Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 48
Invisible : 0
Total : 51
· Peïo Sybarite · Jean-Claude Glissant · Bombadil
13275 membres inscrits

Montréal: 22 oct 05:50:55
Paris: 22 oct 11:50:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Poésie...? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 6 août 2012 à 05:39
Modifié:  6 août 2012 à 19:34 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Une question me taraude. C'est un bien grand mot mais tout de même, il fallait que je m'exprime noir sur blanc et tant pis si cette ébauche est loin d'être parfaite.

Tout à commencé par une "lecture" -notez les guillemets" (ricanements) :
"Elle" disait dans un charabia sidérant de certitudes :
"Je leur fais des poèmes. On aime ce que je fais. Je suis la meilleure !
Au lieu de faire de huit strophes composées de six pieds aux rimes croisées par ex je vais écrire  des alexandrins composés de quatrains avec césure et hémistiches formant quatre strophes aux rimes couplées ! Les rimes masculines seraient supérieures aux rimes féminines mais le rythme  et la sonorité et la musique seraient plus harmonieux mais les sonnets j'aime moins parce que les tercets me dérangent je préfère les quatrains donc les alexandrins ont ma faveur!
et vous?
Je me demande combien de pieds serait plus harmonieux  12 c'est classique 
mais si je veux faire trois strophes huit vers par ex c'est une ballade en plus j'ai la possibilité d'utiliser des vers  hétérométriques!"

Sic !
Stupeur. Une subite envie de rire, de titiller. Un ange passa et puis...
Je n'ai pas pu m'empêcher de répliquer à la volée, à la vantarde narcissique.
J'avais tiqué.

"On s'en fout des rimes ! Que les "règles" soient abolies, la poésie est "une musique avant toute chose". Mais pas seulement ! 
Rimaillez, rimailleurs, la poésie est ailleurs. Elle bouscule, elle étonne, elle détonne, elle éclate les carcans, elle se libère. 
Merde aux lourdeurs imposées ! 
Merde à la pâmoison !
Merde aux conventions !
Merde aux garde-fous !
Vive la rigueur inventive !
Vive la fantaisie, l'inspiration, l'expiration, les plaies à nu, les dissections au scalpel, à coeur ouvert...
Vive le risque !"

Ca ne lui a pas plu. Elle était tellement "en certitude" qu'elle ne se remettait jamais en question. Elle répétait en gesticulant : "N'oubliez pas les règles ! Il faut des règles"...C'en était presque comique.

Il y a toujours un stimulus qui vous fait avancer, ce fût-elle.
Je n'osais pas me lancer sur un sujet si délicat mais grâce à cette brève rencontre, je n'ai plus aucun scrupule, aucune peur du ridicule.

Alors ? Qu'est-ce que la poésie ? En existe-il une définition hors dictionnaire ? Je pense que c'est une absurdité de définir ce qui est impalpable. Le champ en est si libre et si vaste.

Il y a l'état d'éponge, avant la "construction", des ressentis plus que des analyse, on cherche l'ombre d'un brin d'herbe, on se sent tout petit, on se cache pour mieux observer des vues sur jardin et sur cour, des impressions inversées dans nos pupilles. Un peu comme l'objectif d'un photographe.
Un l'instantané qui évoque des bribes de vies, de moment heureux. Des émotions individuelles.

Chacun a son regard, son histoire, ses rappels : des parfums de souvenir, des couleurs, des ambiances...croquez dans vos madeleines avec délices ou crachez la sucrerie qui écoeure.
Faites comme bon vous semble.

La poésie ? c'est un état permanent, un regard porté sur des objets, des concepts, des réalités, des imaginaires qui se mélangent, des fleuves en rivières immatérielles pour rencontrer la mer.

Son cadre rétrécit, s'agrandit au gré des humeurs, des sensations.

Je n'explique pas le "procédé". C'est un course de fond, les accélérations d'une respiration, un cardio-training qui n'est pas que cérébral.

Le corps bouge- il m'arrive d'écrire en marchant-, tout est mouvement, les mains biffent d'un trait les cahiers que j'empile -certains dorment depuis des années, il faudrait songer à relire, trancher, jeter...Un carnet est là, toujours à ma portée, un crayon, un stylet sur une écorce de bouleau.

Privé de supports, au cachot, dans un cul de basse-fosse, sans lampes, sans lumières, on ne peut empêcher la poésie d'aller.
Pensées projetées sur des "riens" qui sont un tout. Un chaudron grouille. Pas une minute de paix. Toujours en balance, une bipolarité à vous donner le mal de mer.

La poésie échappe aux clichés -on devrait d'ailleurs lui attribuer le pluriel, tant son domaine est vaste.

Elle évolue, comme le langage, elle vient d'où ? Des neurones ou du coeur ? Des pans de mémoires ou de l'immédiat ? De l'inconscient réveillé. Un mariage de déraisons. Ou de raison. Au choix.

