Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 41
Invisible : 1
Total : 42
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:28:46
Paris: 21 mars 15:28:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Estomper les encrages Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 20 mars 2008 à 10:22
Modifié:  20 mars 2008 à 11:32 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Estomper les encrages

Sur la plage mouillée on a vidé la mer
Pour éteindre le feu où l'on a fait mouillage
Un instant où nos voeux étaient fous et pas sages
On a joué, on a su tous ces moments sans guerre

Evidemment que l'on regrette bien des choses
De l'avoir mal fait et enfanté cette pluie
Cet orage sans fin qui a noyé nos cris
Evidemment que l'on se jette ce morose

On n'écrit plus les mots, aux couleurs plus le rose
On se vit dans les bars, à la nuit au comptoir
On inscrit trois lignes que l'on voudrait en prose

On crie, on enrage d'avoir laissé mourir
Le vent au rivage d'un enfant du hasard
On laisse dériver pour ne plus revenir


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Le Hérisson Cet utilisateur est un membre privilège


Où sont-ils mes vingt ans ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
10 mai 2007
Dernière connexion
20 décembre 2018
  Publié: 20 mars 2008 à 14:00 Citer     Aller en bas de page

Tu sais vraiment jouer avec les mots
ce fut un plaisir

  Poupi le gentil hérisson
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 22 mars 2008 à 06:47 Citer     Aller en bas de page


@lumi : merci... mais tu as raison... Dans le fond, il chante un peu moins bien que d'habitude... A essayer de changer le rythme ordinaire de l'alexandrin... Je me suis pris un peu les pieds dans le tapis...

Merci

* tu peux me tutoyer hein ? *

@Poupi : Oh merci... Avec peut-être moins d'emphase que les tiens... Merci vraiment..

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 24 mars 2008 à 07:10 Citer     Aller en bas de page


C'est très clair que c'est la strophe deux qui cloche le plus... J'y retournerai et le remettre sur l'ouvrage, je pense d'ici peu... Mais pour l'instant, je n'ai pas d'idée pour le sortir de l'ornière...

Merci... Miss Vip

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 947
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0282] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.