Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 35
· samamuse · Lachésis (Moirae)
13131 membres inscrits

Montréal: 26 avr 10:14:53
Paris: 26 avr 16:14:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Les Barbie- Ken poètiques Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 09:29
Modifié:  26 nov 2013 à 09:30 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page


Les Barbie-Ken de la poésie


La poésie est morte, vivement la poésie pour tous !

Je suis, entre autres, lectrice quotidienne de vers tressés à la baudelairverlainhugo.

Chaque matin en buvant mon thé vert, j’apprends les douceurs rimées d’une vie toute arrondie et qui n’envisage lignes solitaires ou dissonantes.

Les vers, le poème chou joli tout plein, du matin, midi et soir ainsi que… du week end, est maintenant un rituel de groupe, de masse de groupes.

A part les forums de poésie, nombreux dans tous les pays du monde, avec fortunes et fréquentations variables, il existe la nouvelle prière collective poétique du jour.
Elle vient maintenant élever et partager par les Barbi-Ken et leur groupe d'âmes poétiques de la secte.

Ils se retrouvent à chaque driin de leur Iphone, utilisant l’icône parfaite du poète sensible et charmant et de la poétesse fée de tous les rêves possibles.

Les formes - luxurieuses - présentées dans les photos sont pudiquement voilées, cachent pour rendre visible, visible à coups de j’aime, coeurs émoticones, qui titillent le poète, son désir mal assouvi d’ami-lecteur/lécheur de l’autel poétique.

Inutile de souligner que les offrandes sont quotidiennes, de bon aloi et faussement chastes, car sauf pour le fait qu’on n’utilise pas un langage porno, toutes les anses et rives viennent explorer à coup de langue, pardon de vers en langue poétique.

Et le miracle est là, toutes les employées ordinaires, femmes de ménage, professionnelles en retraite ou femmes/hommes dont la sexualité risque une pension anticipée, éternelle, gémissent en choeur devant l’illustration, photo d’auteur en blanc et noir qui laisse entrevoir un monde ou l’Idéal devient copain, partageur des rêves impossibles et... de Deux Autres.

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
728 poèmes Liste
21618 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 09:50 Citer     Aller en bas de page

qu'importe le vers pourvu qu'on ait l'ivresse

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
qu'importe le vers pourvu qu'on ait l'ivresse



Oui, l' ivresse de panurges virtuels...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
728 poèmes Liste
21618 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 13:23
Modifié:  24 nov 2013 à 13:24 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga

Citation de Aude Doiderose
qu'importe le vers pourvu qu'on ait l'ivresse



Oui, l' ivresse de panurges virtuels...



Panurge était le berger, tu veux parler des moutons ?

(On confond couramment Panurge et ses moutons, comme on confond Frankenstein et sa créature)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 13:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

Citation de Galatea belga

Citation de Aude Doiderose
qu'importe le vers pourvu qu'on ait l'ivresse



Oui, l' ivresse de panurges virtuels...



Panurge était le berger, tu veux parler des moutons ?

(On confond couramment Panurge et ses moutons, comme on confond Frankenstein et sa créature)



On parle je crois de panurgisme pour indiquer le gregarisme , j'ai préféré laisser l'image du berger plutôt que des moutons...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Coriandre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
463 commentaires
Membre depuis
14 août 2012
Dernière connexion
17 juillet 2016
  Publié: 25 nov 2013 à 09:00 Citer     Aller en bas de page



moi, j'aime assez l'image du loup rentrant dans la bergerie !

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 25 nov 2013 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de Coriandre


moi, j'aime assez l'image du loup rentrant dans la bergerie !



tu aimes les tableaux complexes...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14451 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 25 nov 2013 à 21:21 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Galatea Belga,

J'ai bien aimé les images que tu as su développer dans ton texte...
Le sourire est venu bien évidemment...



Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Oasis


L'univers est poème d'amour en langue étrangère
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
736 commentaires
Membre depuis
10 janvier 2013
Dernière connexion
10 septembre 2017
  Publié: 26 nov 2013 à 02:06 Citer     Aller en bas de page

Très percutant...!!!

  La plupart des problèmes du monde viennent d'erreurs linguistiques et d'incompréhension. Shams de Tabriz
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 26 nov 2013 à 03:29 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir Galatea Belga,

J'ai bien aimé les images que tu as su développer dans ton texte...
Le sourire est venu bien évidemment...



Sybilla



On sourit, on reflète comme sur bien de choses que nous avons transféré et amplifié sur Internet.

La consommation d'images , citations, poèmes etc. est devenue , consommation de masse avec les nouveaux druides, prêtres... qui prennent l'initiative d'avoir un blog , un profil Facebook plus attirant , révélant notre besoin naturel de faire parte d'une communauté et de partager des rituels , différents mais qui ont également la caractéristique de faire ressentir moins seuls...

Merci Sybilla !


lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 26 nov 2013 à 03:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de Oasis
Très percutant...!!!



Pierre ...ma vocation est l'observation de notre société , ses transformations maintenant aussi sous l'influence de Internet; je suis une utilisatrice/observatrice pas toujours impartiale probablement , mais j'essaye de l'etre...
Merci!


lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 2 déc 2013 à 04:31 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui n'est pas sans rappeler votre pourquoi je n'aime pas Monsieur Alexandrin et que je publierai bientôt sur le site que tu sais puisque tu m'avais donné ton accord. il y sera en cadré par nos échanges et commentaires. je te préviendrai par courriel lorsque ce sera fait.

  Marcel
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 2 déc 2013 à 08:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de Marcel42
Un texte qui n'est pas sans rappeler votre pourquoi je n'aime pas Monsieur Alexandrin et que je publierai bientôt sur le site que tu sais puisque tu m'avais donné ton accord. il y sera en cadré par nos échanges et commentaires. je te préviendrai par courriel lorsque ce sera fait.



Marcel...ta présence est ravissante pour moi !!

Bien sur que tu peux l'utiliser comme tu aimes et sans demander ma permission car elle , pour toi est illimitée...