Prenons l'exemple des mille tiroirs que l'on ouvre, des matriochkas que l'on emboîte, où passé futur et présent se confondent, strates d'une terre qui change de consistance et de couleur à mesure que l'on creuse.
D'où mon constat sur les règles établies. Là j'enrage et j'orage.
"Ce qui doit se faire ou pas" ? Rien n'est interdit. No pasaran ! (ils ne passeront pas !).

C'est une absurdité que de mettre dans un même sac des poètes-écrivains que des siècles séparent, d'imiter, de calquer. De la chanson de geste médiévale à nos jours, un gouffre, non ?
Hormis des visionnaires qui devancent leur temps et que les gardiens du Temple décapitent.

J'ai nommé, les "critiques" académiques, "vers-tueux" bouffis de certitude, malfaisants, opportunistes, mielleux et vaniteux, ces "Nisard" qu'offusquent le "modernisme", le "changement". Pas d'Poe ! Autant empêcher une révolution en marche.

Les "modernes" contre "les classiques", les pourfendeurs du lyrisme élégigiaque, les adeptes de la préciosité, les surréalistes survoltés, bref, on n'en sort pas. C'est une vraie pagaille. Et tant mieux ! C'est ce que l'on appelle la diversité.

Je me permets de citer Jean-Michel Maulpoix : "Nul ne peut prétendre définir la poésie, si au sens strict cela consiste à en dégager l’essence, et donc à dire ce qu’elle ne peut pas ne pas être. L’écriture poétique a pour principe de toujours passer outre : il s’agit de « brûler l’enclos », affirmait René Char."
 
Parler est facile, et tracer des mots sur la page,
en règle générale, est risquer peu de chose :
un ouvrage de dentellière, calfeutré,
paisible (on a pu même demander
à la bougie une clarté plus douce, plus trompeuse),
tous les mots sont écrits de la même encre,
« fleur » et « peur » par exemple sont presque pareils,
et j’j'aurais beau répéter « sang » du haut en bas
de la page, elle n’en sera pas tachée,
ni moi blessé.
Philippe Jaccottet


...La poésie existe parce que le langage articulé inscrit en vérité en nous beaucoup plus que ce que nous pouvons dire, ou parce que les mots ne sont pas une simple monnaie d’échange, mais nous portent au-delà de ce que nous pouvons penser ou saisir. Elle est par excellence le lieu où s’articule notre insatisfaction, notre contradiction".

Enfin, j'avais trouvé des mots qui me parlaient.

La poésie n'est pas un rêve mais un éveil. C'est une discipline.
Des élans de joies, des fulgurances, des mélancolies, des souffrances. Cela tient de l'inné, des chocs, des affrontements.
Il émane d'un texte tous les degrés de ce que nous sommes et de ce que nous "absorbons" consciemment ou inconsciemment, l'instant qui se déplace et que ne nous ne contrôlons pas toujours.
C'est surtout un rythme qui s'adapte aussi bien au roman, qu'aux "poèmes" où la parole prend des libertés, pour certains condamnables, pour d'autres essentielles.

Il m'arrive souvent de lire tout haut les textes que j'écris -à la main souvent-, pour en éprouver le tempo. La musique.

Il suffit parfois d'une virgule mal placée, d'une phrase coupée sciemment pour que la signification change et par là même, l'impact produit sur les lecteurs.
Mes connaissances, mes proches reconnaîtront des ambiances et des traits de caractère. Des manies. Une griffe. Mais ils ne saisiront pas forcément le message.

Car c'est bien un message, une lettre ouverte que l'on envoie. Et il n'est pas toujours facile de livrer ces morceaux de soi.
Cela fait partie de l'aventure...de la prise de risque assumée.

C''est un univers dans un autre univers que l'on transpose.
Et jamais, tant sont les incertitudes et les doutes qui nous rongent, nous ne sommes satisfaits. Pardon pour le "nous" mais vous voyez, en mon seul être, grouille, gronde, une multitude...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 6 août 2012 à 05:51 Citer     Aller en bas de page

La poésie pour moi, elle vient du coeur, de l'âme, elle n’obéit à aucune loi, juste celle des émotions...

Elle est la retranscription des pensées qui nous traversent d'où qu'elles viennent.

La plus belle poésie est celle qui fait vibrer le lecteur au delà des mots ...

Ce qui fait sa beauté est avant tout la musicalité qu'elle dégage...

Voila ma simple définition...

Merci pour ce texte qui comme toujours est écrit avec beaucoup de talent...

Alex

 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 6 août 2012 à 06:07 Citer     Aller en bas de page

Tiens, je vais en rajouter une petite couche, un commentaire que je viens de poster pour un autre poète... Mais qui donne un clin d'oeil sur les différentes techniques.


_______________________________________

Emir

Créée en Juillet 2004
Fiche rédigée par Jacques Roubaud

Définition

définition: Un mot B est un émir direct d’un mot A si les p dernières lettres de B (p>=2) sont le palindrome des p dernières lettres de A. B est un émir (au sens large) de A s’il existe une suite finie X(i) de mots (0 inférieur ou égal à i et i inférieur ou égal à n) tels que X(0)=A, X(n)=B et, pour tout i, X(i+1) est un émir direct de X(i). Une suite ayant la propriété précédente s’appelle un émirat.

