Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 56
Invisible : 0
Total : 57
· Tychilios
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 21:18:42
Paris: 20 oct 03:18:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La fresque des jours Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
favirol
Impossible d'afficher l'image
Main verte...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
1593 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2002
Dernière connexion
29 décembre 2018
  Publié: 12 mai 2005 à 09:53 Citer     Aller en bas de page

La fresque des jours
Ce comptoir de Magellan
Où une aile marine
Déploie son vol

Le goût iodé de l’océan
Qui ouvre tes lèvres
Relie les couleurs
Et dessine leur chemin

Le courant des heures
Ce discours complice
Sur l’éclipse des lunes
Et tes yeux arlequins

Ton visage turquoise
Rire de la mer
Sa voile déployée
Pour des traversées salines

  Les impasses menottées à des mains percluses...
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 12 mai 2005 à 13:43
Modifié:  12 mai 2005 à 13:45 par Lograth
Citer     Aller en bas de page

Pas de commentaire?
Moi, je t'en fais un... tout en douceur, la mer, l'air salin, on la respire presque et toute en couleur et en odeur! J'aime cette brise marine que tu nous as insufflée ainsi dans ces jours (qui comme la mer viennent et s'en vont) de nos vies avec ce poème.

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Cybeline


« Si le monde survit, c’est qu’il rêve de changer »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
3435 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
19 février
  Publié: 13 mai 2005 à 12:06 Citer     Aller en bas de page

Je sens la brise marine qui gonfle mes joues.

Tu es d'eau douce et d'air salé.

Navigeons sur la fresque des jours
Question d'y trouver une île
Pour y poser nos têtes côte a côte,
Pour y creuser nos rêves
Et chercher en vain les fruits de l'avenir.

Je sens la brise marine qui gonfle mon coeur.

Tu es d'eau douce et d'air salé.

 
patrick dabard
Impossible d'afficher l'image
Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
91 poèmes Liste
6515 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
6 novembre 2016
  Publié: 13 mai 2005 à 12:44 Citer     Aller en bas de page

Il est superbe ce texte!
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
favirol
Impossible d'afficher l'image
Main verte...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
1593 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2002
Dernière connexion
29 décembre 2018
  Publié: 13 mai 2005 à 15:57
Modifié:  13 mai 2005 à 19:29 par favirol
Citer     Aller en bas de page

L'embrun agile
Des dunes sculptées
Par un orchestre de mer

La surface des flots
Ton épaule de vagues
Pour naviguer mes pas
Vers l'île de nos murmures

  Les impasses menottées à des mains percluses...
did

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
397 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2002
Dernière connexion
9 janvier 2008
  Publié: 17 mai 2005 à 08:05 Citer     Aller en bas de page

il est doux comme la soie
ton poeme qui va de soi
quel beau comptoir de Magellan
empli de contes et de magie...

je nomine, c'est un de mes preferes, pourtant si simple... pur ? iodé !

A+

Didier

  rever sa vie pour vivre ses reves (VR)
favirol
Impossible d'afficher l'image
Main verte...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
1593 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2002
Dernière connexion
29 décembre 2018
  Publié: 19 mai 2005 à 10:33
Modifié:  19 mai 2005 à 10:34 par favirol
Citer     Aller en bas de page

Lograth, un poème salin en effet et mon envie d'être imprégné du parfum des rivages.

Patrick dabard, ce n'est pas ce poème qui est superbe mais la personne qui me la murmuré à l'oreille et le lien qui nous unit.

Did, je pense désormais que la poèsie se remarque par sa simplicité déroutante, par l'utilisation de mots quotidiens qui prennent un sens improblable, qui se révèlent.

Franck, ce large je le prendrai bientôt...

Favirol

  Les impasses menottées à des mains percluses...
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
703 poèmes Liste
2968 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
23 avril 2018
  Publié: 14 jan 2007 à 06:24
Modifié:  19 nov 2007 à 04:37 par pluriels
Citer     Aller en bas de page

"Des colliers de mots
nés coquillages de la mer
sur l'envol des coraux
où pleurent les coquillades bleus
et l'iode des sels gris
parfumant la lèvre
au corail du sang
délinéant des infinis de voyages."

Mes Pluriels.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1365
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0295] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.