Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 120
Invisible : 0
Total : 124
· PapillonMystere · Adria d'Orances · saldday · Kali_
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 05:01:55
Paris: 31 mai 11:01:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2013 (semaine 2) : "La rue de nos souvenirs" :: Au choeur de mes rues.... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 23 juil 2013 à 14:14
Modifié:  26 juil 2013 à 07:49 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Dans ma rue, y'a des rus coulant sous les trottoirs,
Des tunnels et des cryptes qui racontent une histoire,
Les Ducs de Bourgogne ont laissé une empreinte
Sur le flanc des remparts aux splendeurs défuntes.

Les maisons sont si hautes et les toits si "pentus"
Qu'à l'ombre on marche tranquille sous le chapeau pointu
D'un homme fantomatique aux ailes de corbeau
Qui effraie les passants et mange les souriceaux.

Dans ma rue d'entrelacs, y'a des flaques, peu de flics,
Les pavés se soulèvent sur des parfums d'encens ;
On dirait qu'ils aspirent les vagues de l'océan
Et toute une armada clinquante de haubans.

Là, revenu chez moi, y'a des rues qui s'éclairent
Dans les miroirs brisés aux carreaux des fenêtres,
L'une est ma capitale, elle me reçoit toujours
Comme un enfant d'la balle revenu dans sa cour.

Les peupliers-soldats ont veillé sur nos jeux,
Claire portait bien son nom, elle avait de beaux yeux,
Julien et Alexandre étaient les camarades
De nos virées nocturnes et de nos algarades.

Je sais bien que tout ça ne rime à rien du tout
Mais mes rues serpentines s'immiscent un peu partout,
Dans une île de France où la Seine aux genoux
Du zouave de l'Alma glisse sous un ciel de fou :

Une lumière à damner les anges des Cathédrales
Nous hisse vers la mer comme un vaisseau d'étoiles ;
De la haut c'est la voie qui se "lacte" de miel
On touche du bout des doigts les vivantes venelles.

Et puis, il y a la rue qui m'a toujours ému ;
Elle cache en ses jardins tous les matous perdus,
Protégés par des portes baillant sur l'avenue
A la claire fontaine hautaine où se pavanent
Au front des réverbère d'insolentes gitanes.

Les odeurs des croissants sautaient les barricades,
Nous chatouillant le nez dans les matins maussades ;
Ils nous ensoleillaient et ta bouche gourmande
Mordait dans les mille-feuilles de leur robe d'amandes.

Dans les cinq continents, j'ai été baladé ;
Nous avons habité des maisons, des palais
Et de modestes chambres où nous vivions nombreux
Etudiants en maraude, le soir dans la rue Bleue.

Il est l'heure, je vous quitte, je vous lance un regard,
Et sans me retourner je file vers d'autres lieux
Où me porte la brise qui siffle mes adieux...




(le 23 juillet 2013, Riagal)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
711 poèmes Liste
15165 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 23 juil 2013 à 14:53 Citer     Aller en bas de page

Et puis, il y a la rue qui m'a toujours ému ;
Elle cache en ses jardins tous les matous perdus,
Protégés par des portes baillant sur l'avenue
A la claire fontaine hautaine où se pavanent
Au front des réverbère d'insolentes gitanes.



qui sait, cher Riagal , quelle atmosphère t'inspire en ce moment ! Peut être comme moi tu ressens du chaud qui épuise mais en même temps aussi un vent qui " ordonne " de vivre , de faire plus intensément que jamais...

J'adore l'été , surtout les soirs , les nuits quand on n'a pas envie d'aller dormir mais on voudrait flâner et s'arrêter de temps en temps regarder les étoiles...et bavarder...sourire..
je t'embrasse pour cette magnifique collection de souvenirs .



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Bernylys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
4156 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2010
Dernière connexion
26 janvier 2019
  Publié: 23 juil 2013 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

Quelle petite merveille poétique...