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
ClownDown


... c'est comme ça que ça se passe dans ma tête...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
117 commentaires
Membre depuis
31 décembre 2012
Dernière connexion
13 juillet 2016
  Publié: 6 déc 2013 à 13:29 Citer     Aller en bas de page

ça fait bien longtemps que je n'ai plus rien écrit sur ce site. Un an, à peu près. Mais régulièrement, je lis quelques textes, sans toutefois y trouver grand intérêt vu le peu de temps que j'y passe.

Si j'ai bien compris tu dis que la poésie est devenue de masse, quotidienne, et voire qu'elle s'est démocratiser.

Si on se dit ça, en réalité, il faut se demander ce qu'est la poésie, en prenant un axe qui serait son utilisation. Comment utilise-t-on la poésie de nos jours ? Et bien je suis assez d'accord avec toi, son utilisation a explosé ses dernières années : on a juste à constater le nombre de sites comme LPDP (et en fait d'internet en général)
Avant de continuer, je vais dire pourquoi j'ai arrêté de poster ici, car cela éclaire un peu mon propos.
J'ai arrêté de poster mes textes ici pour une raison. Je résumerai ce que tu penses de l'utilisation de la poésie comme cela : la poésie est utilisée comme un but en soi.
Je m'explique.

Je pense que fondamentalement, tout le monde s'accorde à dire que la poésie, ou plutôt, ce qu'on appelle poésie, a toujours été un moyen d'expression. On a exprimé la douleur, on a exprimé la peine, le chagrin, les dieux etc etc etc, et je crois qu'il n'y a pas une seule idée qui ne puisse être mise en poésie.
Hors, j'en reviens à ce que tu dis Galatea : la ritualisation de la poésie.
Je trouve que l'idée de rituel est bien à propos : un rituel est un ensemble de codes qui régit un acte de société. Aujourd'hui, comme tu dis, la poésie est un rituel de groupe.
La plupart des gens qui écrivent de la poésie le fond par envie. Je connais plein de gens qui disent : " tiens je vais peut-être me mettre à la poésie". En cela, rien de mal, c'est même plutôt encourageant, mais le problème de cela, c'est que cette personne, alors, ne veut pas "s'exprimer", mais il veut "faire de la poésie".
La poésie n'est dès lors plus un moyen de s'exprimer, mais un but en soi. On n'écrit plus un texte pour la valeur de son message mais pour sa beauté formelle en tant qu'objet. La plupart des gens qui parlent ou font de la poésie ont tous une définition de la poésie. Certains vous diront que s'il n'y a pas de rime ce n'est pas poétique, d'autres qu'il faut parler de sujets "beaux" pour que ça soit poétique.
Je ne suis pas là pour dire ce qu'est la poésie, mais j'ai juste envie de vous dire ce qu'elle n'est pas : " une définition". Donner une définition à la poésie, ça n'a aucun sens, car la poésie n'est pas née toute faite avec une définition propre : les définitions ont évolué avec la société, avec le milieu culturel, bref, avec des vrais gens.
Et c'est là où je veux précisément en venir : je trouve que la démocratisation de la poésie (et on pourra mettre le slam aussi) est une très bonne chose dans le fond, car plus il y aura de gens qui s'exprime, plus il y aura de matière à réfléchir, et plus le monde sera vivable (ça c'est ce que je pense). Seulement, je trouve que cette démocratisation a tué l'essence de la poésie. Maintenant, on en est arrivé à un point où pour la majorité, la poésie c'est ça : "l’icône parfaite du poète sensible et charmant et de la poétesse fée de tous les rêves possibles". Et c'est un désastre au niveau culturel !

Les premiers poètes ne se sont pas dit : tiens je vais écrire de la poésie. Non, pas du tout, ils se sont dit : j'ai envie de dire ça et de l'écrire comme ça parce que ça porte mon message. Ce n'est qu'après, qu'on a dit qu'ils avaient écrit ce quelque chose qu'on nomma poésie.
On me dira : quelle importance ?
Bah l'importance, c'est justement la ritualisation.
Je suis certain (pour avoir passé déjà 6 années sur ce site par intermittence) que la plupart des gens qui postent des textes ici n'avaient rien de particulier à dire, car ils ont plus passer de temps à déformer ce qu'ils voulaient dire au départ pour le faire rentrer dans des canons et des archétypes (merci les poètes maudits !!)
Il serait très intéressant par exemple, de comptabiliser tous les textes sur ce sites écris en rime et de s'intéresser à ce qu'ils disent. En général, ça parle d'amour, de tristesse, de peine, de chagrin, de lune, de ténèbres, de lumière, de savoir, de paix, d'harmonie etc etc etc. Et j'ai envie de dire à tous ceux qui ont écrit cela : pourquoi par exemple avoir utiliser des rimes ? Est-ce que tu ne pouvais pas parler d'amour sans rime ? Est-ce que tu as réfléchi à cette technique qui est la rime ? Est-ce que tu l'as comprise ? Est-ce que tu comprends le message qu'elle apporte ?
Et là je parle de rime, mais c'est la même chose pour des techniques moins générales : rimes croisées ou non, effets de styles propres à la poésie (comme le lyrisme), ou même vers ou prose.

Je crois que le problème de la démocratisation de la poésie, c'est que du coup beaucoup de gens se sont intéressés à la poésie dite légitime (baudelairverlainhugo), qu'ils en ont sorti des codes et qu'ils le ont réutilisés sans les comprendre. Une notion aussi simple que la construction en vers (non libres), aujourd'hui, n'est comprise que comme la négation de la prose. Peu de gens s'intéressent au fondement même de la notion de vers, à savoir le travail sur le rythme, déclamer sur du binaire ou du ternaire, par exemple, ce n'est pas la même chose. L'utilisation des rimes aussi n'est plus vue que comme une figure euphonique ("pourquoi je fais des rimes ? parce que ça sonne bien"), et trop rares sont ceux qui utilisent cette technique en la maîtrisant assez pour donner du relief à leurs propos, la plupart de ceux qui écrivent de la poésie n'utilisant des rimes que parce que "ça sonne mieux avec les rimes".

