Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 259
Invisible : 1
Total : 263
· Pascal · Shaula · Drôle d'oiseau
13088 membres inscrits

Montréal: 24 mars 10:04:19
Paris: 24 mars 15:04:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Mon cœur dans ses socquettes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 13 févr 2007 à 02:31
Modifié:  13 févr 2007 à 03:45 par LOOY
Citer     Aller en bas de page

Mon cœur dans ses socquettes

Le soir tombait à peine,
Et mon regard d’enfant
S’est perdu comme avant,
Plus de larme et de peine ;

J’avais dans une main
Ce petit cœur de rien ;
J’avais dans l’autre main
L’amour, un calepin ;

Elle était là, debout,
Elle riait gamine,
Des rimes enfantines
Qu’elle avait en dessous ;

Et j’ai écrit amour
Avec mon petit rien
Sur le zest de ses reins,
Poésie de toujours ;

Et j’ai écrit toujours
Dessus mon calepin,
Lui ai tendu les mains,
Et elle a pris l’amour ;

Lui ai tendu mon cœur,
Elle a tendu le sien,
Et comme des gamins,
On s’est perdu des heures ;

Pourquoi le calepin ?
Lui demandai-je enfin ;
Et de ses yeux moqueurs,
Elle m’a dit son bonheur ;

Pourquoi demain promettre
Si aujourd’hui c’est bien,
Pourquoi demain remettre
Cet amour qui me tient ;

Ferme les yeux, mon ange,
Rêve du jour présent,
Et demain, rien d’étrange,
Je serai simplement ;

Encor cette promesse,
De rien et d’infini,
Suis-je fou, pas fini ?
Suis un fou de tendresse ;

Alors je lui ai dit,
Je veux bien ne rien dire
Je veux bien ton plaisir,
Je veux bien te dire oui ;

Et puis, de rien, naît rien,
Mon cœur est un ravin,
Mon regard incertain
Et l’amour s’est éteint



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Lénaïs


"Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie Comme on oublie." P.Eluard
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
270 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
13 décembre 2010
  Publié: 13 févr 2007 à 12:20
Modifié:  13 févr 2007 à 12:22 par Lénaïs
Citer     Aller en bas de page

Quelle triste fin ... On se laisse envahir par ces superbes mots d'amour pour finir sur le ... "rien".

"Et j’ai écrit amour
Avec mon petit rien
Sur le zest de ses reins,
Poésie de toujours ;"

Je les retiens malgré tout, c'est un poème magnifique.

 
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 13 févr 2007 à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Oh Tilou ! C'est tellement doux et tendre que la peine n'en est que plus douloureuse !

"Pourquoi demain promettre
Si aujourd’hui c’est bien
"

le bonheur est fait d'instants.. et certains de ces instants deviennent des éternités...

Ah oui il est magnifique dans la forme, dans le fond.. dans les sonorités qui s'entrecroisent..

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 14 févr 2007 à 02:27 Citer     Aller en bas de page

Lénaïs, ptitebulle et Kajak : cela me fait extrêmement plaisir lire vos commentaires surtout en ce moment où je suis pris d'un manque d'inspiration car je marche encore pas mal sur la tête... Et oui, sur ce poème, la fin est triste et terriblement en contraste avec le reste. Mais j'écris comme je vis, coincé entre les extrêmes et à surfer sur le petit fil qu'il y a au milieu... Mais j'ai encore à coeur de réapprendre à marcher, de faire ce fil une autoroute et retrouver de l'essence pour dessiner de nouveaux mots, tracer ma route...
Simplement, il faut que je prenne sur moi qu'il faut du temps et qu'il faut oublier... J'apprends encore...

Merci encore,



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 22 févr 2007 à 16:16 Citer     Aller en bas de page

Tout d'abord merci de ta critique et je pense comprendre ce qui te gêne. Pour dire la vérité, je ne suis pas sûr de ne pas être de ton avis, seulement... voilà... Je reste toujours partagé entre retenir les mots et tout lâcher... Mais je ne suis pas sûr de vouloir de briser mes chaînes... Et pour plusieurs plusieurs raisons. Pourtant c'est pas l'envie, ni le désir qui fait défaut... Mais seulement j'ai peur de la méprise sur le sens, j'ai peur de la violence et a contrario, de la mièvrerie des vers si je laisse de côté les règles. De plus, il y a quelqu'un qui lit ces vers en face...
Un jour, sûrement, quand la phrase me semblera juste sans double fond, la barrière dont tu parles explosera. Je crois que j'ai parfois touché presque cela dans certains textes de mon journal ("si tu lis") mais je ne suis pas bon juge. Mais dans les rimes, la timidité reste ancrée malgré l'extraversion apparente.
Je n'ai pas encore la même "apparente" facilité que toi, tu as avec les mots dont tu n'es peut-être pas tout à fait consciente (je ne sais pas...) pour trouver quelque fois le parfait équilibre entre deux choses extrêmes. Je ne sais pas non plus si je suis très clair aussi, là tout de de suite...
Enfin voilà... J'espère avoir répondu un tant soit peu à ta question... Mais c'est difficile de faire concis.



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1361
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.