  Tous mes textes sont protégés par copyright n° 00050359-1 * Enfant, je rêvais d'un lendemain meilleur; adulte, je rêve d'un monde meilleur. * Bernylys ~ Edelweiss
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
26 janvier
  Publié: 23 juil 2013 à 17:53 Citer     Aller en bas de page

Bog !
Un plume=e qui revient parmi nous pour un instant... Le ton devient plus arraché... Il existait déjà, il prend de plus en plus de consistance...
Des images familières mais je ne saurai les exprimer ainsi...Question de style et puis ma plume naissante s'est faîte dans l'amour... ça marque... Et tout se qui marque profondément, très profond garde ces cicatrices à toujours... Elles sont sources d'inspiration... Plus la cicatrice est profonde, plus l'inspiration est immense... Ainsi j'aime mieux lire, ce serait dommage de faire un Chris auto-destructeur...
J'aime ton écrit... J'aime à lire ces tortures... Et après on va dire que je suis sadique !...

C&C

Paka Bro

C&C

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 24 juil 2013 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

Toujours agréable de te lire..
C'est rare de te retrouver dans "les éphémères.."
Belle balade dans tes rues du souvenir..
Il y a de tout.. des couleurs, des odeurs, des amis d'enfance..
La nostalgie, même si elle ne rime à rien du tout..
une certaine sérénité, je crois,
et surtout il y a l'espoir et l'avenir, sans te retourner, vers d'autres lieux et d'autres "futurs" souvenirs..
Je te les souhaite les meilleurs possibles... pour plus tard.
Biz

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
441 poèmes Liste
14057 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 24 juil 2013 à 03:22 Citer     Aller en bas de page

Je découvre tes écrits et je tombe sous le charme d'une fluidité qui, telle une rivière, m'emporte au fil des mots.
Ces rues, j'en connais certaines, et je les aime aussi.

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15508 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 24 juil 2013 à 09:02
Modifié:  24 juil 2013 à 09:02 par Alphonse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

Elles sont belles tes rues, vivantes ,colorées, presque sorties d'une peinture fantastique...

Merci pour ce partage , un vrai "riégal" de lecture

Alexandra

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 24 juil 2013 à 13:33 Citer     Aller en bas de page



Mais oui, tu es d'la balle, frérot fait de la meilleurs soie - une autre route mythique.
Il s'en passe des choses dans ta rue. Un œil du côté de la cathédrale, un autre côté bruit de la nuit. Un regard en avant, un autre sur les jeunes années.
J'aime entendre ce chœur qui bat vers le champ des oiseaux qui poussent à "enfiler la venelle". Un autre cœur à libérer.
J'apprécie la balade à travers l'univers du Tigre Blanc.

Bisous,
Cath

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 25 juil 2013 à 09:10 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga Saturn
Et puis, il y a la rue qui m'a toujours ému ;
Elle cache en ses jardins tous les matous perdus,
Protégés par des portes baillant sur l'avenue
A la claire fontaine hautaine où se pavanent
Au front des réverbère d'insolentes gitanes.



qui sait, cher Riagal , quelle atmosphère t'inspire en ce moment ! Peut être comme moi tu ressens du chaud qui épuise mais en même temps aussi un vent qui " ordonne " de vivre , de faire plus intensément que jamais...

J'adore l'été , surtout les soirs , les nuits quand on n'a pas envie d'aller dormir mais on voudrait flâner et s'arrêter de temps en temps regarder les étoiles...et bavarder...sourire..
je t'embrasse pour cette magnifique collection de souvenirs .



lilia


Grazie Lila mia. Un peu fâché avec l'été depuis ...bref mais tel que tu l'évoques, oui, j'en sens tous les délices...
Et comme tu l'écris si justement "qui sait ?"...ce qui m'inspire. Respirer...et continuer et ne plus être toujours sur le pied de guerre...mais il ne faut pas trop rêver. Profite bien te ton île adorée.
Baci Carissima


Bernylys : Merci de ta venue...p'tite merveille, toi. ;-)
Amitiés


Priviet Vita : tout évolue, tout...sinon ce serait d'un ennui ;-)..spasibo brother pour le compliment.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 25 juil 2013 à 09:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sidonie
Toujours agréable de te lire..
C'est rare de te retrouver dans "les éphémères.."
Belle balade dans tes rues du souvenir..
Il y a de tout.. des couleurs, des odeurs, des amis d'enfance..
La nostalgie, même si elle ne rime à rien du tout..
une certaine sérénité, je crois,
et surtout il y a l'espoir et l'avenir, sans te retourner, vers d'autres lieux et d'autres "futurs" souvenirs..
Je te les souhaite les meilleurs possibles... pour plus tard.
Biz


