Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 954
Invisible : 0
Total : 957
· Tychilios · Andesine · Dacie
13158 membres inscrits

Montréal: 28 févr 07:41:40
Paris: 28 févr 13:41:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: éclat de verre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Miss_Dark


the bird can love a fish but where can they live ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2002
Dernière connexion
17 août 2007
  Publié: 18 déc 2002 à 07:04
Modifié:  29 oct 2010 à 04:39 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page



« Ce que la mort nous a enlevé
reste à jamais ce que le temps
nous fera regretter. »
leelee

Dans un petit coin pauvre de New York, où les sans abris trouvaient refuge sous les décombres de la ville, logeait une petite fille prénommée Gaëlle. Cette jolie demoiselle, aux cheveux de lin et au teint basané manquait d’amour avant tout que d’argent. Sa mère était une femme qui gagnait sa vie en se prostituant, non pour nourrir sa fille, mais pour se procurer de quoi se piquer à l’héroïne. Marie-Anne, sa mère, n’avait jamais voulu avoir d'enfant, mais un jour en couchant avec un inconnu, elle tomba enceinte. Seize années passèrent jusqu'à la mort de cette femme, qui perdit vie suite à une overdose. Gaëlle fut donc transférée dans un foyer d’accueil d’une ville avoisinante et inscrite dans une école plus spécialisée pour aider les jeunes à problème.

C’est alors qu’elle fit la rencontre de Josh… Un jeune homme mystérieux, qui attirait bien des regards. Ils étaient dans le même cours d'art. Josh était différent des autres, il avait quelque chose que nul ne possédait. Lorsqu'on l'observait, ses yeux verts dérivaient toujours dans le vide, il était ailleurs dans ses pensées. C'était quelqu'un de très créatif, passionné par la musique et la vie. Mais quel secret cachait-il derrière ce visage si parfait ? Seul le temps finirait par le dire. Un jour, dans un des courts d'art, Josh s'approcha de Gaëlle et lui chuchota doucement à l'oreille…
- Qu'as tu donc fait pour être dans cette école de fous, tu m'as l'air plutôt intelligente ?
- J'ai tué un mec, répondit-elle !
- Tu blagues !! Non, tu sembles trop gentille … pour faire une chose pareille !
Ses yeux noyés dans les yeux sombres de Gaëlle parlaient pour mille mots. Il prit sa main dans la sienne et la scruta longuement…
- Comment fais-tu pour avoir de si jolies mains ?
- Que vois-tu de si spéciales en elles ?
Il ne répondit pas et sembla tout d'un coup embêté par sa question.. Il eut un mouvement de recul et reprit sa place. La cloche sonna, c'était l'heure de rentrer à la maison. Josh emboîta d'un pas, une jeune fille, pour aller rejoindre plus rapidement Gaëlle.

- Que fais-tu ce soir ?
- J'ai un cours de danse..
- Tu danses wow ! J'aimerais bien apprendre aussi, mais mon père … enfin oublie ça !
Il eut l'air si affecté, qu'il se mit à trembler et dans un ton de voix défaillant il lança..
- À demain !
Gaëlle prit son sac à dos et marcha jusqu'à chez elle en traînant des pieds, donnant des coups sur toutes les saletés qui l'énervaient. Il faisait déjà noir, en regardant les étoiles, elle repensait au mensonge qu'elle avait conter à Josh. Elle n'irait pas danser ce soir, ce n'était qu'un vieux rêve effacé par les années. Qui l'aimerait assez un jour pour lui offrir ce dont elle rêvait ? Elle n'avait jamais eu personne à aimer, personne à prendre dans ses bras et à qui dire un je t'aime. Cette nuit fut longue de solitude, elle ne pensait plus qu'a disparaître avec sa lourde tristesse. L'aube arriva enfin ! Après un maigre déjeuner elle partit pour l'école. À son arrivée Josh la prit par la main et l'entraîna vers lui..
- Que fais-tu ce soir, chère demoiselle, tu n'as sans doute pas des cours à tous les jours ?
- Pourquoi, voudrais-tu que je te montre à danser ?
- Si je veux ? J'en meurs d'envie !
- Hé bien, à ce soir, lui dit-elle avec un sourire charmant..
- Vers 8 heures !
Il lui glissa un petit papier bleu entre les mains..
- Voilà mon adresse !
La journée passa rapidement et enfin vint la nuit… découragée à chercher quelque chose d'original à se mettre, elle finit par trouver enfin une jolie robe qu'elle avait gardée pour une occasion spéciale. Pour se la procurer, elle avait dû aider trois jours une vielle dame à faire des travaux ménagers. Il était sept heures et demie, c'était l'heure d'y aller car elle n'avait pas de moyen de transport. Arrivée devant sa maison, elle eut un poing au cœur en apercevant sa demeure. Il habitait dans un vrai château, quoi de mieux pour se sentir minable ! Gaëlle n'aurait jamais pu imaginer que des gens puissent aussi bien vivre et que d'autres meurent dans la rue. Incertaine, elle sonna à sa porte, rapidement, il vint lui ouvrir, l'accueillant avec un large sourire. Réconforté par ce geste, elle eut le réflexe de faire de même. Les pièces étaient grandes, les plafonds étaient très hauts, l'ambiance dans la maison était froide, mais Josh apportait beaucoup de chaleur.