____________________________________________

Ce qui est sûr, c'est que la poésie nous la vivons à notre façon, comme diverses choses, mais ce sujet est plus libre pour prendre en compte les restrictions.
Et il y aussi les puristes. Un terme à prendre en considération et à respecter car il ne peut y avoir de fausseté dans leur propos car c'est ainsi que eux vivent et comprennent la poésie.
C'est donc un peu comme la pierre qui retourne à l'envoyeur.

Un texte récemment écrit, non posté ici... Un commentaire élogieux, juste une remarque sur un mot, où la lectrice avait considéré un mot comme "incorrectement poétique".

L'écrit est une chose, le fait d'être lu et commenté (sans être prit à parti dans une critique acerbe) dans un esprit opposé est source aussi d'intérêt.

Des désaccords entre les styles et les raisons d'écrire... Un sujet très exploité... Mais quelques soient ces désaccords et ces styles, je remarque une chose en commun : La passion qui nous anime.

.`•.¸.•´… ♪♪♪ViTaLiC.♪♪….

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Hauteclaire

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
437 commentaires
Membre depuis
2 août 2009
Dernière connexion
21 juillet 2014
  Publié: 6 août 2012 à 07:23 Citer     Aller en bas de page

Poésie, ou état poétique, celui qui guide une façon d'écrire avec son âme, avec les "tripes" bien éloigné de la règle forcenée.
Comme le pensent tes lecteurs précédents, la manière d'écrire et de ressentir est aussi multiple qu'il y a de "plumes" mais la passion est la même et c'est elle qui nous rassemble devant cette page blanche.
BK my friend

  Hauteclaire
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 6 août 2012 à 11:14
Modifié:  6 août 2012 à 19:37 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Merci à tous pour votre lecture, vos apports, vos sentiments en sensation sur ce texte imparfait sur lequel j'ai abominablement "coquillé" mais je corrigerai.

- Hauteclaire : Tu es à la vague romantique, je le sais et c'est un souffle qui t'emporte. BK.

- Alex : un cri du coeur, un talent que je découvre et ta personnalité chaleureuse se révèle dans ta poésie. Une belle âme, oui :-).

- Fatale : Tu te mésestimes, il ne le faut surtout pas et ce que j'ai lu de toi, m'incite à te dire au contraire que tes élans sont beaux. Et puis, José-Maria de HEREDIA et son vitrail sont une belle référence ;-).

- A la mer : Sourire en boomerang pour mes "moqueries" qui ne sont pas méchantes, mais que cela m'agace quand on se donne des "airs lalère" et qu'on est intolérant et scolaire. Ce qui est le cas de cette "anonymeAlien" dans mon texte.
L'état de poésie oui, parce qu'elle est dans les romans aussi. C'est la raison pour laquelle je parle d'écrivains-poètes. Il en existe plusieurs ouvrages mais je n'ai pas les référence sous la main.

-ViTaLiC : intéressante "ta petite couche" mais tu sais, je n'ai rien contre les puristes. Je suis un pur aussi ;-). Et je respecte tout un chacun....sinon que mes goûts me portent vers les uns ou les autres...et en cela je ne vais pas jouer de l'angélisme ou de l'hypocrisie. L'important est que l'on respecte toute création, sans cracher dessus.

Je voudrais vous parler d'Yves Bonnefoy mais je n'en ai pas le temps. Une citation tout de même :
"Un état naissant de la plénitude impossible", telle serait en fin de compte pour Yves Bonnefoy la poésie:

" Nos mots ne cherchent plus les autres mots mais les avoisinent,
Passent auprès d'eux, simplement,

Et si l'un en a frôlé un, et s'ils s'unissent,

Ce ne sera qu'encore ta lumière,

Notre brièveté qui se dissémine,

L'écriture qui se dissipe, sa tâche faite. "

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 6 août 2012 à 11:19 Citer     Aller en bas de page

Un état naissant de la plénitude impossible... Merci pour cette citation, elle m'apporte vision d'une certaine chose.



Dovidenja

Vitalic

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
16105 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
28 août
  Publié: 6 août 2012 à 13:46 Citer     Aller en bas de page

Intéressant!

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
arsin0e


Les mots sont des dons à passer
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 6 août 2012 à 21:14
Modifié:  6 août 2012 à 21:14 par arsin0e
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir RiagalenArtem
Merci pour ce concerto
Sur la poésie dans la peau
Exécutée avec brio
De votre plume d'aigles royaux
Baisers

  VIVANTE
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 8 août 2012 à 05:52
Modifié:  8 août 2012 à 05:56 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

B'jour Guid'Ô.
Hi ViTaLiC !
Hello Arsin0e, "brio", je ne sais pas - il y a tant à dire sur le sujet.
Merci pour le commentaire...en vers s'iouplaît. La classe !
L'aigle a-d'or ;-).

Amicalement.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 8 août 2012 à 07:22
Modifié:  9 août 2012 à 08:24 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

J'adhère (sans coller ;-), blague pourrie mais je suis un peu 'tigué).
On n'écrit pas pour plaire, pour moi, c'est une évidence.

