Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 72
Invisible : 0
Total : 72
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 20:59:07
Paris: 20 oct 02:59:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: des maux... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1016 poèmes Liste
16392 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 mars 2007 à 06:06
Modifié:  22 mars 2007 à 07:55 par pyc
Citer     Aller en bas de page

La vallée s'éveille
Lentement et je sors de ma veille...
Mes mains voudraient chercher ton visage,
Tu étais le calme après l’orage.

Mais mes doigts ont palpé l’invisible,
Tu n’es plus là,comment est ce possible ?
Et tristement,je repense à cette lettre,
Qui me blesse,qui m’achèvera peut être.

Je lis tes mots,
Je plie sous mes maux.
La solitude de ton départ, j’ai peur.
C’est bien mon cœur qui se meurt en pleurs.

Si la lune embrasse le ciel dans la nuit,
Mon âme est dans la noirceur, douleur à mourir au fond d’un puits.
Ton encre séchée sur cette feuille,
Me pénètre, me transperce au plus profond, tue mon orgueil.

Je t’offrais des roses tellement je t’aimais,
Mais je sais maintenant qu’aux épines, tu t’es écorchée.
Le destin devient une épreuve chaque jour qui passe,
Qui passe,qui passe,et moi je trépasse.

Ce sont des bribes de notre amour qui volent dans l’air,
Et qui me flagellent dans ma chair.
Les arbres se dénudent de par le vent,
Et toi qui te dénude pour un autre…Je souffre tant.

Dans mes moments de détresse, je voudrais te retrouver…
Me dire que tout est faux, que ce qui est fini va recommencer.
Me dire que si je rajoute un à un, nous serons à nouveau deux.
Me dire enfin que nous pourrions redevenir gens amoureux.

Tristesse infinie,
Tu es bien partie.
La vallée s’endort vraiment,
Et moi, j’aimerais rejoindre les étoiles, monter au firmament.

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
16105 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
28 août
  Publié: 22 mars 2007 à 07:01 Citer     Aller en bas de page

quand un + un ne fait pas deux mais "Nous"


Un "Nous" qu'il faut pouvoir reconquérir..

Tu peux le faire !!
Amicalement

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 23 mars 2007 à 14:33 Citer     Aller en bas de page

Maintenant tu m'as prouvée que tu pouvais cacher une magnifique plume derrière une simple jolie plume...


Tu contes des histoires, mais en parlant à la première personne tu as su vraiment te dévoiler sans peur...

Il le faut quelques fois, pour vraiment faire passer un message, et pour te soulager d'une joie ou d'une peine...


C'est superbe pyc, je ne sais que dire d'autre...Bravo...

Bises

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1695
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0243] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.