Elle arrange le col de sa veste pour faire quelque chose, ne pas être inactive.
- Tu n'es pas fatigué?
- Non.
- Fais attention.
- A quoi?
- T'es bête.


~*~


Extraits : Cher amour de Bernard Giraudeau

- Je vous écris ces mots pour que les maux s'évanouissent. Ma main vous caresse et s'encre parfois. Faites que je puisse accoster un jour en laissant l'amarre comme une écharpe, un adieu. Je vis dans une bourrasque, balayant toute musique pour des micas éphémères, éparpillés dans l'infini des miroirs. J'espère que vous n'êtes pas un concept pour éviter la solitude.


- Je vous écris pour prolonger l'instant, en garder une trace, tordre le cou à la fugacité, à l'oubli, à l'impermanence, ceci sans succès bien sûr puisque c'est vouloir figer l'éphémère et j'aime l'éphémère, nul n'est parfait.

-

~*~

Extraits : Les dames de nage de Bernard Giraudeau


Je peux voir la canopée comme des vagues immobiles auxquelles seul le vent de la montagne donne une vie de mer sombre. Il traîne des brumes alanguies que le soleil levant finit toujours par enflammer. Au-delà il y a un grand fleuve et bien au-delà la mer, la vraie, l'infinie, qui se dessine parfois comme un trait de lumière pour souligner l'indéfini du ciel.
J'aime cet endroit comme une escale de paix. Je suis un égaré ayant décidé de se poser, de rester là dans chaque instant des souffles. J'écoute l'oiseau, un chant sur la page de silence. A la fin du jour il y a celui des voix de la vallée, isolées comme des notes échappées.
J'apprends l'attente, celle de l'instant, celle de la pluie, des jours à venir, de la nuit, de la première étoile, celle du feu pour les repas et pour réchauffer les soirs.




Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Masque de nuit (Poèmes par thèmes)
- Parfum iodé (Poèmes d'amour)
- Frisson celeste ! (Poèmes d'amour)
- Et si... (Poèmes d'amour)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 901/12895

8.4%
 
 76 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.9%
 
 71 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5.2%
 
 47 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.5%
 
 140 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.9%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

11%
 
 99 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.4%
 
 175 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.6%
 
 276 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0149] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.