Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 315
Invisible : 0
Total : 317
· Yvan Bert · josette
12987 membres inscrits

Montréal: 16 juil 00:31:57
Paris: 16 juil 06:31:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: Diablerie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
396 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 16 nov 2017 à 09:00
Modifié:  16 nov 2017 à 10:02 par banniange
Citer     Aller en bas de page

Le vent, ce chien fou, s’est tué cette nuit.
Il frappait durement les volets en frayeur
Qui gémissaient longtemps leur souffrance en chœur
Suppliant le dément de cesser ses supplices,
Il secouait les réverbères qui pleuraient leur lumière
Et chassait le frimas où fuyaient des fantômes.
Ses mains rageuses giflaient la grande armée des platanes
Qui saignait toutes ses feuilles, se courbant de douleur,
Dans les plaines frileuses, livides de peur,
Il lacérait rudement les buissons et halliers
Où s’étaient blottis quelques migrants ailés,
Les collines, d’effroi, se tassaient dans la nuit,
Leurs racines grinçaient comme un galion branlant.
Il courait sur la lande en soufflant les étoiles,
Tel un tigre furieux, il feulait à la lune.
Dans le cimetière, il rôdait, haletant,
Piétinant les bouquets de corolles flétries,
Il ébranlait les stèles, hurlait dans les caveaux
Comme un profanateur qui toise le Très Haut.

Les gens du hameau s’étaient tous réfugiés
Dans la vieille église dont les voûtes craquaient,
Le chanoine chevrotait quelques psaumes sinistres
Tandis que les vitraux se gonflaient de terreur.
Enfin, un grand fracas retentit dans la tour,
Puis, ce fut un silence qui s’écrasa trop lourd.
On le vit alors pendu à ce clocher,
Son ombre projetait deux cornes tordues
Et des pieds agités, affreusement fourchus,
Quelqu’un dans l’assemblée s’écria, soulagé :
« Le vent, ce fils du diable, s’est enfin suicidé ».

Au poète JC Andrade qui m'a soufflé la mort du vent.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
9515 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 16 nov 2017 à 14:32 Citer     Aller en bas de page

Belle idée, brillamment conduite

Merci à toi

  ISABELLE
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
2920 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 16 nov 2017 à 17:51 Citer     Aller en bas de page

Un grand plaisir de lecture...

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
258 poèmes Liste
4354 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 17 nov 2017 à 11:36 Citer     Aller en bas de page



Yvon

  YD
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
396 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 21 déc 2017 à 03:42 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous trois:

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 551
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0338] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.