Rare oui...et c'est par pure coïncidence parce que j'ai retrouvé un p'tit poème écrit quand j''avais 11 ou douze ans...ça n'avait rien à voir, c'était assez "morbidement" triste, cela parlait de la guerre, de quelqu'un qui revient chez lui et ne trouve que des ruines. Comme si...un jour cela devait arriver. Une pré-science plus qu'un pressentiment. Je l'ai déchiré il y a quelques jours...et je suis parti sur d'autres routes.
Il ne faut pas se fier au ton "léger"...j'ai voulu mettre un concentré des écrits sur lesquels je travaille de nuit, me re-poser sur un texte en "court-métrage" et peindre le bitume en couleurs.
Serein ? Si seulement....comme les oiseaux seuls le sont ^^.
Merci pour les "wishes" Sidonie. A "Dieu ne plaise", comme on dit...^^
Bises


Ishtar (Magali ?) : ta présence me manquait...thanks..


Alex : Merci de ton sympathique commentaire et de ta venue....Riégale-toi tant que tu veux... et ...Bisouxxx


Hi Cath ! Tu lèves la coupe, Sist'...? ! Je n'en demande pas tant que ça...^^
La soie et l'enfance réunies, that's all.
Kisses Sister and thanks.
So long !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
5476 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 27 juil 2013 à 10:23 Citer     Aller en bas de page

c'est superbe, je suis sous le charme - bravo -
Amitiés
Yvon

  YD
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
483 poèmes Liste
22874 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 28 juil 2013 à 03:20
Modifié:  28 juil 2013 à 03:22 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Je me joins à tous ces commentaires, je les partage avec plaisir.
Un régal ce poème, une petite merveille d'alexandrins, je le relierai plusieurs fois, histoire de ressentir ce que sont ces rues pleines de vie et d'heureux souvenirs.
J'ai vraiment apprécié, que de belles images
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1894 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 29 juil 2013 à 02:50 Citer     Aller en bas de page

bonjour

j'ai apprécié l'atmosphère bien rendue de ces rues qui sont quelquefois des pièces de théâtre où nous sommes acteurs malgré nous, de beaux décors nous sont offerts ici,
amitiés

  Critiques acceptées
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 30 juil 2013 à 03:09 Citer     Aller en bas de page



Tes rues sont empreintes de joie, de mélancolie aussi sous des décors gracieux d'un tableau aux portées hautes...sphère intemporelle!!!
Eblouissant!


Amitiés

µSybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23534 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 3 août 2013 à 09:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

C'est une très belle poésie qui mérite d'être lue

Amicalement
James

  Membre de la Société des poètes Français.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 22 févr 2014 à 08:39 Citer     Aller en bas de page

Yvon, Ode ma Cigogne, Xenia, Sybilla et James. Un "big" merci collectif pour votre lecture et vos commentaires sur mes rues qui n'ont pas fini de vivre...dans ma tête et au coeur de mes pages.
et amitiés.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2095
Réponses: 15
Réponses uniques: 13
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

D'hier à Demain... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Dans ses yeux (Poèmes par thèmes)
Auteur : Sybilla
(Poèmes par thèmes)
Auteur :
Images et messages (Poèmes par thèmes)
Auteur : ode3117
J'ai bu un verre... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Xenia
(Poèmes par thèmes)
Auteur :
(Poèmes par thèmes)
Auteur :
Long feu [ Eliawe et Ishtar ] (Poèmes par thèmes)
Auteur : Adamantine
Expressions à sensations (Loufoques)
Auteur : ode3117
À fleurs d'orages... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Bidon / Ville (Poèmes par thèmes)
Auteur : SélénaéLaLouveFéline
Le rendez-vous (Poèmes par thèmes)
Auteur : Y.D
Miroir au Bleu noir (Poèmes par thèmes)
Auteur : ballandine
Instant de mer (Autres)
Auteur : Rousselaure
Le carnaval de Venise (Autres)
Auteur : Rousselaure

 

 
Cette page a été générée en [0,1026] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.