Pourquoi Galatea tu as l'impression que la vie par la poésie est douce, arrondie, sans lignes dissonantes ou solitaires ? Parce que tout le monde utilise la même technique dans les mêmes buts, et rares sont ceux qui, utilisant ces techniques, jouent avec leurs codes pour créer un vrai message.
Les gens veulent faire de la poésie, rien de plus : ils n'ont pas forcément envie d'exprimer un message fort qui viendrait de la technique utilisée, pas forcément envie de créer une ambiance. Non, ils veulent faire de la poésie : et dans l'inconscient collectif, la poésie c'est la rime, c'est l’alexandrin, c'est le vers etc.
Faire de la poésie est devenu un acte d'appartenance communautaire. Chaque site de poésie a en général une vision assez différente de la poésie, mais tous s'alignent sur l'idée absolue que la poésie est le seul moyen de créer de la poétique. Ce qui, dans un milieu plus vaste qui serait l'art, est une aberration.

Et attention, ce n'est pas une attaque : je trouve cela intéressant l'évolution de la vision de la poésie. Mais le problème, c'est que cela n'évolue plus, justement parce que les techniques se renouvellent beaucoup plus lentement que l'envie qu'ont les gens de créer un objet qui sera un objet-poésie.

Mais où je veux en venir ?
Tout simplement : arrêtez de vouloir faire de la poésie putain ! Ecrivez, c'est tout ! Arrêtez de vous contraindre, de vous mettre des limites, des définitions. Ecrivez ce que vous avez envie de faire comprendre avec la manières qui, après y avoir réfléchi, vous semblera la meilleure. Ecrivez sans poser de nom sur ce que vous faites. Ce ne devrait pas être à vous de dire que ce que vous écrivez, c'est de la poésie. Dire cela, c'est formater votre discours, c'est finir d'écrire avant même avoir tracé la moindre lettre !
Et une chose me révulse au plus au point ! Ce sont tous ceux qui écrivent leurs textes et qui imposent leur point de vue comme quoi ce qu'ils ont écrit est de la poésie. Et je déteste qu'on m'impose un point de vue sur une oeuvre culturelle ! Je trouve que chacun a le droit - et même le devoir ! - d'avoir son propre ressenti de la beauté ! Personne, dans le milieu de l'art, milieu qui se veut l'absolu de la liberté, personne n'a le droit de me dire que telle chose est belle parce que ceci ou cela.
Et si je parle de cela, c'est parce que j'en ai marre de ceux qui définissent la poésie comme un ensemble de règles qui créent la beauté. La poésie n'a pas vocation à être belle ! La poésie c'est une technique de langage, rien de plus, une technique qui a été historiquement très utilisée dans la subversion, chose complètement oubliée ou presque désormais, car le fait même d'écrire de la poésie pour appartenir à une communauté précise empêche toute possibilité de subversion.

Voilà Galatea, je tenais à réagir à ton message parce que j'ai le même ressenti que toi : j'en ai marre de voir fleurir partout des textes où les auteurs m'imposent tous le même point de vue sur le monde.
J'en ai marre que dans ce milieu qu'on appelle la poésie on me présente toujours des putains de couchers de soleil, des putains de sentiments nobles, des amours impossibles etc etc etc.

Je suis de ceux qui pensent que l'art est particulièrement efficace pour porter des messages, car l'art laisse une grande place à la subversion et la persuasion, c'est à dire à tout ce qu'on appelle le second degré, l'ironie, le double langage etc. Et j'en ai ma claque de ne voir dans la poésie qu'une sorte de suite d'images pré-construites régies par la même vision de la beauté. Intéressez vous au travail de Beaudelaire, juste sur ce sujet de la beauté.
Et j'irai même plus loin ! Je dirai que tous ceux qui continuent à utiliser les codes d'écriture baudelairiens en me présentant des couchers de soleil font tout simplement un GROS DOIGT à tout son héritage.

Je veux rajouter que si ça fait six ans que je fréquente ce site, c'est que je m'y sens bien. Et malgré tout ce que je viens de dire, il m'arrive encore de tomber sur des textes forts, originaux et réfléchis, des textes que je trouve beaux. Et pour faire une comparaison avec d'autres sites que j'ai connu, je trouve qu'ici la qualité est meilleure, notamment parce que la communauté est très active et très prolifique.
Et donc, ne lisez pas le commentaire que je viens de faire comme une attaque ! Je vous donne juste ma vision de l'univers poétique. Et si j'ai pris la peine de l'écrire, c'est que je pense que cela peut aider des personnes qui n'arrivent pas à trouver leur voie dans l'écriture poétique.
Car dans mon message, je ne dis pas que certaines personnes devraient arrêter d'écrire, c'est même le contraire ! Ecrivez tous, plus souvent ! Mais je finirai en disant juste que la poésie est un art au même titre par exemple que la musique, et que n'importe quel musicien a besoin d'apprendre pour savoir jouer. Et je sais que c'est moins flagrant avec la poésie : mais c'est tout autant vrai. On ne s'improvise pas poète ! On le devient après des années et des années de travail, de réflexions sur les techniques d'écriture. Et cette réflexion est selon moi fondamentale à quiconque veut créer un message, sur n'importe quel support que ça soit : pour parler, il faut maîtriser un langage.
Je finirai par une citation d'un des meilleurs bassistes du monde (Victor Wooten) : " Maîtrisez la technique pour que ce ne soit pas la technique qui vous maîtrise".

Amicalement

PS : Galatea, désolé d'avoir profité de ton texte pour pousser un peu un coup de gueule, mais je trouvais que c'était très à propos, et je serai ravis de discuter avec toi de ce qu'on a écrit.

  Ah / ah / ah / ah / ah etc...
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 7 déc 2013 à 04:28 Citer     Aller en bas de page

Citation de ClownDown
ça fait bien longtemps que je n'ai plus rien écrit sur ce site. Un an, à peu près. Mais régulièrement, je lis quelques textes, sans toutefois y trouver grand intérêt vu le peu de temps que j'y passe.