(au fait je t'ai lu, mais souvent, je ne commente pas...tout simplement parce que les mots ne viennent pas ou qu'ils seraient futiles, ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier quelques un de tes textes...je le dis parce qu'on peut croire que ce silence est indifférence...et ça n'est pas le cas...valable pour d'autres aussi :-)).

Amicalement itou, Maori.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 9 août 2012 à 08:18
Modifié:  9 août 2012 à 10:47 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Oh lala

Le non mesuré peut être émouvant, s'il y a tout de même une attention portée au rythme.
Sinon, si c'est juste pour éviter une contrainte qui rend malade, c'est un peu dommage.
J'écris dans les deux styles personnellement, je n'ai pas l'impression d'être dans une prison quand je fais un sonnet, mais de devoir suivre plutôt un schéma pour développer mon histoire: présentation dans la première strophe, élément particulier dans la deuxième, élément déclencheur dans la troisième, et conclusion dans la dernière
.
Le fait qu'il y ai un début et une fin me donne l'impression de mieux maîtriser la forme.
Et autre contrainte, un alexandrin est plus court qu'on le croit, alors je dois faire dans l'efficacité et la concision. Il ne s'agit pas de dire n'importe quoi pour remplir, au contraire, je finis toujours un poème en n'ayant pas pu rajouter quelque chose que je voulais, à chaque poème il y a quelque chose que j'aurais pu mettre, et que je n'avais pas la place, ou la cohérence, pour.
Voilà.


A ceux qui ont du mal à écrire le versifié, et qui ont des problèmes d'inspiration, je leurs conseille d'écrire des sonnets: ce sera extrêmement stimulant, puisque c'est nouveau pour vous! Et après, vous verrez comme vos vers, même en libre hein, iront plus facilement.
Pour commencer, vous pouvez même, recopier les sonnets des grands auteurs (moi j'aime Victor Hugo pour ça), et changer un seul mot à chaque vers.
C'est très stimulant!
Assez de préjugés: la forme aide à acquérir un style plus efficace, à être plus expressif aussi.
Et puis, le fait que vous arriviez à être expressif sans écrire versifié, ne prouve pas que le versifié est de l'anti-émotion
, bien au contraire, c'est un nouveau monde qui s'offre à vous, et qui permettra à votre univers d'évoluer vers peut être plus de musicalité, plus de rigueur, d'efficacité... pourquoi ne pas essayer?





J'ai mis en gras ce qui m'interpellait dans ton commentaire. Mais je ne vais pas en faire un roman^^.
Concise sera ma réponse. Jamais, au grand jamais, je n'ai prétendu que les vers étaient à jeter au vers ;-).
J'ai eu tout comme toi, et bien d'autres, des préférences. Les poètes, écrivains, ou écrivains-poètes qui m'ont forgé sont si nombreux que je ne pourrais les énumérer sans trahir l'un ou l'autre.
Et mes goûts évoluent. Je passe à autre chose pour revenir à ceux que j'aime le plus. C'est toujours en enrichissement et un oeil nouveau. Des émotions retrouvées avec d'autres notes de fond.
Au départ, dès l'enfance -ben oui, les livres de la bibliothèque de la maison me sont tombés dessus très tôt et ce n'est pas une image^^-, j'ai lu, lu encore. De tout. Ensuite j'ai trié. Ensuite j'ai me suis inspiré de mes "maîtres" (f'in c'est un grand mot), joué avec eux. Un dialogue s'est instauré et puis quand je me suis senti suffisamment libre pour "marcher sans béquilles", dans mes balbutiements, j'ai trouvé un style, ma propre voie (voix). J'ai travaillé, beaucoup je crois pour la trouver. Mais le doute est toujours là et je m'acharne à déconstruire. A me remettre sans cesse en question.
"Chercheur d'or" à la recherche de la pépite. Tout en sachant que la quête est infinie.

Mes modes d'expression sont si divers que je n'ai pas un univers mais des univers. Ensuite, c'est à tout un chacun de mener sa barque dans un océan de contradictions où tempêtent les incertitudes.

Merci pour ta contribution. L'important étant de secouer le bocal des "préjugés", voire, de le casser.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lisa Puydor
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
45 commentaires
Membre depuis
22 août 2012
Dernière connexion
3 février 2013
  Publié: 5 sept 2012 à 23:01 Citer     Aller en bas de page


Je cite RiagalenArtem:

"J'ai nommé, les "critiques" académiques, "vers-tueux" bouffis de certitude, malfaisants, opportunistes, mielleux et vaniteux, ces "Nisard" qu'offusquent le "modernisme", le "changement". Pas d'Poe ! Autant empêcher une révolution en marche.

Les "modernes" contre "les classiques", les pourfendeurs du lyrisme élégigiaque, les adeptes de la préciosité, les surréalistes survoltés, bref, on n'en sort pas. C'est une vraie pagaille.
Et tant mieux ! C'est ce que l'on appelle la diversité."




Fatal N2, Vitalic, Maori 21, Haute-Claire (je crois), Oh la la...et vous tous qui avez commenté le coup d'gueule de RiagalenArtem, je suis d'accord avec chacun.

