Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 32
Invisible : 0
Total : 33
Équipe de gestion
· In Poésie
13205 membres inscrits

Montréal: 19 sept 05:16:18
Paris: 19 sept 11:16:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (2/3) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 10 nov 2007 à 17:08 Citer     Aller en bas de page

Engrenages




Partie 2


Chapitre 6


[…]

Lettre de Samuel écrite le 10 octobre 1998


Camille,

Je ne sais si tu liras un jour cette lettre ou si elle finira comme tant d'autres par être détruite parce que je n'ai pas le courage d'aller jusqu'au bout de mes pensées quoique encore je ne sois jamais allé aussi loin qu'avec toi. La seule chose qui est certaine, c'est que cette lettre sera écrite, qu'importe ce qu'elle advienne, que tu la lises ou non. Je compte mettre ici tout ce que j'ai sur le cœur sans tricher, sans chercher à tirer des conclusions sur l'avenir. De toute manière, il n'y en a aucun pour moi.

Pourquoi ne l'ai-je pas fait plus tôt ? Peut-être parce que je n'étais pas prêt ou peut-être que je ne pouvais pas dans la circonstance. En tous les cas, il fallait bien qu'un jour je le fasse. Je te l'ai déjà dit dans une lettre que je t'ai écrite quelques temps avant que le fait d'écrire ne me soulage pas mais c'est plutôt une façon de faire le point sur le chemin parcouru. J'ai la rage et la tristesse dans le cœur et je doute que cela change un jour. Toi, tu me diras «oui » par convention, mais moi, je peux t'affirmer « non »: les choses ne sont pas parties pour.

Je me suis souvent demandé le pourquoi de ton comportement vis à vis de moi et malgré toutes les fois où l'on a abordé le sujet ensemble, rien ne me paraît tenir pas debout. Je ne comprends pas pourquoi tu ne m'as jamais laissé une chance, toi qui es capable d'en donner à des médiocres. Suis-je encore plus médiocre qu'eux ? Pourquoi ne me l'as-tu jamais dit ? Les choses auraient été plus claires et plus radicales. Pour me protéger ? Tu sais bien ce que je vais dire, nous ne sommes plus des gosses et je pense, sommes à même de gérer les choses même si elles tournent mal.

Alors j'attends toujours et c'est décidé, j'attendrai. Je ne suis pas pressé même si j'ai pu l'être à certains moments par le passé. Si un jour, je rencontre une autre fille avec laquelle je fais ma vie, je la plains. Je ne l'aimerai pas, elle ne sera qu'un moyen et je m'en servirai comme je me suis servi de tant de gens durant ces années. Toi, tu ne m'as jamais servie et je me demande encore pourquoi je ne t'ai pas jetée, tu ne m'étais pas utile et bien au contraire. Je dis cela mais je sais pourquoi mais je voudrais éviter d'y penser tant que le jour n'est pas le bon.

Tu te demandes peut-être si la lettre est encore longue parce que tu n'as pas que cela à faire et que tu voudrais ne plus y penser mais tu vois, moi aussi, je voudrais ne plus y penser : c'est impossible, lorsqu'on a quelqu'un dans la peau, on ne peut plus s'en défaire.

J'ai toujours cru que tout pouvait s'expliquer rationnellement et que par conséquent, tout était contrôlable dans ma vie. J'ai toujours cru que je serais capable d'écrire ma vie comme les écrivains et les cinéastes racontent les histoires des autres mais, maintenant je sais que je me trompais. J'avais oublié que les autres pouvaient aussi vouloir écrire leurs vies. Ils ont d'autres idéaux quoique je puisse faire.

Je relis mon journal et la vérité m'apparaît plus clairement. Je suis humain et rien d'autre. Tout ce que j'ai pu m'imaginer du monde ou de moi n'était qu'une illusion presque parfaite de la réalité. Je suis un cercle. Tu sais, cette forme qui rappelle le ciel, les vagues mais qui finit par revenir sur elle-même. Je ne comprenais pas pourquoi mais maintenant je sais la raison pour laquelle tu m'as tourné le dos : il n'y rien à voir ici. Pas de beaux paysages, pas de couchers de soleils multicolores, pas de repos. Ici, c'est la tempête, c'est le vent du large qui souffle pour annoncer le cyclone en permanence. C'est cela ma vie et j'ai cru un moment que je pouvais la changer. Je n'aime pas, je broie. Tout ce que je touche finit à la dérive. Advienne que pourra des survivants. Dieu n'existe pas alors ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.
Pour ma part, je survivrai, je surmonterai les océans les plus capricieux, je suis immortel, je te l'ai déjà dit. Je sais que je le suis parce que je connais une vérité.

(..)

Maintenant, je vais prendre le large où le naufrage sera discret au moins. Pour l'instant, je suis à quai pour quelques semaines, je reprends des forces pour m'affronter dans la tempête.
Je te laisse, il est une heure du mat' et il faut que je dorme même si je n'ai pas sommeil.
Je (crois que je) t'aime, je t'embrasse,

Sam





Tilou

(à suivre)

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
strange


parce que quoi qu'il arrive j'aurais toujours des ennemies
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
662 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2007
Dernière connexion
26 octobre 2008
  Publié: 10 nov 2007 à 17:40 Citer     Aller en bas de page

Très belle lettre.
En tout cas je suis impatiente de savoir, si un jour le couple Samuel/Camille se formera.


Strange.

  QUAND LE MYTHE DEVIENT REALITEE
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
19 août
  Publié: 11 nov 2007 à 05:54 Citer     Aller en bas de page

Une lettre courte oui, et qui en dit autant qu'elle laisse le lecteur dans la perplexité la plus totale...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 12 nov 2007 à 18:14
Modifié:  12 nov 2007 à 18:15 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Citer du Dostoïevski... Sur mon texte... En remarque intelligente... Nan, ça l'est... J'avais jamais fait le rapprochement... Mais c'est vrai que... Le parallèle est faisable... si tant est que... mon texte vaille cela...^^

(d'un seul coup, j'ai un gros doute qui m'assaille^^)


En tout cas... merci de ce commentaire qui m'a laissé pensif...

Merci vraiment... pour ça


Amitiés..


Tilou


merci strange... merci luna.... me suis attardé sur le com de thib... mais merci

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2930
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Engrenages - Partie 2, Chapitre Sept (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Quatre (2/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Trois (3/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages, Prologue (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Quatre (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Deux (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Une journée ordinaire (selon Nina) : 2ème jour (Contes d'horreur)
Auteur : Anchentria
Engrenages - Partie 1, Chapitre Deux (2/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (3/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897

 

 
Cette page a été générée en [0,2043] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.