Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 27
· Maximus Julius
12995 membres inscrits

Montréal: 14 août 09:16:12
Paris: 14 août 15:16:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Octobre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



en mon jardin sa vie
   

Octobre

Poèmes : 25
Commentaires : 812
Connexions : 1356
Pages consultées : 21981

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 26 avril 2008
Dernière connexion : il y a un an

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : ci-dessus à deux balles
Date de naissance : 26 avril 2008
Lieu : y
Profession : équarrisseur dans le sens du poil



Autres informations

Film préféré : au lit
Style musical préféré : avec des notes
Écrivain ou poète préféré : cantona que l'amour
Personnage de bande dessiné préféré : François Asselineau




Autre


- - allons-nous passer la nuit ainsi ?

-- ...

- - je veux dire : allons-nous passer la nuit ainsi , vous et moi, à attendre ?

-- ...

- - attendre , attendre encore , je n'ai rien contre, au contraire , mais j'ai un peu froid

-- quand il fait froid quelque part , il y fait froid pour tout le monde ; si vous ne savez pas pourquoi , parlez-moi , ça vous réchauffera

- - je veux bien , merci ; et merci de me parler ..
sachez que je ne veux rien brusquer , mais allons-nous passer la nuit ainsi à attendre , allongés , côte à côte , sans que rien ne se passe ?

-- a-t-il jamais été question que quelque chose se passe ?

- - mais pourquoi sommes-nous ici , que faisons-nous à attendre allongés côte à côte ?

-- nous sommes allongés côte à côte parce que j'étais seul et que vous vous êtes allongée à côté d'un autre

- - mais pourquoi ? depuis ce matin où je vous ai suivi sans jamais rien vous demander , je ne sais rien de vous , même pas votre nom ; que s'est-il passé pour que nous en arrivions là ?

-- j'étais au café ce matin , dans ce café désert , vous à une table , moi à une autre , vous vous souvenez ?
vous m'avez regardé , je vous ai regardée , nous nous sommes regardés , nous nous sommes regardés , nous nous sommes regardés , vous à une table , moi à une autre , nous nous sommes regardés , et quoi ?

- - et nous n'avons fait que cela , comme s'il n'y avait rien d'autre à faire, dans ce café désert , plus rien d'autre , et nous ne sommes plus quittés des yeux ; pourquoi ?

-- nous n'avions que nos yeux pour ne rien dire , je crois ; il est parfois davantage question que quelque chose passe plutôt que se passe

- - et vous vous êtes levé , jetant quelques pièces sur la table , sans avoir bu votre café , et soudain , vous n'avez plus regardé ce que vous regardiez intensément depuis près d'une heure ; était-ce moi d'ailleurs que vous regardiez ? je crois que oui puisqu'il n'y avait que vous et moi dans ce café désert et que vous regardiez vers moi et que vous regardiez mes yeux ; jusqu'au moment où vous avez regardé par terre pour voir si vous n'y laissiez pas quelque chose

-- je n'étais plus sûr d'avoir mes jambes , ça arrive quand on a peur de ne plus pouvoir partir

- - et puis vous vous êtes dirigé lentement vers la sortie ; j'étais placée tout près de la porte , vous êtes passé tout près de moi - si près que j'ai cru me rappeler que c'était moi ! - votre main tremblait ; vous vous êtes arrêté un court moment, regardant au dehors , où rien ne bougeait , mais si intensément , comme si vous attendiez quelque chose ; et votre main tremblait de plus en plus ! mais vous n'avez rien dit quand l'autre main s'est mise à pousser la porte vers ce dehors où rien n'existe
je ne sais pas qui vous êtes ni pourquoi je vous ai regardé, encore moins pourquoi je vous ai suivi ; depuis ce matin ,une éternité m'a vu naître , je l'ai laissée faire
maintenant , il fait nuit , il fait froid , il me semble que je suis là , allongée à côté d'un homme dont je ne sais rien , qui ne dit rien , qui n'a rien du matin ni du soir , dont je ne connais pas la voix , je sais seulement que nous sommes là , en travers de cette voie ferrée , posés sur des rails qui me font mal au dos , et quand j'ose enfin vous demander ce que nous faisons ici , côte à côte , sous cette pluie fine qui ne veut pas finir , vous me dites que rien ne se passera mais que quelque chose doit passer
je vous supplie de me croire quand je vous dis que je ne veux rien brusquer, vraiment , mais est-ce que vous comprenez qu'on puisse attendre d'un homme autre chose qu'un train ?