Si j'ai bien compris tu dis que la poésie est devenue de masse, quotidienne, et voire qu'elle s'est démocratiser.

Si on se dit ça, en réalité, il faut se demander ce qu'est la poésie, en prenant un axe qui serait son utilisation. Comment utilise-t-on la poésie de nos jours ? Et bien je suis assez d'accord avec toi, son utilisation a explosé ses dernières années : on a juste à constater le nombre de sites comme LPDP (et en fait d'internet en général)
Avant de continuer, je vais dire pourquoi j'ai arrêté de poster ici, car cela éclaire un peu mon propos.
J'ai arrêté de poster mes textes ici pour une raison. Je résumerai ce que tu penses de l'utilisation de la poésie comme cela : la poésie est utilisée comme un but en soi.
Je m'explique.

Je pense que fondamentalement, tout le monde s'accorde à dire que la poésie, ou plutôt, ce qu'on appelle poésie, a toujours été un moyen d'expression. On a exprimé la douleur, on a exprimé la peine, le chagrin, les dieux etc etc etc, et je crois qu'il n'y a pas une seule idée qui ne puisse être mise en poésie.
Hors, j'en reviens à ce que tu dis Galatea : la ritualisation de la poésie.
Je trouve que l'idée de rituel est bien à propos : un rituel est un ensemble de codes qui régit un acte de société. Aujourd'hui, comme tu dis, la poésie est un rituel de groupe.
La plupart des gens qui écrivent de la poésie le fond par envie. Je connais plein de gens qui disent : " tiens je vais peut-être me mettre à la poésie". En cela, rien de mal, c'est même plutôt encourageant, mais le problème de cela, c'est que cette personne, alors, ne veut pas "s'exprimer", mais il veut "faire de la poésie".
La poésie n'est dès lors plus un moyen de s'exprimer, mais un but en soi. On n'écrit plus un texte pour la valeur de son message mais pour sa beauté formelle en tant qu'objet. La plupart des gens qui parlent ou font de la poésie ont tous une définition de la poésie. Certains vous diront que s'il n'y a pas de rime ce n'est pas poétique, d'autres qu'il faut parler de sujets "beaux" pour que ça soit poétique.
Je ne suis pas là pour dire ce qu'est la poésie, mais j'ai juste envie de vous dire ce qu'elle n'est pas : " une définition". Donner une définition à la poésie, ça n'a aucun sens, car la poésie n'est pas née toute faite avec une définition propre : les définitions ont évolué avec la société, avec le milieu culturel, bref, avec des vrais gens.
Et c'est là où je veux précisément en venir : je trouve que la démocratisation de la poésie (et on pourra mettre le slam aussi) est une très bonne chose dans le fond, car plus il y aura de gens qui s'exprime, plus il y aura de matière à réfléchir, et plus le monde sera vivable (ça c'est ce que je pense). Seulement, je trouve que cette démocratisation a tué l'essence de la poésie. Maintenant, on en est arrivé à un point où pour la majorité, la poésie c'est ça : "l’icône parfaite du poète sensible et charmant et de la poétesse fée de tous les rêves possibles". Et c'est un désastre au niveau culturel !

Les premiers poètes ne se sont pas dit : tiens je vais écrire de la poésie. Non, pas du tout, ils se sont dit : j'ai envie de dire ça et de l'écrire comme ça parce que ça porte mon message. Ce n'est qu'après, qu'on a dit qu'ils avaient écrit ce quelque chose qu'on nomma poésie.
On me dira : quelle importance ?
Bah l'importance, c'est justement la ritualisation.
Je suis certain (pour avoir passé déjà 6 années sur ce site par intermittence) que la plupart des gens qui postent des textes ici n'avaient rien de particulier à dire, car ils ont plus passer de temps à déformer ce qu'ils voulaient dire au départ pour le faire rentrer dans des canons et des archétypes (merci les poètes maudits !!)
Il serait très intéressant par exemple, de comptabiliser tous les textes sur ce sites écris en rime et de s'intéresser à ce qu'ils disent. En général, ça parle d'amour, de tristesse, de peine, de chagrin, de lune, de ténèbres, de lumière, de savoir, de paix, d'harmonie etc etc etc. Et j'ai envie de dire à tous ceux qui ont écrit cela : pourquoi par exemple avoir utiliser des rimes ? Est-ce que tu ne pouvais pas parler d'amour sans rime ? Est-ce que tu as réfléchi à cette technique qui est la rime ? Est-ce que tu l'as comprise ? Est-ce que tu comprends le message qu'elle apporte ?
Et là je parle de rime, mais c'est la même chose pour des techniques moins générales : rimes croisées ou non, effets de styles propres à la poésie (comme le lyrisme), ou même vers ou prose.

Je crois que le problème de la démocratisation de la poésie, c'est que du coup beaucoup de gens se sont intéressés à la poésie dite légitime (baudelairverlainhugo), qu'ils en ont sorti des codes et qu'ils le ont réutilisés sans les comprendre. Une notion aussi simple que la construction en vers (non libres), aujourd'hui, n'est comprise que comme la négation de la prose. Peu de gens s'intéressent au fondement même de la notion de vers, à savoir le travail sur le rythme, déclamer sur du binaire ou du ternaire, par exemple, ce n'est pas la même chose. L'utilisation des rimes aussi n'est plus vue que comme une figure euphonique ("pourquoi je fais des rimes ? parce que ça sonne bien"), et trop rares sont ceux qui utilisent cette technique en la maîtrisant assez pour donner du relief à leurs propos, la plupart de ceux qui écrivent de la poésie n'utilisant des rimes que parce que "ça sonne mieux avec les rimes".

