Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 32
· glycine · M@rselO · Juliah
Équipe de gestion
· In Poésie
13019 membres inscrits

Montréal: 21 nov 03:15:53
Paris: 21 nov 09:15:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Contes fantastiques :: 3ème partie (le début d'une merveilleuse histoire d'amour) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
josette


la vie est une belle rose qui s'épanouit lentement
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
644 poèmes Liste
4125 commentaires
Membre depuis
20 février 2010
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 7 avr à 00:33 Citer     Aller en bas de page

Alors que j'étais jeune, et que je parcourais,
La splendide forêt, en cherchant mon chemin,
Un vieillard, larmes aux yeux, m'invita à aller,
Dans sa triste maison, dans un affreux recoin.
Comme il se sentait seul, il m'offrit un grand thé,
Mais à peine avalé, je ne sentis plus rien.
J'étais sur un vieux lit, fortement accablé,
Et l'homme ricanant, me cria de très loin:

"Bonne chance, jeune homme, vous êtes la bonté,
Je n'aime que le mal, et le sort qui vous tient,
Je suis sûr que bientôt, vous fera regretter,
D'être trop à l'écoute de vos nombreux prochains!"

Je m'endormis soudain, et mon corps tout entier,
Se couvrit de longs poils, et mes crocs furent vains,
Car ils tombèrent tous, m'empêchant de manger!
J'avais donc l'apparence, d'un Loup cruel et laid.
Des chasseurs arrivaient, et je fuyais sans fin,
Pour conjurer le sort que l'on m'avait jeté.
Dans le creux d'un vieil arbre, autrefois, un sapin,
Je me tapis très vite, avant de succomber,
Mais vous m'avez sauvé d'un horrible destin,
Par votre charité, votre grande bonté,
Et mon amour pour vous s'est enfin révélé!

Elle ne put résister, et dans ses bras musclés,
Se blottit doucement, pour de nobles câlins.
Il était devenu un homme très racé,
Et elle, gente Dame, adorant, c'est certain,
La bonté de celui qu'elle voulait épouser.

Un baiser passionné, les réunit soudain.
Les yeux remplis d'amour, ne pensant qu'à s'aimer,
Ils partirent très vite, loin de l'affreux chemin,
Pour vivre leur passion, sans les contes de fées!

--------------------------------------------------------
FIN
--------------------------------------------------------

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1457 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 10 avr à 08:28 Citer     Aller en bas de page

Merci pour cette faim de loup.

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
3424 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
19 août
  Publié: 10 avr à 19:48 Citer     Aller en bas de page


Bonjour Josette,

j'ai suivi les trois parties...

Un mauvais sort magnifiquement conjuré !

Un conte envoûtant...

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 348
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0333] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.