-- franchement , amie , vous vous attendiez à quoi ?

- - je ne m'attendais pas à cette voix ...

--vous devriez vous demander pourquoi tout cela ; mais vous le devriez sans réfléchir ; quand une femme s'allonge en travers d' une voie ferrée à côté d'un homme , c'est souvent parce qu'elle ne le connait pas ; sinon , elle ne le ferait pas

- - je suis d'accord avec ça , les femmes ont une intuition qui n'appartient qu'à elles ; j'ai mal au dos , j'ai froid , et pourtant je persiste ; je ne me l'explique pas autrement que pour vous faire plaisir , tandis que vous n' attendez qu'un train sans rien m'en dire

-- depuis le début , je n'ai rien dit parce que je pensais que le silence pourrait suffire à notre explication ; je me suis trompé , vous êtes de celles que rien n'habite assez ; - résidez-vous en rez de chaussée ? - vous vous êtes mise à attendre quelque chose , comme d'autres quêtent à la sortie des gares ; maintenant que je vous parle , vous voulez tout savoir du hasard qui arrive à son train et d'un train qui fonce à pleine vitesse ; nous ne sommes que là , mais le sommes en plein , anonymes , superbement anonymes , côte à côte ; ne rien savoir , ne rien toucher , sans pouvoir nous quitter , il n'y a pas de plus belle générosité , la nuit ne fait rien à l'affaire
vous venez de dire à l'instant, ( émue, je crois ) , que vous ne vous attendiez pas à cette voix ..

- - c'est vrai , votre voix ne parle pas , elle dit le beau temps qu'il fait quand il pleut , elle dit ...

-- il suffit , amie !
elle vous rappelle une voix qui n'en appelle pas d'autre
ce matin , au café , vous pouviez ne pas me regarder quand je vous ai regardée , mais vous m'avez regardé ; vous aviez la possibilité de ne pas me suivre quand je suis sorti me dissoudre , vous m'avez suivi ; après avoir marché tout le jour , vous pouviez ne pas vous allonger , vous vous êtes allongée ; finalement , vous pouviez vous allonger plus loin , un peu du moins , vous vous êtes allongée tout près ; les heures ayant passé , vous pouviez en avoir assez et partir , mais vous êtes restée malgré ces rails dans le dos qui font un mal de chien et le froid qui tenaille ; et nous voilà côte à côte ; s' il fait nuit depuis quelques heures pour vous , sachez qu' il fait nuit pour moi

- - est-ce assez pour nous réunir ?

-- il n'est donc plus simplement question d'un train ... ?

- - c'est à dire ...j'aim ...

-- la nuit , que peut-on en dire ? la nuit ne fait rien par elle-même , ne fabrique rien , elle permet , pire ! elle laisse libres ...
il n'y a pas de plus grande névrose que la liberté , voilà pourquoi nous sommes sur des rails

- - il faudrait que j'ose quelque chose mais j'ai peur de tout perdre

-- de tout perdre ?

- - de tout perdre bêtement si je ...

-- vous faites vos comptes

- - non , j'ai vraiment peur vous savez

-- que voulez-vous que je fasse de ceci ? bienvenue au coeur de la nuit , il n'y a que la nuit pour faire tout cela
ne sentez-vous pas qui vous êtes quand vous êtes dans ses mains , dans ses bras , dans son souffle ? mais par dessus tout , ne sentez-vous pas à quel point un homme attend un train ?

- - ce train qui doit passer , combien seront-ils à l'avoir attendu cette nuit ?