Pourquoi Galatea tu as l'impression que la vie par la poésie est douce, arrondie, sans lignes dissonantes ou solitaires ? Parce que tout le monde utilise la même technique dans les mêmes buts, et rares sont ceux qui, utilisant ces techniques, jouent avec leurs codes pour créer un vrai message.
Les gens veulent faire de la poésie, rien de plus : ils n'ont pas forcément envie d'exprimer un message fort qui viendrait de la technique utilisée, pas forcément envie de créer une ambiance. Non, ils veulent faire de la poésie : et dans l'inconscient collectif, la poésie c'est la rime, c'est l’alexandrin, c'est le vers etc.
Faire de la poésie est devenu un acte d'appartenance communautaire. Chaque site de poésie a en général une vision assez différente de la poésie, mais tous s'alignent sur l'idée absolue que la poésie est le seul moyen de créer de la poétique. Ce qui, dans un milieu plus vaste qui serait l'art, est une aberration.

Et attention, ce n'est pas une attaque : je trouve cela intéressant l'évolution de la vision de la poésie. Mais le problème, c'est que cela n'évolue plus, justement parce que les techniques se renouvellent beaucoup plus lentement que l'envie qu'ont les gens de créer un objet qui sera un objet-poésie.

Mais où je veux en venir ?
Tout simplement : arrêtez de vouloir faire de la poésie putain ! Ecrivez, c'est tout ! Arrêtez de vous contraindre, de vous mettre des limites, des définitions. Ecrivez ce que vous avez envie de faire comprendre avec la manières qui, après y avoir réfléchi, vous semblera la meilleure. Ecrivez sans poser de nom sur ce que vous faites. Ce ne devrait pas être à vous de dire que ce que vous écrivez, c'est de la poésie. Dire cela, c'est formater votre discours, c'est finir d'écrire avant même avoir tracé la moindre lettre !
Et une chose me révulse au plus au point ! Ce sont tous ceux qui écrivent leurs textes et qui imposent leur point de vue comme quoi ce qu'ils ont écrit est de la poésie. Et je déteste qu'on m'impose un point de vue sur une oeuvre culturelle ! Je trouve que chacun a le droit - et même le devoir ! - d'avoir son propre ressenti de la beauté ! Personne, dans le milieu de l'art, milieu qui se veut l'absolu de la liberté, personne n'a le droit de me dire que telle chose est belle parce que ceci ou cela.
Et si je parle de cela, c'est parce que j'en ai marre de ceux qui définissent la poésie comme un ensemble de règles qui créent la beauté. La poésie n'a pas vocation à être belle ! La poésie c'est une technique de langage, rien de plus, une technique qui a été historiquement très utilisée dans la subversion, chose complètement oubliée ou presque désormais, car le fait même d'écrire de la poésie pour appartenir à une communauté précise empêche toute possibilité de subversion.

Voilà Galatea, je tenais à réagir à ton message parce que j'ai le même ressenti que toi : j'en ai marre de voir fleurir partout des textes où les auteurs m'imposent tous le même point de vue sur le monde.
J'en ai marre que dans ce milieu qu'on appelle la poésie on me présente toujours des putains de couchers de soleil, des putains de sentiments nobles, des amours impossibles etc etc etc.

Je suis de ceux qui pensent que l'art est particulièrement efficace pour porter des messages, car l'art laisse une grande place à la subversion et la persuasion, c'est à dire à tout ce qu'on appelle le second degré, l'ironie, le double langage etc. Et j'en ai ma claque de ne voir dans la poésie qu'une sorte de suite d'images pré-construites régies par la même vision de la beauté. Intéressez vous au travail de Beaudelaire, juste sur ce sujet de la beauté.
Et j'irai même plus loin ! Je dirai que tous ceux qui continuent à utiliser les codes d'écriture baudelairiens en me présentant des couchers de soleil font tout simplement un GROS DOIGT à tout son héritage.

Je veux rajouter que si ça fait six ans que je fréquente ce site, c'est que je m'y sens bien. Et malgré tout ce que je viens de dire, il m'arrive encore de tomber sur des textes forts, originaux et réfléchis, des textes que je trouve beaux. Et pour faire une comparaison avec d'autres sites que j'ai connu, je trouve qu'ici la qualité est meilleure, notamment parce que la communauté est très active et très prolifique.
Et donc, ne lisez pas le commentaire que je viens de faire comme une attaque ! Je vous donne juste ma vision de l'univers poétique. Et si j'ai pris la peine de l'écrire, c'est que je pense que cela peut aider des personnes qui n'arrivent pas à trouver leur voie dans l'écriture poétique.
Car dans mon message, je ne dis pas que certaines personnes devraient arrêter d'écrire, c'est même le contraire ! Ecrivez tous, plus souvent ! Mais je finirai en disant juste que la poésie est un art au même titre par exemple que la musique, et que n'importe quel musicien a besoin d'apprendre pour savoir jouer. Et je sais que c'est moins flagrant avec la poésie : mais c'est tout autant vrai. On ne s'improvise pas poète ! On le devient après des années et des années de travail, de réflexions sur les techniques d'écriture. Et cette réflexion est selon moi fondamentale à quiconque veut créer un message, sur n'importe quel support que ça soit : pour parler, il faut maîtriser un langage.
Je finirai par une citation d'un des meilleurs bassistes du monde (Victor Wooten) : " Maîtrisez la technique pour que ce ne soit pas la technique qui vous maîtrise".

Amicalement

PS : Galatea, désolé d'avoir profité de ton texte pour pousser un peu un coup de gueule, mais je trouvais que c'était très à propos, et je serai ravis de discuter avec toi de ce qu'on a écrit.



Vivement la fin du Ramadan des mots ClownDown ! ton comment est appétissant , je viendrai le grignoter et répondre peu à peu...



galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 7 déc 2013 à 07:58
Modifié:  7 déc 2013 à 14:55 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Si on se dit ça, en réalité, il faut se demander ce qu'est la poésie, en prenant un axe qui serait son utilisation. Comment utilise-t-on la poésie de nos jours ? Et bien je suis assez d'accord avec toi, son utilisation a explosé ses dernières années : on a juste à constater le nombre de sites comme LPDP (et en fait d'internet en général)
Avant de continuer, je vais dire pourquoi j'ai arrêté de poster ici, car cela éclaire un peu mon propos.
J'ai arrêté de poster mes textes ici pour une raison. Je résumerai ce que tu penses de l'utilisation de la poésie comme cela : la poésie est utilisée comme un but en soi.
Je m'explique.

