Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 820
Invisible : 0
Total : 826
· ori · Argynne Aphrodite · Andesine · Méli · doux18
Équipe de gestion
· Lacase
13139 membres inscrits

Montréal: 7 avr 17:36:07
Paris: 7 avr 23:36:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Soliloquy (cc) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
536 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
17 mars 2018
  Publié: 17 nov 2008 à 14:33
Modifié:  23 jan 2010 à 07:45 par Malice
Citer     Aller en bas de page

C’est ainsi ! Tout est dit ! Triste vie, rien ne rime..
Pantin posé au sol, finie la pantomime !
Comme une marionnette aux fils déchiquetés
J’erre dans les couloirs, sombre reine exilée.

J’ai refusé de voir l’argument du livret :
L’héroïne devait, dans un trouble aparté,
S’émouvoir du silence ténu du souffleur,
Amoureux éperdu, à en perdre le choeur.

Me tenant sur la scène, aveuglée de lumières
J’ai détourné les yeux, et quand la costumière
A lacé mon corset, j’ai respiré très fort,
Oubliant le souffleur, accueillant le ténor.

Le grand metteur en scène, ou est-ce le destin,
A voilé mes ébats du manteau d’Arlequin,
Somptueux velours rouge aux franges d’or ardent
J’ai chanté en duo un air grandiloquent !

Quand l’orchestre s’est tu, la lumière assourdie
A plongé dans le noir la salle abasourdie.
L’ovation du public a noyé la rumeur
De la mort de l’amour, et celle du souffleur.

L’acteur n’a pas le droit de trahir les beaux textes
Qu’il doit interpréter, en changer le contexte.
J’ai manqué à mon rôle en commettant l’erreur
De croire que l’amour n’était pas jeu d’acteur.

J’ai vibré et brillé, préféré les dorures.
L’amour sur piédestal m’a laissé la marbrure
Qu'imprime sur la joue la gifle vigoureuse
Du constat de défaite amère et douloureuse.

Triste est le soliloque où chante l’amertume
D’être un jour délaissée, quand tombe le costume.
Le sourire brillant, offert côté jardin
N’est que masque perfide et côté cour s’éteint.

Où sont les mécanismes atténuant nos peines ?
Si la machinerie fait dérailler les chaînes
Qui changent les décors, la diva est la même:
C’est moi dans mon ego.. que tombe l’anathème !

Y’a-t-il de petits deuils? Le mal va crescendo?
Un jour tout s’éteindra, tombera le rideau.
Mais avant le final, il faut jouer les actes,
Saigner pour de la chance, et en signer nos pactes !

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège


Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 17 nov 2008 à 14:55 Citer     Aller en bas de page

"J’ai manqué à mon rôle en commettant l’erreur
De croire que l’amour n’était pas jeu d’acteur."

Tout est là, non ?

Et il n'empêche que... c'est beau. On voit toute la scène se dérouler, puis le rideau tombe... Et les ombres s'élancent...

Merci.

 
J'oséphine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
1839 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2007
Dernière connexion
17 juin 2019
  Publié: 17 nov 2008 à 15:26 Citer     Aller en bas de page

Oooh !
Mon souffleur perso me demande de te susurrer que ton texte est aussi somptueux que le décor dans lequel il se déroule ! Bravo vraiment ! Je suis impressionnée, par le fond et la forme !



c&c :

il y a 13 pieds au vers 17 (tu peux mettre la lumière au singulier... )

et

L’amour sur piédestal m’a laissé la marbrure
Que laisse sur la joue la gifle vigoureuse


Amitiés,
Roseds

  Nul n'est une île...
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
5337 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 17 nov 2008 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

D'habitude, ce que je préfère dans l'opéra c'est le chocolat...
Mais là.
Bravo Malice un texte sans fausses notes.

L'oncle

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Le Hérisson Cet utilisateur est un membre privilège


Où sont-ils mes vingt ans ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
10 mai 2007
Dernière connexion
2 janvier 2019
  Publié: 17 nov 2008 à 18:26 Citer     Aller en bas de page

trés beau , subtil , un vrai spectacle

  Poupi le gentil hérisson
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
274 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
2 septembre 2017
  Publié: 18 nov 2008 à 19:54 Citer     Aller en bas de page

Je considère qu'un écrit est réussi...

- Quand la technique est présente
- Quand il est touchant
- Quand on le vit tellement c'est bien décrit
- Quand les mots sont justes et bien placés
- Quand des touches d'humour ou des clins d'oeil sont là
- Quand il traduit un talent indéniable

Et il y a tellement plus dans celui-là...

Bravo et merci.

 
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
536 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
17 mars 2018
  Publié: 19 nov 2008 à 15:17
Modifié:  19 nov 2008 à 15:18 par Malice
Citer     Aller en bas de page

Eliawe, j'espère que tu ne regarderas plus un théâtre sans te demander ce qui se trame dans les coulisses!!

Merci, Roseds, pour la correction!! Il y a toujours quelque chose qui m'échappe, malgré mes relectures inquisitrices!! Je vais tâcher de rectifier mes erreurs!!

L'insoumise, j'avoue, j'adore raconter des histoires, et broder, exagérer, en rajouter.. Je suis sure que les mots n'ont pas été inventés pour qu'on n'en use qu'avec parcimonie!!

Oh, "mon" oncle, au prochain repas de famille, je veux aussi une part d'opéra! Il faut savoir que le chocolat est strictement interdit aux chanteurs d'opéra, car il leur empâte les cordes vocales!!

Kajak, si je devais faire une vraie mise en scène, je ferai souffrir les divas pour me venger bassement de tous les caprices qu'elles nous inventent et nous font subir. En attendant, je vais leur laisser mes pelotes d'épingles au fond des costumes.

Thanatéros *Poupi*, j'ai eu plaisir à fouiller dans mon univers professionnel si familier pour y dénicher cette historiette et vous la raconter!

Montaron Tran, je considère qu'un écrit est réussi quand il a donné du plaisir à son lecteur ..

Merci à vous tous pour vos appréciations!!!

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
J'oséphine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
1839 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2007
Dernière connexion
17 juin 2019
  Publié: 23 jan 2010 à 07:58 Citer     Aller en bas de page

Coucou Malice (heureuse de te revoir, tu te fais rare...),
Je tombe, par hasard, sur ce texte magnifique que... je suis tout étonnée d'avoir déjà commenté, ne me souvenant pas... (ne m'en veux pas, j'ai une mémoire qui se fait rare aussi !) de l'avoir déjà lu !
Je te redis, donc, que ton texte est une vraie petite merveille ! (pour ne plus l'oublier, je l'ajoute à mes favoris...)

  Nul n'est une île...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1378
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1040] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.