Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13239 membres inscrits

Montréal: 29 nov 23:33:24
Paris: 30 nov 05:33:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Histoire sur la 2nde Gm Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Incandia


Pomme un jour, Pomme toujours.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
18 mars 2006
Dernière connexion
7 mai 2009
  Publié: 20 mai 2007 à 13:58
Modifié:  1er juin 2007 à 14:29 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

C’était en septembre 1943, je venais d’avoir quinze ans. Avec ma mère et ma sœur nous étions sorties pour acheter à manger dans le ghetto. Il y avait une magnifique robe dans la vitrine d’un magasin je me suis donc éloignée d’elles quelques instants. Là je ne compris pas ce qu’il se passait, des S.S. étaient arrivés, ils avaient empoigné des Juifs dont ma mère et ma sœur. Dans la panique je hurlais leur nom. Trois S.S. me prirent les bras, je me débattais mais ils étaient trop forts, ils me frappèrent et je tombai dans l’inconscient.
A mon réveil, j’avais mal au crâne, j’étais dans un endroit très sombre, mais je sentais qu’il y avait d’autres personnes, leur peau, leurs habits, leur souffle, leurs gémissements, leurs toux. J’avais chaud. Combien pouvions-nous être ? Où étions-nous ? Il y avait ce bruit assourdissant…
Je sentis quelqu’un bouger à côté de moi et je sursautai.
- Pardon.
C’était une voix d’homme. Je l’excusai. Il me demanda mon nom.
- Ava.
- Adam, enchanté.
Je ne voyais pas son visage, mais peu m’importait, il m’avait l’air sympathique.
Il venait de Leipzig, c’était à une centaine de kilomètres d’où j’habitais, Dresde. Il avait dix-huit ans, ses parents s’étaient fait tuer devant lui il y avait un peu plus d’un an. Il s’était caché derrière un meuble comme ses parents le lui avaient dit quand ils avaient vu les S.S. s’approcher de la maison.
J’étais restée à l’écouter sans rien dire. Pourquoi me le disait-il ? Il avait du rencontrer beaucoup d’autres personnes avant moi.
- On a de la chance ! me dit-il alors que j’étais perdue dans mes pensées.
- Quoi ?
- Oui, on a de la chance, notre wagon n’est pas aussi plein que les autres. J’ai vu d’autres wagons avant de monter. Ils avaient du mal à fermer les portes. Je t’ai aussi vu quand ils t’ont mise dans ce train…
- Tu sais où on va ?
- Pas exactement. Des rumeurs disent qu’ils nous envoient travailler dans des camps à l’Est.
- Mais ce sont des rumeurs.
Il approuva ma remarque.
Dans un train… Vers l’Est… Pourquoi les nazis emmèneraient-ils des gens malades ou incapables de travailler dans un camp ?…
Ma tête me faisait toujours mal. Je l’appuyai sur la cloison à ma droite et soupirai. Je sentais qu’Adam m’observait dans l’obscurité. Je ne savais plus où j’en étais. Tout s’était passé tellement vite… où étaient ma sœur et ma mère ? Une larme fit son apparition et descendit lentement le long de mon visage.
- Tu es très belle, me chuchota Adam à l’oreille.
Son compliment me surprit. Je ne dis rien. Qu’aurais-je pu répondre à ça ? Je ne le connaissais pas. Pourtant, sa voix avait quelque chose de rassurant.





(Ceci est le début d'une histoire que je suis en train d'écrire, j'ai déjà fait pas mal de modif et je ne pense pas que ce sont les dernières !!! Mon histoire n'a pas encore de titre...)

  L'écriture est une flûte enchantée
Brouhaha


Courage his not the absence of fear, but the triumph over it.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
32 commentaires
Membre depuis
9 mai 2007
Dernière connexion
22 juin 2015
  Publié: 20 mai 2007 à 18:15 Citer     Aller en bas de page

Salut,

tu dois sûrement avoir lu sur le sujet car quand j'ai lu ton texte je n'ai pas doutée une fois de tes informations. J'ai bien quand tu dis que sa voix avait quelque chose de rassurant. Le seul défaut que je trouve à ton texte c'est qu'au début c'est un peu essoufflant à lire trop d'actions en même temps, mais à pars cela je l'aime bien!!!

Mémé

  Je me souviens.
Incandia


Pomme un jour, Pomme toujours.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
18 mars 2006
Dernière connexion
7 mai 2009
  Publié: 14 juin 2007 à 05:09 Citer     Aller en bas de page

Merci Catarata je le trouve moi aussi un peu trop lourd en action, mais c'est un début je vais changer pas mal de chose je pense

Eymeric, je ne sais pas comment l'écrire cette panique !! lol Mais merci de ton soutien !!


Incandia (alias Boudine)

  L'écriture est une flûte enchantée
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1402
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0198] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.