Je pense que fondamentalement, tout le monde s'accorde à dire que la poésie, ou plutôt, ce qu'on appelle poésie, a toujours été un moyen d'expression. On a exprimé la douleur, on a exprimé la peine, le chagrin, les dieux etc etc etc, et je crois qu'il n'y a pas une seule idée qui ne puisse être mise en poésie.


Le nombre de gens qui croit écrire de la poésie augment chaque jour.
Moi je fais parti de ce nombre.
Je crois que beaucoup de "poètes" écrivent pour se faire voir, pour exister l'espace d'une lecture et sur le Net on a l'impression que tout le monde pourrait nous apprécier , désirer, imiter...
Comme autrefois on exprime notre expérience de vie, on souligne nos manques, on célèbre ce qe nous aimons , avec un langage plus libre qui n'est plus utilisé seulement par les maudits.

Aujourd'hui, comme tu dis, la poésie est un rituel de groupe.
La plupart des gens qui écrivent de la poésie le fond par envie. Je connais plein de gens qui disent : " tiens je vais peut-être me mettre à la poésie". En cela, rien de mal, c'est même plutôt encourageant, mais le problème de cela, c'est que cette personne, alors, ne veut pas "s'exprimer", mais il veut "faire de la poésie".
La poésie n'est dès lors plus un moyen de s'exprimer, mais un but en soi. On n'écrit plus un texte pour la valeur de son message mais pour sa beauté formelle en tant qu'objet. La plupart des gens qui parlent ou font de la poésie ont tous une définition de la poésie. Certains vous diront que s'il n'y a pas de rime ce n'est pas poétique, d'autres qu'il faut parler de sujets "beaux" pour que ça soit poétique.



Avant d'arriver ici j'avais juste l'habitude d'écrire mon journal.
J'ai fait semblant d'écrire, ici, des vers pour avoir quelque chose à partager avec les gens du site .
J'ai trouvé l'expérience amusante et des fois émouvante.

Les poèmes sont comme nos vêtements chacun choisit couleurs et style selon sa personnalité.

Moi si j'écrivais avec des rimes , des alexandrins ou autre je ne pourrais plus me relire et me reconnaître.

http://www.lapassiondespoemes.com/?action=viewpost&ID=1477&cat=21


Quand je parle de rituel , j'entends dire que les vers sont devenus un moyen pour former de groupes d'adorateurs pas nécessairement de la poésie mais de celui/celle qui suggère à travers les mots empruntés aux grands , pour faire passer un message , pas si subliminale , que sa personnalité correspond aux mots utilisés...
A un certain moment nous ne sommes plus Galatea , Felipe etc mais devenons dans notre tête ceux qui à travers un post sur notre mur de facebook vit , réalise les spécial d'une citation , d'un vers...

....

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 7 déc 2013 à 16:33 Citer     Aller en bas de page

Personnellement, je préfère améliorer mon swing de golf... Je n'en dis pas plus, parait que le golf n'est pas un sport...

... Avengers KIWI () à Barbie-Ken Gala ()...

J-N....

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
ClownDown


... c'est comme ça que ça se passe dans ma tête...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
117 commentaires
Membre depuis
31 décembre 2012
Dernière connexion
13 juillet 2016
  Publié: 9 déc 2013 à 15:57
Modifié:  9 déc 2013 à 15:59 par ClownDown
Citer     Aller en bas de page

Galatea :

Je pense que tu mets là le doigt sur quelque chose de très important à mon sens. Je voudrais te poser une question : est-ce que tu penses que ce n'est pas l'explosion même d'internet qui est à l'origine de cette volonté de se faire voir ? Je veux dire par là que le medium internet a énormément transformé la pratique de la poésie, et c'est un peu ce que tu dis.
Avant internet, pour se faire voir, pour exister en tant que poète, il fallait soit une sorte de salon, soit un éditeur, et dans les deux cas, il fallait que quelqu'un d'autre, que ce soit une seule personne ou un groupe de personnes, reconnaisse ton talent. Ce n'est qu'ensuite que tu pouvais te faire voir.
Avec internet, tu n'as besoin de l'aval de personne pour exposer ton travail.
On pourrait y réfléchir longtemps, mais je voudrais juste mettre en relief un avantage et un inconvénient de cette situation.

- L'avantage, c'est évidemment la visibilité : il est devenu très facile de faire voir son travail avec internet. Là où avant il y avait besoin de rencontrer ses pairs, maintenant on peut rester chez soi et envoyer son travail sans aucun intermédiaire. Et cela crée aussi la possibilité de proposer un travail qui, s'il avait eu besoin de l'aval de quelqu'un, n'aurait jamais été publiable. Concrètement, vu que sur internet tu n'es pas payé par un éditeur, tu es plus libre théoriquement de dire ce que tu veux. La liberté est totale. Depuis internet, il y a eu pas mal de genres poétiques que j'appellerai "de niche", c'est à dire un type de poésie qui ne plait qu'à très peu de personnes ; qui se sont non pas créés, mais qui se sont développés. Comme internet est virtuellement la plus grande communauté existante, forcément ce qui avant était une niche est maintenant potentiellement aussi visible que de la poésie traditionnelle.

