Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 45
· La Brune Colombe · Datura. · généralissime
13087 membres inscrits

Montréal: 22 mars 19:02:02
Paris: 23 mars 00:02:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours « et si cette année doit être la dernière. » :: Texte 7 - Eclats d’une vie brisée par Armageddon Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Concours LPDP 2012

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. 
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
11 commentaires
Membre depuis
10 novembre 2012
Dernière connexion
18 novembre 2012
  Publié: 18 nov 2012 à 14:51
Modifié:  27 déc 2012 à 12:05 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Eclats d’une vie brisée par Armageddon
par Ava55


Si ce jour devait être le dernier
Je le passerais tout entier à t’aimer
Si la fin du monde devait être demain
Je me contenterais de te prendre la main
J’accomplirais tous mes rêves
Et voyagerais alors sans trêve
Je m’assoirais sur la grève
Jusqu’à ce que tu te relèves
Tu es Adam moi je suis Ève
J’irais au bout du monde pour te retrouver
Avant que tout notre univers ne soit brisé
Et que la Terre ne se mette à trembler
Je remonterais le temps s’il était trop tard
Te ramènerais si tu étais perdu dans le noir
Le feu, le sang ne pourront m’en empêcher
L’espoir guide mes pas ainsi que mes pensées
Encore longtemps, elles vont voguer
Le déluge, l’orage ainsi que la rage
Ne seront pas capables de m’arrêter
Mon cœur bat sous l’effet du courage
Si cette année était la dernière, je ne serais pas sage
Peu m’importeraient tous les mauvais présages
Je tenterais le diable pour revoir ton visage
Je m’échapperais si on me mettait en cage
Je tirerais le tarot pour savoir
Si cette fin est vraiment si noire
La Mort tomberait mais la Reine l’annulerait
Le dernier jour sur Terre deviendrait plus gai
Si aujourd’hui la planète basculait
Ce serait notre avenir qui s’anéantirait
La Terre glissant sur son orbite
Il faudrait que j’agisse très vite
Je la redresserais, repoussant les trous noirs
Pourquoi donc refuser vous de me croire ?
Si ce jour devait être le dernier
J’en profiterais pour enfin respirer :
La Nature
C’est sûr !
Qu’elle perdure !
Sans blessure !
Armageddon peut bien survenir demain
Je te suivrais tout au bout du chemin
Si l’ouragan soudainement se déchaîne
Je viendrais à toi et briserais tes chaînes
Dans le but de devenir un jour ta Reine
J’essuierais tes larmes, absorberais ta peine
Je prierais les anges de m’accorder du temps
Pour faire de toi mon ami, mon amant
Tournée vers les cieux couleur rouge sang
Je refuserais encore de rentrer dans le rang
Sous le ciel d’encre s’élèvera mon chant
Alors les cavaliers lèveront le camp
L’Apocalypse sera repoussée par le vent
Aujourd’hui je t’attends sur le sol brûlant
Tandis que s’enfuient les mois et les ans !
Si ce jour devait être le dernier
Il ne servirait à rien de pleurer
Nous devrions accepter l’idée
Que notre vie ici est achevée
Mais pourquoi alors se séparer ?
Viens avec moi, reste à mes côtés !
Avant, tout de même, je t’embrasserais
Si tu n’étais pas d’accord je m’en ficherais
Cette journée, étant la dernière
Je n’aurais de cesse de te plaire
Si notre histoire devait mal finir
Si tu devais souffrir le martyre
En voyant ton beau visage pâlir
Pour toi je me sacrifierais
Et même je capitulerais !
Sous le déluge, je tomberais
Seule ta présence me manquerait
Si ce jour devait être le dernier
Je le consacrerais tout entier à te louer
Je me lamenterais en pensant à notre amour
Je m’effondrerais si tu y restais sourd
Tout en me laissant, dans le gouffre glisser
Je donnerais ma vie pour que tous soit sauvés
J’échangerais mon corps avec ceux des blessés
Même là tu resterais encore dans mes pensées
Si le monde devait s’enflammer
Pour toi, je le laisserais m’emporter
Je me mettrais à genoux sous le ciel
Tomberaient la pluie, la neige et la grêle
Je demanderais à l’univers de nous laisser une chance
