Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 23
· Sidonie · samamuse
13162 membres inscrits

Montréal: 28 mai 02:58:31
Paris: 28 mai 08:58:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Première Rencontre : autour de la glose (CC) :: Paris, sous tes ponts coulent nos vies Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 15 juin 2013 à 15:58
Modifié:  16 juin 2013 à 03:24 par Lilu
Citer     Aller en bas de page



Nous abandonner me semblerait plus facile
Si tes pavés coulaient là nos derniers émois
Paris ton corps et tes bleus par coeur sur ma ville
Adieu Paris, adieu pour la dernière fois !

Il faudra bien que celle-ci soit sans retour
Le soir tes poumons toussent un peu plus la lune
Et chaque pas sur ton gris n'est plus qu'un détour
Je suis las d'encenser l'autel de la fortune

Je ne sais si l'humain m'a rendu trop fragile
Mais je ne soutiens plus un regard aux abois
Peu à peu je ronge les pierres de mon île
Et brûle de revoir mes rochers et mes bois

Je n'eus pas d'autre amante malgré les on-dit
Et si je te quitte ne m'en tiens pas rancune
Il est un homme qui a su prendre ton lit
Où tout me satisfait, où rien ne m'importune








* photo perso (c'est fait !)



 
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
5406 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 15 juin 2013 à 16:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lilu


Nous abandonner me semblerait plus facile
Si tes pavés coulaient là nos derniers émois

Le soir tes poumons toussent un peu plus la lune

Je ne sais si l'humain m'a rendu trop fragile
Mais je ne soutiens plus un regard aux abois

Peu à peu je ronge les pierres de mon île



Je retiens ces vers là mais j'aime tout... Il ne me manque guère que la photo.
Ce qu'il faut aimer Paris pour le (la) quitter ainsi.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Fleur de jasmin Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
361 commentaires
Membre depuis
28 juillet 2010
Dernière connexion
19 décembre 2019
  Publié: 16 juin 2013 à 14:25 Citer     Aller en bas de page

Paris ton corps et tes bleus / par coeur sur ma ville
Césure 7 / 5 peut-être ?

Je n'eus pas d'autre amante malgré les on-dit
Il est un homme qui a su prendre ton lit
Rimes un peu faibles.

Très beau travail, très original, merci

  témoin du bonheur calme
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 17 juin 2013 à 06:48
Modifié:  17 juin 2013 à 06:49 par Lilu
Citer     Aller en bas de page

Merci de vos arrêts sur images....

Je ne connais hélas pas les règles du classique (ou si peu). J'avoue que de compter mes pieds à déjà été un calvaire, surtout quand on ne sait pas les mettre l'un devant l'autre. Vais sans doute me contenter de faire cela dans un premier temps si j'y arrive.

Vais faire travailler un peu Wikipédia et reviendra !

 
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège


Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 22 juin 2013 à 13:10
Modifié:  22 juin 2013 à 13:11 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

Il est beau, ce texte. Il a, malgré les contraintes et malgré les difficultés que tu as pu rencontrer, gardé ta "patte", et ça, c'est top !

Pour "compter", je crois qu'il faut d'abord "entendre"... et laisser ses doigts tranquilles. Vérifier, au début, ensuite ça vient tout seul.
Mais surtout, les rythmes longs ne se scandent pas d'un seul trait, il faut y faire des pauses. Pour les alexandrins classiques, c'est 6 syllabes puis 6 syllabes. Et cette pause doit donc tomber sur un mot porteur d'accent (idéalement), comme un substantif, un adjectif, un verbe, un adverbe... un tas de choses...
Personnellement, je trouve que le simple est de l'écouter... il y en a qui ont mis des poèmes en chanson, et d'autres qui, si le texte n'est pas conforme en lui-même, chantent parfaitement ce rythme. Je pense, par exemple, à Exil sur planète fantôme de Thiéfaine, avec les pauses toujours à 6 syllabes... même s'il ne prononce pas tous les "e" ni rien... juste pour "entendre"...

Sinon : les rimes sont bonnes, tu as fais attention aux "e" qui doivent se prononcer... il y a donc surtout le "problème" (relatif) des césures.
Pour quelqu'un qui connait "si peu" les règles, c'est quand même sacrément bien ! Et un sacré travail, je pense.

Et puis, même s'ils ne se chantent pas en 6/6, pour tout, bravo, mais encore plus pour "Paris ton corps et tes bleus par cœur sur ma ville" et "Le soir tes poumons toussent un peu plus la lune" !

 
ChêneBourg
Impossible d'afficher l'image
C'est encore mieux quand c'est fait avec plaisir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
446 commentaires
Membre depuis
4 février 2013
Dernière connexion
4 mars 2015
  Publié: 25 juin 2013 à 16:09 Citer     Aller en bas de page



L’amant de la Seine, la scène d'un amant,
Une si belle image, pour un joli partage.

J'aime beaucoup ce poème.

Amitiés poétiques estivales.

Alain

 
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 27 juin 2013 à 19:02 Citer     Aller en bas de page

Je pense que je le relirai demain ou dans quelques jours. Et je pense que je le percevrai encore d'une autre manière. Mais il est juste, j'aime comme les mots sont posés. Merci.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 28 juin 2013 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

... " Le soir tes poumons toussent un peu plus la lune. "... Merci pour ce poème agréable à lire et intelligemment bien écrit. A bientôt !

 
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 5 août 2013 à 08:14 Citer     Aller en bas de page

Merci de vous être arrêtés ici, il est vrai que ce thème avait un goût particulier pour moi. Je pense qu'un jour je serai danseuse de mots

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1024 poèmes Liste
16534 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 7 févr 2017 à 04:29 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

Je trouve fort intéressant le fait de s'adresser à la ville, comme si c'était une personne...
Je trouvais déjà que le titre était beau, en tout cas, il me parlait...Ma lecture m'a fait découvrir encore plus beau, quant aux images développées.
Après j'avoue que sur le plan technique, je ne peux rien dire, ce n'est pas un domaine que je maitrise.
Amicalement.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1191
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1547] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.