La citation que j'ai notée de lui est en fait, à mon sens, l'essentiel de sa critique acerbe. Justifiée.

Il ne semblait pas dire qu'il appelle à la guillotine les versificateurs, mais seulement qu'il vomissaient ceux d'entre eux qui sont mépriseux*, orgueilleux, atteints du complexe de supériorité.
Et souffrant de la forme pure proche en aversion, ainsi que dans le rejet (et le contre-rejet lol) de la notion de race pure. Peut-être que j'exagère dans cette analogie. (?)

Cependant, je suis parfaitement d'accord avec lui.

D'ailleurs, je vais en profiter pour remercier encore une fois, ceux d'entre vous qui ont commenté mes poèmes, dont ils trouvent originale l'expression libre, mais certainement pas une forme qui leur sied ou les émeut. En aucun cas ils n'ont manifesté envers mon travail, une sous-estimation par rapport à l'alexandrin, le quatrain, ou la décasyllabe. Je pense qu'il est bon de le faire remarquer.

La versification n'est pas LA référence ABSOLUE de LA poésie.
Elle en est l'une des formes la plus ancienne certes, mais elle a aussi évolué au fil des siècles.
Et rions ensemble, évolué jusqu'aux vers libres !

C'est dire que rien n'est figé.

Que tous mis à la même enseigne qu'est la poésie, passionnés de la versification française et passionnés des formes libres, anciennes ou modernes, tous devraient se respecter à défaut de s'apprécier et gagneraient à exercer leur curiosité intellectuelle en faisant un tour les uns chez les autres, comme des frères d'une même famille: LA POÉSIE FRANCOPHONE, en ce qui concerne le site La Passion Des Poèmes. Enterrons les vieilles guéguerres, je vous en prie; c'est manque de maturité et régression que d'y revenir ainsi indéfiniment depuis des siècles.

MERCI D'AVOIR LU MON POINT DE VUE.

Lisa.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 6 sept 2012 à 13:46
Modifié:  6 sept 2012 à 13:56 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Lisa,
Ce n'était pas un "coup de gueule", tout au plus un "billet" ^^ qui n'appelait ni polémique, ni "prise de tête" à partir de l'anecdote que je relate, et qui m'a fait bien rire par la vanité de celle qui comptait sur ses doigts mais n'exprimait jamais rien.
Parce qu'au fond, aussi diverses que soient nos formes d'expressions, nos préférences, toutes ces réponses, dont la tienne apporte une pierre à l'édifice. C'est un immense plaisir de partager la passion d'écrire.
Il était une fois un "Cercle" d'amis extrêmement soudés, dont un grand poète, qui nous a quittés (je le salue, d'ailleurs où qu'il soit) et un autre, un "frère", qui l'a rejoint mais qui n'est jamais vraiment parti non plus. Et ce qui était merveilleux, c'est que, venant de différents univers -ma "partie" étant plus le roman, les nouvelles-, nous nous sommes rejoints et compris, adoptés et ré-unis.( c'était pas non plus le monde des bisounours^^, on était loin d'être toujours d'accord, ce qui faisait le sel de ces relations privilégiées).

Ce topic date mais ici j'ai rencontré certaines personnes qui m'ont touché par leurs textes, par leur poèmes mais pas seulement...et ils apportent leurs touches de couleur sur un grand tableau où l'abstrait et le figuratif se marient.
Tous ceux-là sont sources d'inspiration, de découvertes et surtout, ils ne se prennent pas au sérieux. Les plus ouverts, les plus humbles sont les " plus grands"...j'en fais l'expérience sans cesse, que ce soit dans mon métier ou dans la vie de tous les jours.

Amicalement
Riagal
ps : j'irai te lire c'est évident mais le Tic tac des journées bien remplies bat le rappel, faute de temps on passe souvent trop vite..et les réponses que l'on donne ou pas ne sont pas le fait d'"ignorer". On peut apprécier sans commenter...aussi. :-). Même si un mot fait toujours plaisir. Il y a des lectures silencieuses qui veulent beaucoup dire...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lisa Puydor
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
45 commentaires
Membre depuis
22 août 2012
Dernière connexion
3 février 2013
  Publié: 23 sept 2012 à 11:25 Citer     Aller en bas de page

Bien dit Riagal ! "les lectures silencieuses". Moi ça m'va aussi bien.
Comme tu as dit "un p'tit mot ça fait toujours plaisir" dans ce cloaque d'individualisme !
Faire signe à l'autre.

Je me répète, j'ai apprécié ton Billet !

Cordialement.
Lisa.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 sept 2012 à 13:24 Citer     Aller en bas de page

Faire signe à l'autre, oui. Mais ce n'est pas parce qu'on s'abstient que l'on est "égotique".
Il faut le temps aussi...et les textes, poèmes, etc...arrivent par brassées. Impossible de les lire tous et surtout de les lire "vraiment". Et parfois les mots manquent...ou ne sont pas adaptés.
Alors voilà pour toi ^^:

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3940 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 11 déc 2012 à 13:34
Modifié:  11 déc 2012 à 13:40 par ballandine
Citer     Aller en bas de page



Une progression que j'aime en écriture poétique

d'abord une mélodie
un peu d'egotisme
toujours un frisson
un fond d'amour clair
un vrai jeux d'écriture
une esthétique
une volonté de transmission




Un beau plaisir de lire cet échange....

