Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 402
Invisible : 0
Total : 402
13166 membres inscrits

Montréal: 12 déc 22:46:14
Paris: 13 déc 04:46:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de vinicius Aller en bas de page Cacher le panneau de droite


vinicius

Poèmes : 35
Commentaires : 173
Connexions : 423
Pages consultées : 10638

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 21 mai 2011
Dernière connexion : il y a 3 mois

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : Jacques-Alain
Sexe : Masculin
Lieu : IDf et Rio de Janeiro
Profession : rayé des contrôles de l'activité



Autres informations

Film préféré : le nom de la rose
Style musical préféré : Jazz et musique brésilienne
Écrivain ou poète préféré : Blaise Cendrars
Personnage de bande dessiné préféré : Tintin




Passe-temps

La marche en forêt, lecture et écriture,les voyages.



Son histoire

Je vis en région parisienne (trop souvent) un peu au Brésil (pas assez) et je voyage encore beaucoup, un peu pour conseiller des amis de l’industrie touristique et surtout par goût.
Une histoire pour vous raconter…

…Au commencement une boîte à lettres

Quand j’étais adolescent, il m’était souvent confié la tâche d’aller relever le courrier dans la boîte à lettres.
Les boîtes à lettres du « clos » où j’habitais étaient situées à l’entrée à gauche d’un vieux portail en fer forgé rouillé qui criait sur ses ferrures anciennes, fixées sur un muret et à l’abri sous un auvent de tuiles rouges. Toutes les boîtes n’étaient pas identiques il y en avait des grandes, des plus petites toutes de couleurs différentes, elles étaient fixées au mur sans ordre particulier un peu comme si l’on avait voulu que l’ensemble donne l’idée d’un kaléidoscope . La mienne était bleu délavé et placée dans la rangée la plus haute, je devais me mettre sur la pointe des pieds pour introduire la clé dans la serrure.
L’endroit me plaisait et j’aimais y venir pour « prendre le courrier » car j’y rencontrais souvent une jeune voisine dont le père était navigateur au long cours, aussi sa boîte était toujours pleine de lettres qui provenaient des escales lointaines de son père.
Elle me montrait les enveloppes et moi j’étais fasciné par les timbres et les oblitérations :
Afrique Occidentale Française, Madagascar, Côte Française des Somalies et même Indochine, Wallis et Futuna. Je voyageais les yeux fixés sur le bleu de ma boîte comme si c’était la mer, l’horizon au-delà duquel je me transportais en rêve.
Aujourd’hui lorsque je vais relever le courrier dans ma boîte à lettre grise qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celles de mes voisins, je ne rêve plus car même les contenus sont devenus identiques, papiers, dépliants tracts publicitaires.
Comment et surtout à quoi rêver les yeux fixés sur du métal gris en tenant dans ses mains une enveloppe sans timbre ?

Des années à voyager, la rencontre du Brésil, de Jemanja, j écris mes instants d’année avec les yeux tournés vers mes rêves passés et à venir.

*****





Projets futurs

finir l'écriture d'un recueil de "nouvelles"...
Supporter "Unidos da Tijuca" mon école de samba



Autre

Depuis très longtemps, depuis toujours
Mon âme en quête d’harmonie
A cherché des notes nuit et jour
Pour obliger mon maigre génie
Aux sciences et à la liberté
J’ai pensé être une divinité
Rêvé d’être un Zorro- Astre
Sur de la toile sur du métal
J’allai en marche vers les astres
Humble pesanteur pour un humble vassal
J’empruntai la route des étoiles
Et semai à tous les vents les grains
Des pensées de mon esprit chagrin.
Alors dans ce recueil je me dévoile.



Dernière entrée au journal

Publiée : 7 octobre 2011 à 11:47
Titre : Pour vous raconter...

Je vais souvent au Brésil, pendant longtemps je l’ai visité, parcouru, j’y retourne toujours et sans mentir je peux dire que c’est comme si j’y avais vécu. Je m’aperçois maintenant avec un peu de recul que je n’en suis jamais tout à fait revenu.
On m’a dit qu’il n’y a là rien de bien étonnant, que le Brésil est terre d’évidentes et faciles séductions, que l’on s’attache , en outre, à tout pays où le hasard des circonstances vous permet d’user avec bonheur une petite tranche de votre vie, surtout lorsque votre métier vous confère le privilège et le devoir d’observer, dans leur gratuité même, les choses et les gens, de les comprendre , de les expliquer, ce qui est déjà, qu’on le veuille ou non, une manière de les aimer.
J’ai donc aimé le Brésil et les brésiliens .C’était apparemment facile. J’ai habité les premiers temps une carte postale. L’arc parfait de Copacabana s’inscrivait dans le cadre de mes fenêtres. Coté cuisine un morceau de forêt presque vierge au sommet d’un « morro » intercalait une délicate estampe coloniale entre deux quartiers mangés par le béton et animés d’un mouvement frénétique. Une autre vie s’y accrochait, miséreuse mais charmante avec ses baraques aux couleurs tendres.
Cette extravagante géographie « carioca » j’en ai retrouvé souvent le reflet dans la manière de vivre et de penser de mes amis brésiliens. Pour Paul Claudel le Brésil est « le coté rigolo de l’existence ».En ce qui me concerne j’ai eu tout simplement l’impression de réapprendre à marcher, à me mouvoir dans une nouvelle dimension, à respirer à un autre rythme.
Mes premiers séjours ne se sont pas faits sans faux pas, il m’arrivait d’être excédé. L’espace, ici abolissait le temps et ses mesquines conventions. Il m’a fallu pour faire mienne cette liberté, ce naturel des corps, cette spontanéité fugitive des cœurs , prendre vraiment la mesure ou plutôt la démesure de cette étrange, fascinante, si proche et à la fois si lointaine planète. De Manaus à porto-Alegre, de Bahia à Belo Horizonte, j’ai découvert un monde multiple, formidablement contrasté. Et pourtant ce monde m’est apparu étrangement homogène. Une cohérence instinctive surgissait de ce chaos de couleurs, de races, de paysages, de milieux.
Il existe encore, inachevée et tâtonnante toute en proie à la difficulté d’être « une civilisation brésilienne »
Créer une civilisation n’est pas le privilège de tous les pays neufs. Le Brésil fait bien autre chose que séduire ; il « marque » atteint l’être et l’engage. Il impose un choix. On le refuse ou on l’accepte en bloc.
Bien davantage qu’un pays continent c’est devenu un mythe
Mais il ne faut pas s’effrayer pour autant .Le Brésil sait mieux que tout autre pays s’offrir à bras ouverts sans voile ni faux mystère. Et même si vous arrivez à découvrir dans le breuvage qu’il vous propose des ingrédients plus subtils, plus inquiétants que vous avez pu l’imaginer, même si vous apprenez vite à discerner, derrière la douceur de cette vie, ses extases, sa tendresse, l’ombre toujours et encore présente d’une angoisse, vous reconnaîtrez aussi , instinctivement, cette saveur douce-amère, cette « saudade »comme l’on dit là-bas, comme celle d’une nostalgie familière qui arrive de très loin à travers l’océan et les siècles : du Portugal des navigateurs conquérants à l’Afrique des esclaves déportés.

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Visiter son site web
Qui Es-tu ? (Autres poèmes)
- Voeux (Autres poèmes)
- Matin De Carnaval (Autres poèmes)
- Matin De Brésil (Autres poèmes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1014/13130

8.7%
 
 88 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.9%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.9%
 
 161 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 109 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 195 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.1%
 
 315 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0260] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.