- L'inconvénient que je voulais mettre en relief découle directement de cet avantage. Ce qui caractérisait avant les poètes, ce qui faisait qu'ils existaient, ce n'était pas seulement leur travail, c'est surtout le jugement des autres poètes, des éditeurs, et bien évidemment de ceux qui lisaient tout court la poésie. Mais il faut se souvenir qu'avant la démocratisation de la poésie au XXe siècle, le peuple ne lisait pas de poésie, et d'ailleurs peu savaient lire.
Et pourquoi je dis que c'est un inconvénient ? Car maintenant beaucoup de gens qui écrivent de la poésie sur le net ne s'intéressent pas aux jugements de leurs lecteurs, voire sont absolument contre toute forme de critique, prétextant que personne n'a à leur dire comment écrire. Je ne dis pas que tous sont ainsi, mais c'est une part assez importante pour qu'aujourd'hui sur la plupart des sites proposant de la poésie amateur comme ici un accord tacite se soit créé entre les lecteurs et les auteurs. Et je ne dis pas que c'est mal, car après tout, quelqu'un qui veut juste écrire de la poésie pour s'ouvrir à une communauté, et qui veut juste se faire plaisir et se détendre aura raison de ne pas prêter attention à la critique. Mais tout de même, pour ce qui est de la poésie en temps que medium, ne pas se soumettre à la critique c'est refuser d'évoluer.
Et je pense que c'est cela l'énorme problème de la poésie en ce moment : elle n'a pas évolué aussi vite que la société. Et cette non-évolution est devenu un marqueur d'appartenance communautaire : comme tu l'as dit Galatea, tu t'es mise à proposer tes textes pour appartenir à une communauté. Quand je dis non-évolution, je ne veux pas émettre de jugement de valeur, je veux juste dire qu'il s'est créé au XXe siècle un énorme décalage entre la société et le medium poésie. Dans notre société, le ressenti général est que la poésie est un art du passé : quand on écrit de la poésie, on se force à utiliser un code linguistique qui appartenait à une autre époque, une autre culture. Car ce qu'il faut bien avoir en tête c'est que lorsque Beaudelaire et Rimbaud ont fait de la poésie, pour eux le décalage qu'il y avait entre les codes linguistiques et la société n'existaient pas, tout simplement parce que la poésie n'était pas destinée au peuple, mais aux érudits, à la bourgeoisie, à la noblesse, et du coup les codes linguistiques qu'ils utilisaient étaient les mêmes que ces gens là. Ecrire de la poésie au XIXe, ça n'avait pas de connotation ancienne ou dépassée.
Après j'ai un peu vulgarisé et la réalité est un peu plus nuancée, surtout avec le surréalisme, les premiers poètes à écrire pour le peuple et seulement pour lui.

Mais ce que je veux dire c'est qu'un auteur devrait absolument toujours se soumettre à la critique du lecteur, car c'est le seul marqueur réel de réussite. Et mon ressenti personnel sur la situation du moment est celle-là : je pense que la poésie d'aujourd'hui est à séparée en deux (au moins) : d'un côté les textes écrits dans le but de se divertir, ou de marquer son appartenance à une communauté, et les autres.
Je pense que comme les deux parties n'ont ni les mêmes objectifs ni les mêmes attente, il faudrait les traiter différemment.
Après je suis d'accord, là c'est une solution qui peut paraître contre-artistique, car c'est vouloir rentrer les gens dans des cases. Mais j'ai envie de dire : quand quelqu'un tient un discours d'agrément, tu ne vas pas analyser son discours comme s'il dissertait. Et je pense qu'il faudrait juste avoir cette même réaction face aux oeuvres culturelles en général, et la poésie en particulier.

Je pense néanmoins que ce n'est pas la bonne solution. Car moi-aussi j'aime l'art, et je ne voudrais pas avoir à faire cette distinction entre les textes d'agréments et les textes à portée artistique. C'est un peu aller contre l'idée même de l'art. Et je pense que c'est juste une prise de conscience qu'il faudrait que tous les auteurs et lecteurs de poésies. La poésie du futur sera ce qu'on en fait maintenant : je pense que n'importe quel auteur devrait se sentir responsable de cela, car cela fait partie de notre héritage. Cette prise de conscience se traduirait selon moi par une retenue personnelle, et simplement une volonté de bien faire : il faut se demander lorsque l'on publie un texte quelque part ce que notre texte, dans l'état, signifie, ce qu'il veut dire si on l'analyse, et se demander par la suite si c'est bien cela que l'on voulait dire, et si ça ne l'est pas, tout simplement : ne publiez pas et travaillez !
Et ce que je dis n'est pas un jugement, je ne parle pas de cela. Il faut juste avoir conscience de ce que l'on dit. Et je pense que ce n'est pas le cas de plus de la moitié de ceux qui publient leurs textes.

Donc pour recoller au plus près du sujet. Ma critique sur le monde de la poésie numérique est la suivante : les auteurs deviennent égoïstes... vraiment égoïstes. Ils écrivent des textes pour qu'on leur dise que c'est bien, pour flatter leur égo, se donner une image un peu poussiéreuse et étrange, se dire poète maudit etc etc etc.
La poésie c'est un art : c'est fait pour échanger avec l'autre. Quel échange y a-t-il lorsqu'un auteur publie un texte et qu'il n'accepte aucune critique, et seulement des réponses positives ? Car il faut se mettre aussi bien en tête que ce que nous écrivons dépassera ce qu'on voulait en faire avec le temps, et il faut penser aussi à cela : quel message vais-je laisser de moi et de ma culture aux générations futures ?
Et je pense que pour que cette prise de conscience se fasse, il faudrait juste apprendre aux gens. Et oui, j'ai bien dit APPRENDRE à écrire de la poésie. Apprendre les techniques utilisées par nos ancêtres, mais aussi par nos contemporains. Apprendre le langage et apprendre à coller au plus près de sa pensée par l'écrit. Ce n'est pas quelque chose d'inné ! Personne ne naît poète. On le devient par le travail, par l'engagement et par une certaine façon de penser le monde.

J'espère que tu as compris ce que je voulais te dire. Et je voudrais ajouter, comme je l'ai écrit avant, que je n'émets pas de jugement. Je pense qu'une oeuvre culturelle ne peut se prêter au jugement. Ainsi, je veux juste dire que peu importe ce que vous écrivez, on peut l'interprêter, cela a du sens.

Pour finir je résumerai ma critique comme cela : n'importe laquelle de vos oeuvres est une oeuvre culturelle à part entière, et ainsi, on ne peut pas prendre de critère universel pour les comparer. Et je ne compare rien ici : je dirais juste que tout ce que vous écrivez a du sens, mais parfois, trop souvent même, le sens de votre oeuvre est bien loin de votre pensée.