-- aucun

- - vous voulez dire que tout est possible ?

-- oui, vous êtes tout à fait là à présent

- - c'est ...

-- tandis que je n'y suis plus que presque

- - mais ...

-- ces deux réunis , ça fait trop pour stopper un train

- - trop ...?

-- ...et trop peu pour espérer le mettre en marche

- - non ...

-- si , excusez-moi , il faut que j'y aille

- - pourquoi " il faut " ?

-- ces rails ne me font plus rien , il va faire jour , j'ai chaud , il s'est même arrêté de pleuvoir , je n'ai plus peur , je n'y crois plus, mais vous ...

- - oui ?...

-- vous pouvez continuer d'attendre le frisson si vous voulez , et même dormir

- - dormir ???

-- et même dormir ...
cette voie est désaffectée depuis la fin de la guerre
il fait beau depuis
il fait toujours beau par ici
hélas



Dernière entrée au journal

Publiée : 30 janvier 2017 à 14:46
Titre : mon programme - 3 commentaires sur cette entrée


ayant parcouru la France depuis de nombreux mois , j'ai fait l'expertise sincère et véritable qu'il faut remettre du neuf partout dans le nouveau afin de remettre à sa main ce que l'on foule au pied depuis trop longtemps

mon constat simple est que , plus on se grandira et plus on aura de chances de croître car ce n'est vraiment qu'ensemble que je suis plus nombreux

ne passons plus à côté des sentiers battus , groupons nos différences et passons à travers

mes chers compatriotes , agir ne suffit plus , il faut dépasser nos paliers
en marche les escaliers !

dès mon arrivée au pouvoir , je proposerai l'allocation systématique d'un crédit-carembar de 500 euros pour tous les jeunes de moins de cent ans  car eux seuls sont l' avenir de notre système dentaire

dès mon arrivée , j'incarnerai cet esprit de renouveau dans la proximité en mettant tout en œuvre pour prendre du recul

dès mon arrivée, je remettrai de l'huile dans les rouages de l'économie après avoir fait la vidange

dès mon arrivée , je proposerai la suppression du chômage par la mise en chantier rapide de divers chantiers et si ça n'est pas suffisant , j'augmenterai la cadence de la rapidité

dès mon arrivée , je réduirai la fracture et veillerai sans relâche à la suppression des malades dans le domaine hospitalier

dès mon arrivée , j'ouvrirai la France étriquée sur le monde extérieur en renvoyant si nécessaire les Français récalcitrants dans leur pays d'origine

dès mon arrivée , je prendrai des mesures d'urgence pour rendre plus équitable le saut de trop nombreux obstacles ; en cas d'obstruction , je rétablirai l'équitation

dès mon arrivée , j'imposerai que la sécurité pour tous devienne la priorité de tous , y compris ceux qui viennent de la droite

dès mon arrivée , je ferai en sorte que le droit fondamental des femmes à travailler davantage emporte le stimulus d'une société où vivre mieux ne rime pas forcement avec travailler seul

dès mon arrivée, j'assurerai aux exclus du système la mise en perspective d'une priorisation par octroi solidaire d'un statut précaire réellement permanent

dès mon arrivée , j'accorderai à tous le droit de vote entre deux élections ainsi que le droit de voûte aux personnes âgées , y compris pendant les élections

dès mon arrivée , je débloquerai les contraintes pesant sur les normes afin de libérer les énergies de demain en leur assurant un caractère d'avenir essentiellement renouvelable

mes chers compatriotes , soyez assurés que , dès mon arrivée soufflera un nouveau départ , celui de mon prédécesseur, et qu'ensemble nous parviendrons à enclencher les mécanismes profitables à tous de mon programme limpide

vive la république
vive la 'rance

Emmanuel Micron

Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- rigole (Autres poèmes)
- ta main mate (Autres poèmes)
- Les silos (Autres poèmes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 946/12983

8.6%
 
 81 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5.2%
 
 49 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.6%
 
 148 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.9%
 
 103 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.3%
 
 183 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.8%
 
 291 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0302] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.