  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 nov 2014 à 23:51 Citer     Aller en bas de page

Et merci de ton retour de balle sur l'éternel sujet^^. Lande..ms c'était un de mes premiers posting...
Y'a pas prescription...je ne retourne pas ma veste anyway.
Bises

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3766 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 25 août 2016 à 10:20
Modifié:  25 août 2016 à 10:27 par Naej
Citer     Aller en bas de page

RiagalenArtem

J’adhère totalement à ton propos sans aucune restriction

On ne devient pas « poète » : On naît poète, on est poète…
Mais à ce terme qui pourrait paraître prétentieux, je lui préfèrerais D’autres termes : Poèt-Poêt, rimailleur, jongleur de mots et de maux, musicien raté ou musicien paresseux qui aurait choisi l’instrument le moins lourd, le plus facile à manier (?) : le crayon, le stylo, la plume et de nos jours le… clavier !

Si nous faisons fi des règles établies, il nous faut quand même avoir en tête qu’il ne suffit pas d’aligner des mots pour qualifier le résultat de poésie !
Il convient d’abord de les apprivoiser, les dompter, les agencer de façon harmonieuse afin qu’ils fassent naître sur une feuille de papier une agréable musique bien équilibrée, bien rythmée qui saura, peut être attirer l'attention d'un Lecteur et lui procurer certaines émotions…

Ce n’est qu’alors que l’on peut envisager de s’emparer de certaines règles des anciens sans les torturer ou les mutiler comme le « novice » le ferait sur un piano, avec une sonate de Beethoven, devant un public !

Car ces règles, un véritable carcan pour certains, sont parfois et aussi la garantie du respect des mots que l’on veut offrir au regard de nos semblables. Ce n’est qu’en les maîtrisant que nous pourrons nous affranchir de les utiliser aussi paradoxal que cela puisse paraître…
Ainsi, je pourrais dire autrement que s’il faut s’aimer soi-même afin de pouvoir aimer les autres, il faut semer dans son carré de verdure avant de semer à l’envi dans les jardins publics…


Il va sans dire qu’en ce qui me concerne je suis bien loin de maîtriser la totalité des règles concernant La Poésie… Je ne suis qu’un amateur, mateur de vos mots, de vos textes, friand de certains, plus frileux sur d’autres et que ce qui me guide, c’est plutôt le Ressenti que le Savoir.

Enfin et pour terminer mon propos j’oserai affirmer que l’essentiel ici est de prendre du plaisir sans se prendre au sérieux.

A vous lire tous et toutes tant que la vie ne décidera pas de m’abandonner.... lâchement !

Amicalement
Naej

  Carpe diem...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 25 août 2016 à 10:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de Naej
RiagalenArtem

J’adhère totalement à ton propos sans aucune restriction

On ne devient pas « poète » : On naît poète, on est poète…
Mais à ce terme qui pourrait paraître prétentieux, je lui préfèrerais D’autres termes : Poèt-Poêt, rimailleur, jongleur de mots et de maux, musicien raté ou musicien paresseux qui aurait choisi l’instrument le moins lourd, le plus facile à manier (?) : le crayon, le stylo, la plume et de nos jours le… clavier !

Si nous faisons fi des règles établies, il nous faut quand même avoir en tête qu’il ne suffit pas d’aligner des mots pour qualifier le résultat de poésie !
Il convient d’abord de les apprivoiser, les dompter, les agencer de façon harmonieuse afin qu’ils fassent naître sur une feuille de papier une agréable musique bien équilibrée, bien rythmée qui saura, peut être attirer l'attention d'un Lecteur et lui procurer certaines émotions…

Ce n’est qu’alors que l’on peut envisager de s’emparer de certaines règles des anciens sans les torturer ou les mutiler comme le « novice » le ferait sur un piano, avec une sonate de Beethoven, devant un public.


Car ces règles, un véritable carcan pour certains, sont parfois et aussi la garantie du respect des mots que l’on veut offrir au regard de nos semblables. Ce n’est qu’en les maîtrisant que nous pourrons nous affranchir de les utiliser aussi paradoxal que cela puisse paraître…
Ainsi, je pourrais dire autrement que s’il faut s’aimer soi-même afin de pouvoir aimer les autres, il faut semer dans son carré de verdure avant de semer à l’envi dans les jardins publics…


Il va sans dire qu’en ce qui me concerne je suis bien loin de maîtriser la totalité des règles concernant La Poésie… Je ne suis qu’un amateur, mateur de vos mots, de vos textes, friand de certains, plus frileux sur d’autres et que ce qui me guide, c’est plutôt [b]le Ressenti que le Savoir
: ça coule d'éides-danses... :-)....comment ne pas être d'accord...?

