Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 27
· Lucie Granville
Équipe de gestion
· Maschoune
13153 membres inscrits

Montréal: 7 déc 07:46:37
Paris: 7 déc 13:46:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de bekrimation Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Celui dont le visage ne brille pas ne sera jamais une étoile
   

bekrimation

Poèmes : 45
Commentaires : 929
Connexions : 812
Pages consultées : 18207

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 1er mai 2008
Dernière connexion : il y a un an

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : Bekri Mohammed
Date de naissance : 14 février 1955
Sexe : Masculin
Lieu : Casablanca - Maroc



Autres informations

Film préféré : le cinema d'auteur
Style musical préféré : music hall
Écrivain ou poète préféré : jacques prévert-Leo ferre- Verlaine- Pablo Neruda - Mahmoud Derwish - adonis et pleins d'autres...




Passe-temps

musique cinéma lecture



Son histoire

Auteur d'une dizaine de recueils(dont 3 publiés) entre 1981 et 2000.



Dernière entrée au journal

Publiée : 31 octobre 2008 à 20:14
Titre : Est-ce ainsi que les hommes vivent.. - 4 commentaires sur cette entrée

Je veux juste faire découvrir les chansons de Léo Ferré que j'ai eu le plaisir de rencontrer en 1985 à Casablanca.
Je crois que, si j'ai bonne mémoire, un poème de Paul Eluard - corrigez-moi si je me trompe! Pour ceux qui le désirent j'ai les textes en PDF de 80 de ses chansons les plus célèbres.
Voir ici :
Léo Ferré : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?




Léo Ferré
Est-ce ainsi que les hommes vivent ?



Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
A quoi bon puisque c'est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays.
Coeur léger coeur changeant coeur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit.
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien
Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un coeur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.

Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu.
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes c ils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton coeur
Un dragon plongea son couteau
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.



Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Une gorgée de soleil suffit... (Poèmes d'amour)
- Printemps aride (Autres poèmes)
- Les dompteurs de serpents ... (Poèmes d'amour)
- Espoirs enfouis... (Poèmes tristes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1014/13130

8.7%
 
 88 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.9%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.9%
 
 161 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 109 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 195 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.1%
 
 315 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0182] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.