En observant les hommes soudain pris de démence
Si les anges refusaient d’exaucer mes souhaits
De l’au-delà je reviendrais, avec toi je partirais
T’accueillir dans mes bras, c’est ce qui m’importait
Peut-être qu’alors je m’embraserais mais mon amour, lui, perdurerait !
Si la fin du monde devait approcher, j’accomplirais ce que je n’ai pas fait !
Je corrigerais mes erreurs, pâlissant sous toutes mes peurs
J’étreindrais avec affection tous mes proches sur l’heure
Sachant qu’il reste une seconde avant que je ne meurs
C’est sûr je tenterais, avant, de ramener le bonheur !
Aucune météorite ne l’emportera jamais sur les cris du cœur
Je le déplore mais Armageddon est réellement : ma sœur
Nous sommes comme les deux faces d’une pièce
Alors qu’elle apporte sur Terre malheur et terreur
Moi je préfère la douceur ainsi que les caresses
On raconte dans les légendes que la fin ne prévient pas
Je peux vous dire au contraire que le monde entier le saura
Mais toutes les guerres ont déjà commencé
Peut-être le dénouement sonnerait-il à la porte ?
Certains se demandent s’ils doivent continuer
Une question se pose : pourquoi Gaïa les supporte ?
Aujourd’hui le secret va être délivré
Il reste une lumière n’allez pas l’a gâcher
Je suis amoureuse, vous ne vous êtes pas trompés
Mais ne suis pas humaine, il ne faut pas l’oublier
Si ce jour devait être le dernier, mes amis
Je suis désolée, vous tomberiez dans l’oubli
A ceux qui se croient supérieurs aux autres
Vous êtes tous égaux, ce n’est pas ma faute !
De vos actes vous devrez payer le prix
Tandis que sonnent les douze coups de minuit
Les mayas eux-mêmes l’ont prédit
Ainsi que Nostradamus et toutes ses prophéties
Présentes dans les pages de la Bible
Fuyez, elle vous a pris pour cible
Armageddon, tous en ont l’image
Il ne reste rien après son passage
Adieu mers, villes et villages
La seule chose que redoutent les humains
Il n’y a aucun doute, c’est bien leur fin !
Lorsque les trompettes sonneront
Les éléments se déchaîneront
La date fatidique approche
Les Hommes encore s’accrochent
Il ne me reste plus beaucoup de temps
Je me dois de respecter mon serment
Faire le travail qui m’a été confié
Même si sous le charme, je suis tombée
Il y a des siècles, des géants sont morts
Ne réveillez pas le monstre qui dort
Si ce jour était le dernier, je crois
Que sur le clavier, mes doigts
Continueraient toujours de taper
Mes sentiments, je veux te les avouer
C’est vrai, bientôt, l’hiver viendra
Espérons juste, qu’il ne durera pas
Il y aura bien quelques guerriers courageux
Pour combattre le feu venu tout droit des cieux
Certains n’hésiteront pas à invoquer ma sénilité
Qui ferait de ce récit un tissu de mensonges
C’est vrai j’ai l’apparence d’une vieille mémé
Mais des visions de l’avenir me rongent
Vous pensez trouver un cœur dans ma poitrine ?
Si c’est le cas je vous ai roulé dans la farine !
Oui j’aime ce garçon, cet humain si fragile
Même s’il me suffirait d’un seul battement de cil
Pour réduire à néant le monde et ses continents
Croyez-moi ce spectacle serait très effrayant
Si cette année était la dernière, je me sentirais seule
Alors je m’attendrais à te trouver sur mon seuil
Le temps est arrivé où je dois m’en aller
Forcée de te quitter je me mets à pleurer
Dans ma tête ton visage s’est gravé
Sais-tu seulement que je t’ai aimé ?
L’univers se couvre de noir et moi je me cache
Qu’est-ce qui a bien pu me rendre aussi lâche ?
L’épée de Damoclès brille au-dessus de moi
Il est vraiment trop dur de faire un choix
Si je laisse Armageddon ravager les pays
Mon amour perdra aussitôt la vie
Au contraire, si je l’arrête à temps
Reviendront les guerres ainsi que le sang
La vérité c’est que je serais désemparée
S’il n’y avait plus aucune année
Si ce jour devait être le dernier…

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 843
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0305] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.