Citation de galatea
Quand je parle de rituel , j'entends dire que les vers sont devenus un moyen pour former de groupes d'adorateurs pas nécessairement de la poésie mais de celui/celle qui suggère à travers les mots empruntés aux grands , pour faire passer un message , pas si subliminale , que sa personnalité correspond aux mots utilisés...



Je pense que vouloir que notre personnalité ressemble à nos mots est un écueil, c'est le serpent qui se mord la queue : ce sont aux mots de ressembler à notre personnalité, et plus précisément, ce sont aux mots de coller à notre personnalité, pas le contraire. C'est ainsi que tu peux créer quelque chose d'intéressant qui n'a pas été vu des milliers de fois. Grossièrement, cela veut dire qu'il faut toujours chercher la différence, chercher à trouver qui on est. C'est pour cela que je disais qu'il fallait une prise de conscience personnelle. Il faut tout bêtement savoir qui on est, savoir comment on parle, savoir comment l'autre parle, savoir ce qu'on veut lui dire, savoir (un peu) comment il va réagir pour monter un double discours, et accepter à la fin la réponse à notre message.
La poésie est un art de persuasion. Personne ne peut "prouver" à quelqu'un qu'un texte est meilleur qu'un autre, car il y aura toujours des gens qui penseront l'inverse. Mais pour autant, ce n'est pas parce que la poésie s'attaque ainsi aux émotions qu'on ne peut pas analyser ces émotions et essayer de les retranscrire dans la forme autant que dans le fond, pour créer un objet qui soit un texte poétique, où chaque constituant de ce texte aura une importance mesurable et mesurée dans la signification du message.

Citation de galatea

A un certain moment nous ne sommes plus Galatea , Felipe etc mais devenons dans notre tête ceux qui à travers un post sur notre mur de facebook vit , réalise les spécial d'une citation , d'un vers...



Je suis désolé je ne comprends pas ce que tu veux dire ici
Mais j'aimerais bien que tu m'expliques car les questions de l'identité en poésie sont un sujet à mon sens primordial.
Je ne sais pas si c'est ce que tu voulais dire, mais la plupart des gens qui écrivent de la poésie, que cela soit en dilettante ou plus sérieusement, ont tendance à se créer un personnage, voire, à devenir un autre personnage. Ecrire à la manière de Baudelaire c'est un peu devenir comme lui.
La-dessus je ne développerai pas, mais je dirai juste qu'apprécier le travail d'un poète ne devrait pas pousser quelqu'un à parler comme lui, mais à lui REPONDRE.

Se connaître et vouloir s'affirmer : c'est selon moi la clé de la réussite en poésie... et dans l'art en général.

Personnellement, je suis en ce moment pas mal plus porté par la musique. J'enchaîne les répètes, j'enchaîne les séances de travail personnel, je compose sans cesse, j'étudie la musique, sa théorie, son langage qui est le solfège. Car la musique, c'est une technique à maîtriser : mieux tu l'utiliseras, meilleure ta musique sera.
Je n'arrive pas à comprendre les poètes qui ne veulent surtout pas apprendre de technique de poésie pour ne pas être influencer, tout autant que je n'arrive pas à admettre qu'un membre de mon groupe se permettre de se soustraire aux répètes en se disant qu'il n'en a pas besoin.
Et puis, en musique c'est beaucoup plus flagrant qu'en poésie : c'est toujours le public qui décide. Et j'irai même jusqu'à dire que la poésie sur internet est un peu un moyen lâche de s'exprimer. Je pense que s'il n'y a pas de confrontation direct avec le public, aucune forme de message ne peut passer.
Au moins, en musique, tu as la barrière de la scène. Et ça mine de rien, ça te pousse à travailler pour pas te vautrer sur scène. Et ça te pousse à t'affirmer, ça te pousse à te montrer vraiment à poil, avec tes tripes.
Samedi soir, j'ai joué 3 heures sur scène, et pendant ces trois heures, tu ne penses qu'à une chose : ne pas faire d'erreur d'abord, puis te surpasser. Sur scène, c'est la sueur qui marque la ferveur... et si tu n'as pas assez travaillé, la sanction est immédiate.
Je pense que c'est quelque chose qui a disparu de la poésie : l'enjeu. Sur internet il n'y a pas d'enjeu. Les gens ne se connaissent pas, ne se voient pas. Et je pense que en cela, comme je le disais au début de ma critique, la pratique de la poésie a tellement changé avec internet qu'à mon sens il est stupide de croire qu'une oeuvre présentée sur un site ou personne ne te connait vraiment et personne ne te verra jamais aura la même force qu'un texte écrit en cinq dix minutes, et récité devant trente personnes par la suite...
Essayez, vous verrez

Bon, je vais m'arrêter là. Je crois que j'ai dit beaucoup de choses.
Je suis désolé, je suis resté très théorique, mais si tu veux discuter d'un point en particulier, je serai heureux de continuer à en parler avec toi, notamment si tu veux des exemples ou des explications.

Amicalement

JephZero


PS :

Citation de galatea
Les poèmes sont comme nos vêtements chacun choisit couleurs et style selon sa personnalité.

Moi si j'écrivais avec des rimes , des alexandrins ou autre je ne pourrais plus me relire et me reconnaître.



Je pense que le mieux c'est de créer ses propres vêtements, non ? C'est ça l'art

  Ah / ah / ah / ah / ah etc...
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 10 déc 2013 à 10:33
Modifié:  15 févr 2016 à 09:55 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Je pense que le mieux c'est de créer ses propres vêtements, non ? C'est ça l'art

Tout à fait d'accord ClownDown !


J'ai lu avec intérêt tes réflections sur la poésie aujourd'hui et je le partage de quelque façon...


Mon post en réalité était dédié à la nouvelle vague de créer un groupe autour des vers , je ne parle pas de forums mais de Facebook et des distributeurs de gouttes poétiques qui créent une identité , une petite communauté...
Je suis plus une observatrice qu'une poète en tout cas...

amicalement
galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1044
Réponses: 18
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0699] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.