Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 69
Invisible : 0
Total : 71
· SélénaéLaLouveFéline
Équipe de gestion
· Lilania
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 08:27:09
Paris: 20 sept 14:27:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Toi, quand tu chantais Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 1er avr 2005 à 05:19 Citer     Aller en bas de page



Toi, quand tu chantais



Toi, quand tu chantais, la maison souriait ;
L’enfant aux yeux mouillés oubliait de pleurer
Et s’en venait offrir son front à tes baisers.
Toi, quand tu chantais ; toi, quand tu vivais.

J’entends encore le bruit de ces trois bracelets,
Un pour moi, deux pour eux, aujourd’hui dispersés.
C’est le dernier soupir que tu nous as laissé :
Le chant du bracelet, quand tu nous as quittés.

Toi quand tu parlais du Père dans les cieux,
Lumière dans les yeux, tu disais : il m’attend.
Nous aurions bien aimé qu’il prenne un peu son temps :
Il y a des aurores qui donnent à croire en Dieu.

Toi, quand tu riais et que tes yeux brillaient,
Toi, quand tu aimais jusqu’au bout de tes forces,
Toi quand tu pleurais entre l’arbre et l’écorce,
Toi, quand tu souffrais et que mon cœur criait.

Ce piano muet a conservé ton âme,
A son clavier sans doute l’empreinte de tes doigts ;
Chopin n’est pas très loin lorsque je pense à toi.
Toi, quand tu jouais, tu en tirais des larmes.

Toi, quand tu chantais, la maison souriait ;
L’enfant aux yeux mouillés oubliait de pleurer
Et s’en venait offrir son front à tes baisers.
Toi, quand tu chantais ; toi, quand tu vivais.


2003

***


  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 1er avr 2005 à 05:28 Citer     Aller en bas de page

Très beau Jihem, c'est le deuxième que je lis de toi où tu parles d'elle et de ce piano, pour moi aussi mais pour d'autres raisons Chopin fait revenir en moi des souvenirs pas si enfouis surtout concerto 1 et 2, j'ai vécu 7ans en Pologne et la sculpture que tu montrais dans un précédent poème, j'ai la même achetée à la maison natale de Chopin en Pologne, elle trône aussi sur le piano.
tu m'as donné de l'émotion Jihem, c'est ça pour moi la poésie.
amitiés
jc

 
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 1er avr 2005 à 06:04 Citer     Aller en bas de page

Chopin, la Pologne, oui, je me souviens !

Merci Rimarien et vive le piano aussi!

A bientôt de te lire, amitiés

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Horizon


Mais qu'est ce que je fous là, je sombre au fond de toi...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
464 commentaires
Membre depuis
25 mars 2005
Dernière connexion
29 septembre 2005
  Publié: 1er avr 2005 à 06:40 Citer     Aller en bas de page

Un beau mélange de passion de la musique avec triste mélancolie.

Bravo, c'est tout simplement magnifique !

(et biensur vive la musique qui nous donne des ailes et surtout le piano!!)

  HoRiZOn
atouthasard


La vie est écrite dans les mots c'est mon trésor et mon tombeau (Gilles Vigneault)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
1534 commentaires
Membre depuis
14 octobre 2004
Dernière connexion
13 juin 2013
  Publié: 1er avr 2005 à 08:08
Modifié:  1er avr 2005 à 08:09 par atouthasard
Citer     Aller en bas de page

Toi, quand tu chantais, la maison souriait ;
L’enfant aux yeux mouillés oubliait de pleurer
Et s’en venait offrir son front à tes baisers.
Toi, quand tu chantais ; toi, quand tu vivais


Amities Réal

 
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 1er avr 2005 à 17:45 Citer     Aller en bas de page

Chère Horizon,

Merci de ton commentaire, c'est vrai que la musique est puissante! Au plaisir de te lire bientôt

Cher Réal,

Merci de ton passage et vive le Québec!

Chère Mésange,

Il faudra qu'un jour tu nous fasses écouter quelques notes de ton piano ... C'est moi qui te remercie de partager ...

Amitiés à tous

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
177 poèmes Liste
5968 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
19 décembre 2018
  Publié: 2 avr 2005 à 02:09 Citer     Aller en bas de page

Que d'hommage! Il me fait un peu penser à "reverbération" de Lograth! Chopi (c'est moi), Chopin... Le piano, c'est un grand instrument.

J'aime bien aussi l'image de la vie comme la mélodie d'un piano! Elle se joue autant avec des touches blanches que noires! Dieu merci dans un piano, on joue plus avec les blanches!

J'ai aimé ce texte!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 2 avr 2005 à 10:11 Citer     Aller en bas de page

merci cher Yvano

Et en plus, une blanche vaur deux noires, n'est-ce pas ? Alors, vive les ouches blanches!

Amitiés

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Alex777


Toute le monde ainsi que l'univers entier mérite ton amour autant que toi même. Buddah Everything an
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
36 commentaires
Membre depuis
4 mai 2006
Dernière connexion
22 avril 2014
  Publié: 17 mai 2006 à 15:25 Citer     Aller en bas de page

Un text toujours aussi profond, pur et réfléchi. Les mots sont toujours musique lorsqu'il son dit à haute voix que si seulement ils touchent.

Bien amicalement


une fois de plus Alex

  Alex
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 18 mai 2006 à 14:04 Citer     Aller en bas de page

Et une fois de plus, merci Alex :-)

Amitiés poétiques

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 21 jan 2007 à 17:29 Citer     Aller en bas de page

Des mots du coeur, tu as raison ... mais la poésie peut-elle être autre chose ?

Amitiés et merci, Pluriels

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1597
Réponses: 10
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0390] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.