Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 202
Invisible : 0
Total : 202
13124 membres inscrits

Montréal: 15 juil 20:27:25
Paris: 16 juil 02:27:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: Gillou Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 23 jan 2015 à 04:49
Modifié:  23 jan 2015 à 09:19 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Bonjour FLEUR,
Il m’est arrivé un drôle de truc hier.
Ecoute !
J’ai suivi du regard un SDF qui interpellait les passants.

(G) T’as pas une pièce j’ai faim !
Oh Ouai !
Tu pourrais dire bonjour quand même.
(G) Et ta seigneurie !
Ça t’écorcherait la gueule,
De me dire bonjour !
Aller ! Va …
(G) Et toi !
T’as une pièce ?
(S) Non, Mais nous pouvons nous dire bonjour ?
(G) Bonjour !
(S) Vous mangeriez une baguette avec du pâté ?
(G) Moi ! Je ne veux qu’une pièce.
(S) C’est toujours non ! Pour la baguette avec le pâté, une tasse de café chaud, une bouteille de vin, une cigarette, ça tient toujours, alors que voulez-vous ?
(G) Ouai ! On se dit « Tu ».
(S) D’accord ! Que veux-tu ?
(G) Une pièce !
(S) Je m’appelle SAM ! Et toi ?
(G) GILLOU !
(S) Tu vois là-bas… il y a une boulangerie. Tu viens avec moi… nous entrons dans la boulangerie… bonjour !
(COM) Bonjour, que désirez-vous ?
(S) Heu ! Une baguette moulée.
(S) GILLOU ? bien cuite ou pas très cuite ?
(G) Bouf !
(S) La première qui viendra.
(S) GILLOU, tu veux la baguette entière ?
(G) Bouf !
(S) Vous pouvez nous mettre qu’une demi-baguette ?
(G) Bien sûr.
(S) Vous pouvez l’ouvrir en deux ?
(COM) Bien sûr, et ce sera tout ?
(S) Oui ! Je vous dois combien ?
(COM) Cinquante centimes.
(S) Voila ! Merci !
(COM) Merci, au revoir.
(S) Au revoir, tu viens GILLOU ?
(G) Ouai ! Tu me la donnes cette pièce ?
(S) Viens nous allons à la charcuterie.
(G) Ouai ! Une pièce ?
(S) Tu la vois là-bas… Tu viens avec moi… Nous entrons dans la charcuterie… bonjour !
(COM) Bonjour, que désirez vous ?
(S) Heu ! Une tranche de pâté. Vous pouvez l’étaler dans cette demi-baguette ?
(COM) Bien sûr, et ce sera tout ?
(S) Oui ! Je vous dois combien ?
(COM) Un euro.
(S) Voila ! Merci !
(COM) Merci, au revoir.
(S) Au revoir, tu viens GILLOU ?
(G) Ouai ! Tu me la donnes cette pièce ?
(S) Viens nous allons à l’épicerie.
(G) Ouai ! Une pièce ?
(S) Tu la vois là-bas… Tu viens avec moi… Nous entrons dans l’épicerie… bonjour !
(COM) Bonjour, que désirez vous ?
(S) Une bouteille de vin rouge, une tablette de chocolat.
(S) GILLOU veux-tu des fruits ?
(G) Non ! Je veux une pièce.
(S) Vous pouvez nous mettre ça dans un sac en papier ?
(COM) Bien sûr, et ce sera tout ?
(S) Oui ! Je vous dois combien ?
(COM) Deux euros cinquante.
(S) Voila ! Merci !
(COM) Merci, au revoir.
(S) Au revoir, tu viens GILLOU ?
(G) Ouai ! Tu me la donnes cette pièce ?
(S) Je te donne le sandwich au pâté, le vin et le chocolat. Et bien sûr une pièce d’un euro. Ça te va ?
(G) Ouai ! Merci pour la pièce.

Mais ce n’est pas tout.
Le plus surprenant dans cette suite.
C’est que j’ai surveillé GILOU pour le voir jeter sa demi-baguette.
Ma surprise fut de le voir réunir deux de ses amis, de les voir tous les trois s’asseoir sur un banc, et de partager en trois cette demi-baguette.
J’ai regretté de ne pas lui avoir offert une baguette entière.
J’ai souvent été confronté à de telles récompenses, avec trop souvent des regrets de ne pas avoir su faire plus confiance, pour ne pas dire n’avoir pas osé faire vivre ce que j’aurais aimé recevoir.

 
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
3444 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
11 juin
  Publié: 23 jan 2015 à 09:23 Citer     Aller en bas de page

C'est touchant.
L'important est de faire un geste.
Même si on se sent frustré, même si ce n'est qu'une goutte d'espoir dans un océan d'indifférence...
Merci
Amitiés.
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 23 jan 2015 à 10:23 Citer     Aller en bas de page

même aujourd'hui si je pouvais rectifier ce manque de confiance, en ayant posé les bonnes questions, au bons moments, serais-je en paix avec moi-même, envers ce que GILLOU attendait.
une pièce pour l'esprit de consommation.
un moyen de partage pour une présence d'humanité, avec ses amis.
un dialogue pour qu'il puisse se sentir être reconnu.
les autres cheminements de pensées, risquent de vous paraître être non par vous attendus.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
284 poèmes Liste
4978 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 24 jan 2015 à 09:17 Citer     Aller en bas de page

un acte de générosité est un acte sans considération aucune, le fait de composer un sandwich à la place d'une piécette c'est déjà un acte de pouvoir sur autrui, c'est une atteinte à sa liberté de choix cela ne se nomme plus générosité mais s'assimile simplement à souligner sa culpabilité de sa situation.

Même si je sais que mon don va servir à acheter une "chopine" jamais je ne cherche à savoir à quoi il a servi.

Yvon

  YD
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 25 jan 2015 à 08:39 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci YD,

les autres cheminements de pensées, risquent de vous paraître être non par vous attendus.

Même si je sais que mon don va servir à acheter une "chopine" jamais je ne cherche à savoir à quoi il a servi.

son désir de liberté résidait dans;
une pièce pour l'esprit de consommation.
et, Tu pourrais dire bonjour quand même.

je lui ai imposé;
Vous mangeriez une baguette avec du pâté ?
une tasse de café chaud, une bouteille de vin, une cigarette,
pour avoir en nanti bonne conscience.

il reste encore d'autres projections, vos regards sauront les voir.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1143
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0339] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.