Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 197
Invisible : 0
Total : 198
Équipe de gestion
· Adamantine
13161 membres inscrits

Montréal: 29 févr 01:41:30
Paris: 29 févr 07:41:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: *bris de vers* Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 28 avr 2005 à 15:20
Modifié:  28 avr 2005 à 15:21 par jihem
Citer     Aller en bas de page

BRIS DE VERS







Le silence de Sélène





Sur la peau de la ville, il flottait un rayon
Découpant un carré de silence profond
Dans la chambre d’hôtel où je veillais debout,
Tel un mendiant d’amour espérant quelque sou.

La Lune était levée, silencieuse et nue.
L’horloge me disait mon imbécile espoir
D’entendre enfin ta voix, ne serait-ce qu’un soir…
Certains pourtant vivaient, qui riaient dans la rue.


Trois heures du matin. La lune, toujours silence,
Se joue des Romeo et fait danser ma plume.
Je suis son numéro ; au loto de l’absence,
J’ai tiré le gros lot, celui de l’amertume.

Les reflets épuisés que la Lune dévoie
Ne sont que les échos de la mort du Soleil,
Des fantômes de jour que ton amour envoie
Mettre en bière nos cœurs, pour leur dernier sommeil.

Tu es terre sélène, de poussière et de glace.
A travers le carreau vibrant de solitude,
Tu écumes le ciel de ton monde où trépasse
Une étoile oubliée, de faible magnitude.

Une étoile qui meurt de t’attendre en douleur
Au carrousel des heures, qui fuient éperdument ;
Comm’ tu fuis loin de moi, vers des jours de malheur,
Vers demain qui est mort, et qui pourtant, nous ment.


Toulouse, Avril 2005


Demain



Demain … Demain ! Demain ? Demain, frère d’hier …
Serai juste plus seul, un peu plus délétère ;
Justes un peu plus près du Jour où l’on me damne ;
De la terre profonde où gémissent les âmes.

Demain, il fera nuit, comme hier, pire encore !
Et je saurai la peine d’à peine avoir un corps,
Malingre et souffreteux, debout par la mémoire,
Mais couché dans le noir, et veuf de tout espoir !

Demain, je jetterai mon habit de poète,
Demain, statue muette, tu donneras aux chiens
Nos vers, tous nos enfants, et mes vers, et les tiens !
… Que le Soleil oublie … de se lever … demain !

Toulouse, Avril 2005


***


  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
226 poèmes Liste
4118 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
25 février
  Publié: 28 avr 2005 à 17:12 Citer     Aller en bas de page

Jihem.... je n'ai pas de mot....

Des images de toute beauté,tellement justement choisies.

Comme merci, je n'ai que quelques gouttes d'eau pour ta soif.
Mais ce sont les petites gouttes qui font les ruisseaux..


Myo

 
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 28 avr 2005 à 18:08 Citer     Aller en bas de page

Waiméa, Myo, mes chers amis

vos mots font du bien ...

Merci, de tout coeur

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 29 avr 2005 à 05:21 Citer     Aller en bas de page

Cher Marc,

J'en suis heureux pour toi
Et je sais que c'est vrai, ça m'est déjà arrivé une fois ...

Toutes mes amitiés

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Jocsim
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
886 commentaires
Membre depuis
30 mai 2004
Dernière connexion
12 décembre 2015
  Publié: 1er mai 2005 à 09:46 Citer     Aller en bas de page

Tu as fait là un poème d’une rare intensité que je relis pour en apprécier tout le tanin. Un poème riche d’humanité tant la solitude est humaine sur une terre de milliards d’individus… seuls. Mais je me prends à penser qu’on ne peut pas écrire de si beaux vers et les offrir si on n’a pas d’abord au cœur un immortel espoir.

Jocsim

Nominé.

  La tendresse est princière; je veux être son roi.
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 1er mai 2005 à 09:53 Citer     Aller en bas de page

Cher Jocsim ...

Voilà une réponse que je vais méditer ... Elle m'interpelle

Merci cher ami

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
177 poèmes Liste
5968 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
19 décembre 2018
  Publié: 15 juil 2005 à 21:54 Citer     Aller en bas de page

"Demain, il fera nuit, comme hier, pire encore !"



Demain, demain, demain, ah demain!!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 21 juil 2005 à 13:48 Citer     Aller en bas de page

Chère Mésange, cher Yvan, merci
L'inspiration se fait rare et les mots aussi, mais je suis heureux de vous lire :-)

Amitiés

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
18009 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
28 février
  Publié: 13 juin 2006 à 13:58 Citer     Aller en bas de page

Si tu savais comme ça me touche ... si tu savais Jihem ...

"Vers demain qui est mort, et qui pourtant, nous ment.
"
J'en ai les larmes aux yeux

Favori, nominé ...

Amicalement
Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Amandarine


De l'aube claire jusqu'à la fin du jour...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
204 poèmes Liste
3866 commentaires
Membre depuis
24 mars 2006
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 13 juin 2006 à 15:36 Citer     Aller en bas de page

Tu es terre sélène, de poussière et de glace.
A travers le carreau vibrant de solitude,
Tu écumes le ciel de ton monde où trépasse
Une étoile oubliée, de faible magnitude.


Nos vers, tous nos enfants, et mes vers, et les tiens !

C'est magnifique...

 
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 14 juin 2006 à 03:41 Citer     Aller en bas de page

Chère Vinie,

Nous nous ressemblons tous et nos larmes sont soeurs! Amitiés

Chère Amandarine,

Bonjour, merci de ton passage et au plaisir de te lire, amicalement

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2341
Réponses: 10
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0912] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.