Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 334
Invisible : 0
Total : 336
· Fried
Équipe de gestion
· Maschoune
13100 membres inscrits

Montréal: 18 avr 07:06:59
Paris: 18 avr 13:06:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de alalea Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



et d'un si vis pacem, on baise amor....
   

alalea

Poèmes : 55
Commentaires : 1141
Connexions : 1008
Pages consultées : 29723

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 28 septembre 2010
Dernière connexion : il y a 16 jours

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Sexe : Féminin
Lieu : québec
Profession : médiatrice



Autres informations

Film préféré : variable... Incendi dernièrement
Style musical préféré : blues, jazz et tutti
Écrivain ou poète préféré : variable comme les saisons




Dernière entrée au journal

Publiée : 27 août 2012 à 21:55
Titre : je t'aime, mon fils - 4 commentaires sur cette entrée

Me souviens de toi tout petit … puis enfant. Tant de doux souvenirs, notre symbiose. Tes sourires, tes demandes de chatouilles et de grattages de dos : ‘’gratte et masse moi le dos, m’man’’ … quinze minutes plus tard : ‘’ok, mon Grand, ma main engourdit’’ … ‘’oui, mais là, faut que tu me chatouilles!’’ … tes rires, tes petits cris, les bisous, les calins. J’en profitais bien de la période chatouillage moi aussi. Nous étions au plaisir de notre affection. Ça coulait, ça ronflait, ça ronronnait. Tu as toujours été une personne aimable alors, moi, je t’aimais et t’aime encore.
Tu as grandi… pourquoi? Parce qu’il le fallait bien! Tu es devenu ado. À part quelques heurts, c’était plutôt doux. Tes ‘’chums’’ me trouvaient ‘’cool’’. Moi, je les avais connu enfants et les aimais aussi. Tu es unique et fils unique également. Il y avait toujours de la place pour tes copains.
Je n’ai rien vu venir ou trop mal, peut être.
Les premières bières, bof… les premiers joints… pas grave, on a fait pareil…
Tu me questionnais sur ma jeunesse et je te répondais ma vérité.
Tes premiers essais d’autres substances… faut pas stresser, moi j’en parlais même pas à la mienne… alors que tu le dises à la tienne, je trouvais ça rassurant, à l’époque.
Et là, mon fils, mon amour, j’avais tort. Tes joints, c’était pas les nôtres. Les nôtres, ils nous faisaient rire en écoutant les ‘’Lundis des HaHa!’’. Puis, on avait faim et on se commandait une grande pizza ‘’all dressed’’. Les tiens, on les avait essayé, avec Raymond et Élaine. Ils sont dévastateurs. Pas drôles et assommants. Ton herbe n’était pas mon herbe. J’avais loupé ta réalité, mon ange, je pense.
Mais, je n’avais pas encore assez peur, sans doute. Je me disais : ‘’c’est mon fils, mon Grand… il articule, s’exprime, est plein d’humour… s’entend avec les autres et même, mieux que moi, avec les Autres. Me donne un bisou quand je demande… lit, travaille, étudie… et, c’est mon fils…’’. J’avais mal évalué, par incompétence, ce que sont les drogues d’aujourd’hui ou, pour je ne sais quelles raisons exactement, ce qu’elles seraient pour toi, pour ta sensibilité.
Ta descente aux enfers. Ma peur sans arrêt. Ma main vers toi qui, un temps, n’a servi qu’à payer. Mais, je pouvais donc je faisais, ça allait… je te voyais … ton corps qui se rétractait quand je tentais de le serrer. Mais, tu me parlais. Même trop, des fois, pour ma capacité émotive. J’écoutais. Tu me racontais tout. Me mentais aussi, parfois, mais bon…. Et moi, ce tout, je ne savais pas quoi en faire. J’ai été me faire aider, moi, ‘’l’anti-psy’’ jusqu’alors.
Mais, mon fils, mon amour, toi aussi… ce 18 mai, tu m’as demandé de t’amener… tu as fait une thérapie, une cure, une ‘’mane-it’’. Suis retournée te chercher le 19 juin… et tu tiens!!!
Tes ‘’rush’’ s’espacent
Mes ‘’rush’’ s’atténuent
Tu exprimes de nouveau
Je respire un peu mieux
Tu me dis que tu m’aimes
Et moi, je t’aime…
Donnerais, si je pouvais, les éternités qui me restent pour que tu sois heureux, mon fils, mon Grand, mon amour.

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- (5 & Alalea) (Poèmes collectifs)
- toi loukoum, moi baklava (repost... je le trouve drôle) (Poèmes loufoques)
- encore (Autres poèmes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 987/13096

8.6%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5.1%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16.1%
 
 159 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 107 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.3%
 
 190 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.9%
 
 305 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.