- Tu viens, on va aller dans le gymnase ?
- Quoi ?? Elle croyait avoir rêvé..
- Alors tu viens ?
Il installa un C.D. dans son système de son et la dévisagea.
- Est-ce que tu attends à demain avant de me montrer ce que tu sais faire ou tu commences aujourd'hui ?
C'est alors qu'avec un air timide, elle commença à danser tout ce qu'elle avait sur le cœur : ses peines, ses douleurs, ses frustrations, ses désirs et ses rêves. Lorsque la chanson fut terminée elle se retourna vers Josh et le fixa dans les yeux. Il semblait abasourdi..
- Comment est-ce que je me débrouille ?
- T'es trop géniale, j'te jure que j'ai jamais vu quelqu'un danser aussi bien que toi ! T'as du talent, est-ce que tu le sais ?
- Pour être franche, j'avais jamais dansé encore de toute ma vie, j'ai pas été honnête avec toi hier… je suis vraiment désolée. C'était plus fort que moi !
- Tu as ça dans le sang, c'est sûr !
Il s'approcha délicatement d'elle pour la prendre dans ses bras, quand soudain son père entra dans la pièce foudroyé de colère ! Il cria à son fils..

- Qu'est-ce qui te prends de ramener cette saleté de métisse à la maison ? Tu vas me faire le plaisir de m'en débarrasser, on a déjà assez d'un chien !
- C'est un être humain papa, j'te laisserai pas la traiter comme si elle n'était qu'un médiocre déchet ! rétorqua-t-il.
- Hé bien, si tu veux continuer à rester ici, tu vas devoir m'écouter quand je parle. Débarrasse !!

Le sang bouillait à l'intérieur de lui, une telle violence broyait son regard meurtri. Il prit Gaëlle par la main et l'entraîna dehors. Le ciel était sombre, les étoiles toutes cachées on ne sait où. Il plongea ses bras dans ceux de la douce Gaëlle et s'écroula contre elle dans la haine et la tristesse.
- Je le hais ! Je le hais !! Comment fait-il pour détester quelqu'un seulement à cause de sa couleur, c'est trop stupide ! Toi, je suis certain que tes parents ne m'auraient jamais jugé pour autant !
- Je n'ai pas de parents ! Je n'ai jamais connu mon père et ma mère est morte d'un surplus de consommation d'héroïne il n'y a pas si longtemps.
- Mon dieu c'est affreux ! Je ne sais pas quoi te dire…
- Alors ne dis rien je t'en prie.. ma mère morte ou vivante ne m'a jamais rien apportée de bien. Comment aurais-je donc pu avoir de la peine ?
Il la prit dans ses bras, car les mots manquaient pour exprimer comme son histoire le touchait.

- Tu veux que je te ramène ?
- Non c'est pas la peine !
- J'insiste, c'est dangereux à cette heure-là, on n'est pas dans une petite ville !
- J'insiste aussi, j'ai besoin de prendre l'air..
Il s'approcha tendrement d'elle et lui dit à l'oreille.
- Alors bonne nuit ! Puis il l'embrassa passionnément.
Ils se regardèrent une toute dernière fois et se quittèrent. Tout heureuse, elle partie d'un air pensif. Elle emprunta une petite ruelle sombre, pour prendre un raccourci. Soudain, des bruits se firent entendre juste derrière elle, deux jeunes hommes la regardaient drôlement. Ils se mirent à foncer droit sur elle armés d'un poignard. Ils la déshabillèrent et la violèrent. Le lendemain, Josh se rendit à l'école dans l'idée d'y retrouver sa belle amoureuse, mais elle n'était pas là. Désespéré, il se rendit chez elle pour la demander. Lorsqu'il aperçut la police, il eut un vague pincement au cœur, des tas d'idées lui transpercèrent l'esprit. Que s'était-il passé ? Des agents barraient l'entrée.
- Est-ce que je pourrais voir Gaëlle, dit-il d'une voix tremblante ?
- Nous sommes désolés de devoir vous apprendre qu'elle est morte hier, suite à une attaque par des voyous du quartier.
Il laissa tomber un fragile et perçant, « Non c'est impossible, pas ma Gaëlle.. »


Josh prit panique, et s’enfuit à toute vitesse jusqu'à sa voiture. Le son de la musique au fond, il démarra aussi rapidement qu'il le put. Brouillé par ses larmes, il se rendit de peine et de misère chez lui et s'enferma à double tour dans sa chambre. S'écroulant sur son lit, il prit une feuille et y inscrivit ses mots :
J'aurais cru, que l'on puisse un jour bâtir notre propre famille, que l'on puisse donner cet amour à nos enfants que nous n'aurions jamais eu. J'aurais cru avoir l'éternité pour te faire réaliser tous tes rêves. J'aurais cru pouvoir te dire aujourd'hui, demain et l'après demain combien je t'aimais. Mais tu m'as quitté comme un éclat de verre, sans prévenir, tu t'es envolée. T'es débris ont vacillé dans la mer, maintenant je ne peux qu'espérer les retrouver pour garder ce dernier souvenir de toi, de ton visage, de ton sourire, de tes larmes, de ton amour. Tout ce que je peux croire aujourd'hui c'est qu'en un instant, la haine peut déchirer la vie d'un simple innocent qui n'avait jamais rien cherché de plus que l'amour elle-même..

  laisse couler le temps entre tes larmes et profite des bonheurs simple de la vie plutôt que de regretter ceux que tu n'aura jamais la chance d'avoir
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
13 octobre 2019
  Publié: 5 août 2006 à 13:16 Citer     Aller en bas de page

Pourquoi n'y a t'il aucun commentaire?
C'est bien écrit je trouve, malgré quelques fautes par ci par là, vraiment, j'ai beaucoup aimé lire cette histoire qui m'a touchée!

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1506
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0370] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.