Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 41
· Miette · Rose-Amélie · SélénaéLaLouveFéline · ❀ninette1952 · geraldgaiga
13083 membres inscrits

Montréal: 20 mars 10:19:27
Paris: 20 mars 15:19:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'absente Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
17458 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
19 mars
  Publié: 2 jan 2008 à 18:08 Citer     Aller en bas de page

Elle sonne et frissonne aux tintements des pleurs
Au vent monotone qui s'engouffre aux faubourgs
Puis retentit si loin jusqu'au port de Cherbourg
Dans son chant le chagrin se lie pêle-mêle aux leurres

On l'a trop attendu aux coins de nos ruelles
Ce refrain entendu parfois dans les fous-rires
Et l'on s'est épuisé à suivre et à courir
Derrière nos vers usés en la trouvant cruelle

Elle crève apprivoisée de ce qu'on tait sans bruit
On l'a même croisée sans s'en apercevoir
Tandis qu'on alignait jusqu'à se décevoir
Ces mots noirs surlignés, l'espoir a longtemps fui

Pourtant comme une fleur qui s'épanouissait
Comme un souffle effleure la peau qui se rougit
Comme ces fins pinceaux au bleu qui ressurgit
Le rêve en ses fuseaux toujours nous saisissait

Elle naquit sans nom, la muse caressante
Au souffle d'un prénom, conquit son envergure
En cendres notre abîme outré par sa figure
Quand le futur s'arrime à cette rime absente


2005

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
JCboy


Chante, ô ma muse, des merveilles au-delà de mes compétences
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
207 commentaires
Membre depuis
27 septembre 2007
Dernière connexion
23 mars 2016
  Publié: 3 jan 2008 à 00:28 Citer     Aller en bas de page

malheureusement ce poème n'évoque pas grand chose pour moi...je dois manquer de culture!

Je le trouve bien écrit..mais l'ensemble me déçoit..surtout le début

enfin...je suis trop difficile quand je commente un poème juste avant d'aller dormir.

JC.

 
Ellea Lee
Impossible d'afficher l'image
Garde tes rêves, tu ne peux jamais savoir à quel moment tu en auras besoin ...(Carlos Zafon)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1372 commentaires
Membre depuis
23 septembre 2007
Dernière connexion
19 mai 2018
  Publié: 3 jan 2008 à 01:52 Citer     Aller en bas de page

Je l'ai aimé pour sa mélodie je crois, et puis parce-que j'ai du y trouver quelque chose pour moi ...

Joli partage

 
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
29 mai 2018
  Publié: 3 jan 2008 à 04:10 Citer     Aller en bas de page

Je me suis perdue un instant en ces mots, mais je suis tombée amoureuse du tout premier vers.

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
17458 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
19 mars
  Publié: 19 juin 2010 à 17:11 Citer     Aller en bas de page

merci

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1172
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0463] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.