Enfin et pour terminer mon propos j’oserai affirmer que l’essentiel ici est de prendre du plaisir sans se prendre au sérieux.[/b[b]] C'est ma devise ; -)

A vous lire tous et toutes tant que la vie ne décidera pas de m’abandonner.... lâchement !
Ce serait trop triste : - '...on commence slt à faire "connaissance"...un peu...

Amicalement
Naej


Hé bé, il remonte à loin "celui-là", il y a bp de "disparus"...ou de membres qui ont changé de pseudos....Aucune prétention, non plus. Ms de la cruauté envers moi qui suis je e répète mon pire critique même en ces récréations sur ce site que j'M..et qui m'a apprivoisé.
BTW, j'm pas trop le terme de "Poète" au sens académique, figé sur piedestal...c'est pompeux et pis ça manque cruellement de recul et d'humour, non ?...
J'essaime sur d'autres litté-ratures...et quel plus beau mot qu'"Amateur"....? ^^...
J'ai mis en "gras" de fusain le plus important à mes yeux. Sinon, voir du côté de chez Alex Blaise (pour ne pas la nommer ;- )), tout le talent de l'audoditacte qui ne se la joue pas et aime toutes les variations poètiques quand elles lui "parlent"...au coeur et à l'imaginaire.
Dédicace à elle, qui nous manque....

J'ai répondu sur le vif, on écrase les coquilles Naej et pis, envie d'un tea bien frappé....

Pis c'est la fin du "break"...aussi.
Amicalement aussi. :- )
Riaga...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 22 août 2018 à 21:10
Modifié:  22 août 2018 à 23:12 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Yvan Bert
Je reste pour ma part convaincu de la nécessité de respecter les règles poétiques, bien que je ne prétende pas les connaitre toutes, j'aspire d'ailleurs à m'améliorer.

En effet, le respect de ses règles entraîne un travail de fond intéressant qui permet de profondément imager et sortir du plus profond de soit des mots, expressions que ne n'auraient pas utilisé.

Je respecte, bien entendu, la notion de poésie de chacun.


Salut (qd même...: -)...je suis étonné que ce billet brûlot "moqueur" soit remonté et j'ai pas vmrt le temps de faire une anayse sur un sujet qui prête à ttes les confusions.
Si tu as bien TOUT lu, je dis bien tout, tu verras que tous les partcipants du fil ont donné des avis divers ms tjrs argumentés et correspondant à leurs personnalités. Bp sont partis du site ou ne viennent presque plus....ms tu noteras des pseudos qui sont côtés "classiques" et qui n'ont pas été choqués par ce billet d'humour...(qui ne concernait qu'une anonyme inconnue d'ici...le dossier est dc classé) et sont loin de dédaigner d'autres styles, ils ne manquent ni de talent ni de curiosité, ils ne sont pas figés dans leurs "cases", c'est tout. Ils manquent même si d'autres rencontres et affinités sont nées.

Que sont les régles ? Elles n'ont cessé d'évoluer, de se multiplier au cours de l'Histoire. Depuis les chansons de gestes du Moyen-âge, les poètes de la renaissance pour finir sans en finir (je vais pas faire une chronologie ni une anthologie de la Posie française d'autant plus qu'il y a des auteurs étrangers que j'affectionne et ce depuis le plus jeune âge....j'ai eu un bon entourage et de bons profs, la chance ms pas slt, on le paye très cher et il n'est pas question d'argent).....

Je suis d'avis qu'il est indispensable d'avoir une solide culture à la base et de connaître ttes ( pas forcément toutes ms les "essentielles") les variations et techniques et révolutions de ce que l'on appelle "Poésie", terme flou s'il en est puique que bp de formes d'arts sont concernés.
Ms ça se fait dès le primaire ou plus tard, sinon, on relève ses manches et on lit, lit et relit....de tout.

Ensuite viennent les préférences et les évolutions. Une remise en question et un travail qui se fait au quotidien en plus des études et du reste....ben oui, c'est la raison pour laquelle mes heures sont comptées ( ça ne me dérange pas de mourir jeune ms bon, on va pas donner ds l'humour noir...déjà que je me sens un "brin" en "marge" ; -).

Le truc, c'est que les "classiques" aiment aussi les vers libres (les meilleurs souvent), qu'on n'imite pas Baudelaire ou Verlaine (noms que je retrouve le plus souvent dans les "favoris"...d'ailleurs je pense qu'ils n'auraient pas apprécié et qu'eux -même auraient été ds le sens de la recherche et de l'évoltion que j'évoquais).

A signaler, Baudelaire ns a fait connaître Edgar Poe (dont on ne peut pas dire qu'il entre ds les rangs de vers si si fiés au cordeau)....qu'Emily Dickinson est l'une des grandes figures de la poésie mondiale et s'est aussi démarquée par un style que bp détestait à l'époque....(lire quelques uns de ses "cahiers" serait bien)...ms c'est pas moi qui décide et j'aime pas donner de conseils....
Et vice-versa...quand bien même étant critique de moi-même, j'attends des autres qu'ils le soient aussi...(enfin osef aussi...; -)).

