Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 347
Invisible : 0
Total : 348
· Daniel
13574 membres inscrits

Montréal: 28 sept 09:21:12
Paris: 28 sept 15:21:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Absurde désespoir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 2 sept 2008 à 09:28 Citer     Aller en bas de page


La mer était immobile, solide
Les gens marchaient dessus
En faisant du bruit avec leurs chaussures.

La plage, elle, froide et liquide
Sentait un poisseux détritus
Qui collait aux coques comme la moisissure.

Ils étaient condamnés à la mer.
Leurs âmes torturées,
Leurs chairs déchirées,
Ils ne pouvaient disparaître.
Pas assez de vide…

Alors ils marchaient en faisant du bruit,
Et regardaient les bateaux sur le sable,
Jamais partis ni pris.

Ils pensaient à leur vie d’avant,
Quand leur souffle n’était qu‘attente
Entre envie et désir.
Si seulement ils pouvaient s’engloutir.
Si l’eau là-dessous était un rien pâteuse…

Et puis l’éternité gluante, là, sur la plage,
Qui les regardait s’épuiser au temps
N’avait t’elle donc pas fini de se déshabiller ?
Elle embrassait les rêves…
Mais ses baisers étaient des blessures.

Maintenant la plage est inaccessible.
Le passé s’y repose malgré les remous du sable…
La mer elle, reste immobile, ne déferle pas.
Les gens regardent la plage, cette île aux tournants.
Aux tourments aussi…

Les gens marchent en faisant du bruit sur la mer.
Ils se croisent. Croisent leurs peaux, leurs chairs.
En désordre apparaissent bonheur tristesse
Ennui plaisirs regrets ivresse
Mais…

Il est trop tard
C’est le désespoir…

 
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
14 avril 2019
  Publié: 2 sept 2008 à 12:33 Citer     Aller en bas de page


Une merveille de composition, un regard futuriste qui fait froid dans le dos
une vision qui j'espère pour notre descendance ne sera pas...

Un poème qui remet les idées en place et qui donne à réfléchir...

Ton poème m'a beaucoup touché je le mets dans mes favoris...

Merci Serge j'aime ton style d'écriture

Mes amitiés Yvon

 
l hetre a Théo
Impossible d'afficher l'image
je rejoindrai mes maitres en une derniere signature...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
864 commentaires
Membre depuis
28 octobre 2004
Dernière connexion
7 avril 2016
  Publié: 2 sept 2008 à 13:23
Modifié:  2 sept 2008 à 13:24 par l hetre a Théo
Citer     Aller en bas de page

bel écrit! j'ai bien aimé ma lecture, merci

amitiés

patrice

  l hetre a Théo
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23541 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 2 sept 2008 à 14:03 Citer     Aller en bas de page

une très belle composition qu'est ce poème beaucoup de réflexions merci pour ces vers

amitiés


james

  Membre de la Société des poètes Français.
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 2 sept 2008 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon, Patrice et James pour vos com.

Yvon pour le fav !

Amitiés serge

 
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 2 sept 2008 à 14:42 Citer     Aller en bas de page

Texte original. Très grave… Le désespoir quoi ! Belle écriture. Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
Ashimati

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
336 poèmes Liste
7304 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
28 septembre
  Publié: 3 sept 2008 à 05:41 Citer     Aller en bas de page

Il m'a bien remué ce texte, toujours l'impression d'avoir cheminé sur cette plage.
"Mais ses baisers étaient des blessures." : phrase sublime
Merci pour ce beau poème, j'aime beaucoup
Amitiés
Thierry

 
Catalina


"Chaque matin est un jour de moins sans lui" Mystic
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2416 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2007
Dernière connexion
5 février 2017
  Publié: 3 sept 2008 à 09:31 Citer     Aller en bas de page

Quel désespoir...
Touchée.......
Merci de ce partage
Cathy

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15512 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 3 sept 2008 à 12:41 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui ne laisse pas indifférent...dérangeant et qui me laisse une sensation de mal -être...très bien écrit en plus... Alex

 
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 3 oct 2008 à 08:58 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous chers amis poètes !

Acceptez ce remerciement collectif pour votre visite à ce poème... qui m'est très cher !

Amitiés serge

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1457
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.