Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 700
Invisible : 0
Total : 702
· Argynne Aphrodite · Chlamys
13157 membres inscrits

Montréal: 27 févr 17:42:58
Paris: 27 févr 23:42:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Comme un coup de vent ( part 3 ) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
xxabeillexx


La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve et vous aurez vécu si vous avez rêver.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
441 commentaires
Membre depuis
17 novembre 2002
Dernière connexion
5 juillet 2012
  Publié: 21 déc 2002 à 11:21
Modifié:  13 août 2010 à 17:09 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Le reste du chemin est plutôt silencieux, devant ma chez moi il me demande si j'ai un copain. J' lui réponds que non pis j'y demande si lui a une blonde... C’est aussi négatif de son côté. Puis, il regarde à terre, relève la tête puis me demande : « Annabelle? J'peux t'embrasser ?» J'ai pas le temps de répondre qu'il s'approche tout près de moi, me caresse le visage du revers de la main puis penche son visage tout doucement vers le miens. Ses lèvres effleurent à peine les miennes tellement il m'embrasse tendrement. J'ai l'impression de fondre littéralement dans ses bras tellement c'est doux et tendre. J'peux pas expliquer combien c'est bon... Tout ce que je sais c'est que des milliers de frissons traversent mon corps de la tête au pied pis que j'ai l'impression d'être un volcan tant j'ai chaud.


Puis là Ryan se recule, dépose un baiser sur mon front et me dit : « Nous deux, se sera à la vie comme à la mort.» Ce qu'il m'a dit, j' peux le dire sans honte, ça m'a fait frissonner. J'ouvre la porte de chez moi , j' viens pour entrer mais j'entends le crissement sourd des pneus d'une voiture qui essaie de "braker" trop brusquement suivit d'un gros " BANG". J'ai peur de me retourner car je redoute le pire... mais je dois être "maso" car je me retourne pareil. Ce que je redoute depuis ces quelques secondes me saute littéralement aux yeux ; je vois mon Ryan, MON beau Ryan que la vie venait tout juste de me donner, étendu à quelques pieds de la voiture, gisant dans une mare de sang qui s'écoule de son crâne. La vie est si injuste parfois. Ça prend pas cinq minutes que l'ambulance pis les policiers sont sur place. Faut dire qu'ils sont plus vite que moi... moi j' suis comme transie, je n' vois qu'une masse de gens qui bougent et qui parlent. Leurs paroles ne sont qu'un espèce de gros bourdonnement à mes oreilles... dans l' fond c'est bien que j'entende rien car dans l' fond j' veux rien entendre. J'sais pas par quel miracle que je réussis à monter dans l'ambulance avec Ryan étendu sur la civière, sûrement parce que je suis si zombie qu'ils veulent me garder moi aussi sous observations. J'réussis quand même à prendre la main de Ryan et à lui dire que je l'aime. Même si il a l'air dans l' coma, moi je sais qu'il m'entend.

À l'hôpital, ils veulent me garder, ils refusent de me laisser partir. Ils disent qu'une bonne nuit de sommeil me fera du bien. Avant de me rendre à ma chambre, je passe devant celle de Ryan.. il est encore inconscient dans son lit avec le seul bruits des machine pour l'accompagner là où il est. J'aurais voulu aller le rejoindre... Au lieu de ça, je vais à ma chambre et j' me couche sans même enlever mes vêtements. Le lendemain quand j' me réveille, j' demande à voir Ryan. On me répond qu'il est décédé cette nuit. Je retourne à ma chambre, prend mon manteau et je pars chez moi car j' suis vraiment pas à ma place dans cet hôpital. L'air du dehors me fais du bien... J’entre chez moi pis j' me recouche.

(suite)

  J'étais à toi avant de t'avoir connu, ma vie en se formant fût promise à la tienne, ton nom m'en avertit par un trouble imprévu, ton âme s'y cachait pour évoquer la mienne.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1438
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0300] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.