Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 721
Invisible : 0
Total : 721
13161 membres inscrits

Montréal: 11 déc 23:20:12
Paris: 12 déc 05:20:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le Char de la nuit (hommage) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 3 août 2007 à 06:10
Modifié:  3 août 2007 à 18:22 par (...)
Citer     Aller en bas de page





René CHAR aurait eu 100 ans le 14 juin 2007
Hommage



Le Char de la nuit

*

Les doigts de sable

« L’expérience que la vie dément, celle que le poète préfère »
René Char

Doigt de sable évadé d’une prison sur l’autre,
L’homme fuit de sa mère au sablier des heures.
De sa mère à la terre, il est sable et frissons.

*

Quand ton doigt dessina sur mon dos ton regret,
L’arbre au vent se troubla que le ciel ait tonné,
Vint l’automne annoncé qu’un vague été poursuit.

Nous poussions vers le sol, à l’envers des forêts.
L’éclair nous détachait sur le front de la nuit.

Les vitres languissaient de jouer sous la pluie
Et le vent essayait son aile à tes cheveux

Les volets appelaient à regarder dehors
Le monde où nous passons sans trace de passage

Alors nous les fermions et nous volions la vie,
Posions des pas au ciel, empreintes de nuages,
Et ton doigt enlevait le sable de mes yeux

Par un éclair exact, vérité sur le mur,
Une ombre sincère de doigts fondus criait
« Je te veux »

Tu écrivis d’amour sur mon ventre un adieu.

4/8 mai 2007


Poète et Muse

« La poésie me volera ma mort »
René Char

Le jour encense l’air qui patiente au jardin
Sur le pas de ta porte où je serai demain
Si l’amour me déporte.

Marin privé de port, tu navigues ta rime
Au bonheur de son corps et tu jettes ton encre
Au profond de son puits.

Il pleut comme un dimanche
Et mes mots sur tes hanches font leur sel du silence.

Une vérité droite a montré le chemin
Mais des pensées étroites ont ralenti nos pas.

Poète n’écris pas si tu n’es que de mots,
C’est ta chair que l’on veut pour battre sous nos yeux.

Muse inviolée,
Muse imperforée qui se blesse à mes mots,
Je t’aime.

Net de vérité mais augmenté du rêve,
Juste matin d’un jour en bord de crépuscule,
Tribuable imposé sur le bonheur en fuite,
Poète, vis tes mots, dis ta vie, nie la mort.


5 mai 2007

Nuits et jours

« Le poète ne dit pas la vérité, il la vit ; et la vivant, il devient mensonger. Paradoxe des muses ; justesse du poème »
René Char

Nuits et jours s’affrontaient sur le parquet du temps
Nos mains rampaient à leur rencontre en contournant le monde
Le silence effrayé d’une ombre de géant
Disait aux sourds l’amour qui monte

Ils eurent peur et firent demi-tour
Debout sur leurs doigts gourds ;
Et depuis, le monde disparu,
Le silence s’est tu.

Etoiles

O mon corps en morceaux,
Chaque membre une étoile,
Ma lumière sereine est rentrée au berceau.

La Lune

Incurable silence à l’éternelle empreinte
Et des mots pour le dire à ta lumière feinte,
Comme un morceau de nous qu’une plainte arracha,
Comme un morceau de vous que la Terre cracha.

5 mai 2007

Jour après jour

« A chaque effondrement des preuves, le poète répond par une salve d’avenir »
René Char

Il sortit d’un matin une pousse de rêve qui mourut en un jour
Fièvre brève d’amour

Nous courûmes guéris et nos routes perdues
Au dédale des rues
Ivres de nos mains

Aux bouges immobiles des étoiles ouvertes
Nous entrâmes sereins

Dans l’eau pellucide d’un miroir sans tain
Nous nous vîmes unis sur une page blanche

Ton silence acquiesça lorsque je pris tes hanches
Pour mourir avant l’heure
Et devancer demain.

Du matin sortirait une pousse de rêve à mourir en un jour.


6 mai 2007


Attente

« Le poème est l’amour réalisé du désir demeuré désir »
René Char

Le jour où j’ai croisé ton regard et sa route
Pour les perdre aussitôt aux morphines du doute,
J’ai confié tes élans au carré de lumière
Qui retient l’Ephémère entre les murs d’hier

Tu attends ce moment où la chandelle baisse,
Les bouches des prisons s’ouvriront sur la nuit
Enfin libres vivront les mots tenus en laisse
Par un cœur épuisé de patienter sa vie

Il y aura un cri et moi seul à l’entendre
Lorsque sur le miroir au soupir de tes lèvres,
Noyé dans la buée de nos dernières fièvres,
Ton souffle m’écrira « je t’aime et viens me prendre ! »

Et mon âme quittant son enveloppe infâme
Tout doucement viendra se blottir à ton âme.


7 mai 2007

Jihem

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 3 août 2007 à 12:27 Citer     Aller en bas de page

Un sacré hommage pour lui, tous ces poèmes là je les trouve sublimes...

Je ne trouve rien à dire de plus... Merci...


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 5 août 2007 à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Justine Char était vraiment un grand, et en plus, il habitait le pays de mon père, et il avait le même âge que lui ...

Mes amitiés

PS : merci à P'tite Bulle à qui j'ai donné du souci et du travail

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1915
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0555] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.