Là j'écris sur le vif, en "roue libre" (ce qui étonne, je sais...) ms ça ne concerne pas mes textes...ils sont ds ma tête et sur carnet (une manie) sans cesse....sans repos, eux ne sont pas e "roue libre".

Du coup je suis obligé de compartimenter les "écritures". Je sais que qq'un a récemment été tout tourneboulé que je lui réponde que j'en avais RAF de son décomptage...la fond, le rythme, l'harmonie (ou la "dis_harmonie voulue, comptent plus pour moi...et si certaines ou certains croient que c'est la voie de la facilité de s'éloigner des règles des classiques, c'est Niet ! C'est comme peindre avant de savoir dessiner, c'est naze (Picasso, au hasard possédait et avait appris ttes les bases avant de faire ce que l'on sait..).

Sur la base d'une "impro" récemment (par ex.); c'était pas de l'écriture automatique....Impro par qu'improvisions comme un fil neuronal que l'on tire et ça peut être intéressant...ou pas.

Pour le reste en "règle" général, aucun mots n'est placé au hasard ou qu'il rime pauvre ou riche (cela peut donner des dissonnances affreuses...ms chacun son "trip"). A conditions d'y mettre aussi ses tripes....mais pas en dégurgitant ou régurgitant pour faire "genre"....là aussi, c'est à voir selon son état d'esprit sa sensibilité et son goût....ec...

Deuxi ou tertio : mon goût ? Mon "poème préféré" ? Je ne peux pas choisir. C'est impossible. Ils sont intemporels... Ceux que j'aime sont si différents et si indissociables. Ms là, question d'"humeur", voilà (ce n'est pas un contemporain ; -) :
"Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie."
Tiré de El Desdichado de Gerard de Nerval (connu par coeur comme pas mal d'autres...ms je ne suis pas le seul).

Et d'autres dits "modernes" ms quel en est le signifiant (voir d'autres arts, le "salon des Refusés qui a donné l'élan à l'impressionnisme, L'"art dégéneré" honni (et raflé, zieuté) par les nazis qui comporte les plus beaux noms des artistes mondiaux, ou bien l'avant-gardisme russe des années de pré terreur des bolchos, dc très courte, cinéma, littérature, danse, ts arts confondus...(heu...ils sont morts, entre autres, au goulags ou ont été assassinés ou ont dû quitter à jamais leur patrie...la liberté n'a pas droit de cité dans le diktat de Lénine), pis encore et encore tant d'autres...bref, j'ai fait long au final ms c'est comme c'est venu....

Pour qu'enfin les choses soient claires et ne prêtent ni à polémiques ni à confusion...

Pour l'hommage (qui ne lui a pas été rendu je crois ici et pour le plaisir) :

"Enfant magicien perdu
Je me souviendrai de ce regard
Qui faisait chanter l'ombre.
Des yeux de l'enfant d'autrefois caché
Dans le beau visage mortel
Je me souviendrai, comme de la mémoire vivante
Peuplée d'ondines et de merveilles.
Maintenant que tu traverses le vert miroir
D'Alice et que tu rejoins les années anciennes
Où ton enfance d'un cri sans fin t'appelait,
O toi, veux-tu, ne nous oublie pas qui restons égarés
Parmi les feuilles mortes d'un monde
Où les fées ne sont plus....

De regards oubliés, de mots égarés
J'aimerais , de mains végétales
De bouches plus fraîches, plus glissantes
Que la rivière luisante du sommeil,
De soleil neuf et hardi,
De sourires d'enfance, de liberté,
Ma passagère, ma grâce, mon instant,
De prairie éternelle, j'aimerais
Te recréer."

( " Chansons de la cage ouverte")

De Georges Emmanuel Clancier, -poète, romancier; auteur des romans “Pain noir” et “L’Eternité plus un jour” ..." mort dans la nuit 3 au 4 juillet, laissant derrière lui une œuvre prolifique. Il avait 104 ans. Et venait je crois de terminer un autre livre...Hommage est rendu à "un jeune homme" (à le lire, sans ironie aucune) qui laisse une oeuvre à découvrir. Parce qu'il y a toujours à apprendre...et à être charmé; étonné,...c'est devenu assez rare pour le souligner.

Pis enfin cela : "
"La poésie change le monde de l'intérieur de chacun. Elle fait partie de l'être humain. C'est une donnée fondamentale, une valeur essentielle. Mais n'étant pas une valeur marchande, elle ne cesse depuis une vingtaine d'années de perdre du terrain...En privant ainsi les gens de poésie, on dérobe une part essentielle de leur vie. Ne l'oublions jamais: la poésie est consubstantiellement résistante." Légende de Paul Gilson.

J'ai pas de rimes léonines à livrer ou si ms j'ai pas trop envie ; -)...sur cette note d'humour again ss prise de melon ou de tête, j'y go....et les coquilles, osef....je suis pressé...
(btw ; très bien, le respect...: -))...

A vous/te lire, là c'est déjà l'aube et je ne dormirai pas...
Amicalités...
Riagal.....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1817
Réponses: 19
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0936] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.