Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 853
Invisible : 0
Total : 853
13136 membres inscrits

Montréal: 5 avr 23:01:30
Paris: 6 avr 05:01:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Un départ Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
*~Laine~*


Aime comme si personne ne t'aurais jamais fait souffrir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
85 commentaires
Membre depuis
21 novembre 2002
Dernière connexion
31 décembre 2014
  Publié: 9 nov 2004 à 00:26
Modifié:  25 oct 2010 à 07:25 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Un départ… Qu’est-ce que c’est? Le dictionnaire obtient une définition bien simple : Action de partir. Je dirais même plus, ce n’est pas seulement de partir mais c’est d’amener une partie de tous ceux qu’on laisse derrière soi. Oui. Disons le, tu es parti, tu m’as quittée.

Tu sais, je t’ai connu j’avais exactement 7 ans. 7 ans Henri, n’est-ce pas l’âge où l’on rêve de se marier avec son père? Moi, c’est toi que je voulais marier. Si l’on ajoute 8 ans, cela fait bien 16, pas vrai? Je sais, tu vas dire que je te dis mal instruit, que je te reproche de ne pas avoir fini ton secondaire, mais je t’assure plus que tout que tu es celui qui m’en a appris le plus. Pendant 8 ans tu travaillais pour mes parents. C’est long 8 ans pour une jeune fille de 17 ans. C’est presque la moitié d’une vie. Tu m’as vu grandir. Si tu me verrais aujourd’hui, je suis presque rendue adulte Henri et je vais au Cégep maintenant, tu en serais fier j’en suis sûre et tu ne me l’avouerais même pas.

Tu te souviens, tous ces étés que j’ai passé avec toi, les nombreux dîners où j’allais te rejoindre avec mon sandwich mal tranché. Je t’aidais souvent du plus que je le pouvais, même que parfois je te nuisais. Mais tu me laissais faire car tu aimais me voir aller. Sans toi, j’étais seule. Mon frère n’avait rien d’autre à faire que de monter tous les jeunes qui avaient sensiblement mon âge contre moi. Si j’avais le malheur de sortir dans la rue, ils me criaient tous des noms. J’allais me réfugier vers toi. Tu savais me consoler, non pas en me récitant les plus belles paroles, mais en me faisant rire. Mes étés je les aurais passés seule sans toi Henri. T’étais mon seul ami. Un vrai. Tu étais le père que je n’avais jamais eu. Ah oui, c’est vrai, j’ai parlé beaucoup à mon père. Mais toi tu as fait plus, tu savais m’écouter. Je ne lui reproche rien d’ailleurs à mon père, il est comme ça, c’est tout. Tu m’as aidé beaucoup, je savais que quoi qu’il arrivait tu n’allais jamais me refuser une petite visite toute simple qui me ramenait le sourire à chaque fois. J’étais tellement fière de te présenter à mes amies lorsque tu venais me chercher à l’école au secondaire. Je crois que t’es l’idole de ma vie. T’as peut-être pas les études ni les connaissances de certains, mais j’étais tellement fière de pouvoir être l’amie de ce père de famille qui n’était pas la mienne. Je sais Henri, ce n’était pas facile. Tes filles ont vieilli, tu me l’as dit à maintes reprises. Elles te repoussaient. Moi, je ne t’ai jamais repoussé. Je sais que je t’ai aidé à passer à travers ça. J’étais la fille que tu n’avais jamais eue, t’étais le père que je n’avais jamais eu. Je comblais tes vides et tu comblais les miens. Malheureusement, ta personnalité n’avait pas seulement que des bons côtés. Ce qui pourrait peut-être expliquer ton départ. T’es parti. Tu m’as abandonnée. Tu es parti avec un trop gros morceau de moi. Et je t’en veux de m’avoir fait ça, je t’en veux, à en mourir. Pas même un au revoir. Disparu. Tu ne voulais plus jamais nous revoir ni même nous parler. Tu l’as juré que plus jamais on allait te revoir. Je sais que c’est vrai, tu les tiens tes promesses Henri, c’est ce qui me fait le plus peur. Tu en veux à mes parents me dirais-tu, mais pourquoi? Et de toute façon, je ne veux même pas savoir ce que tu leur reproches, ce qui m’intéresse, c’est pourquoi tu m’en veux à moi. Qu’est-ce que j’ai pu te faire pour que tu me fasses subir une telle douleur? J’ai pleuré à ton départ, beaucoup même. Je me posais 1000 questions et j’essayais de me trouver 1001 raisons de ne pas me les poser. J’étais incapable. La seule chose pourquoi je t’en voudrais c’est de m’avoir laissé tomber.

Voilà, déjà plus d’un an après ton départ. Je ne t’oublie pas. Qu’es-tu devenu? Où es-tu? Manges-tu à ta faim? Tu t’es trouvé un emploi? Tu es malade? Ou pire… tu es mort? Tu es quelque part où je ne suis pas et où je ne serai plus jamais. En attendant de tes nouvelles, prends soin de toi. Je pense à toi souvent, trop souvent même. Je t’aime.
Hélène xxx

  DoN't WoRRy, Be HaPPy!!{img border='0' src='./images/emotions/icon_smile.gif'} ¤~Lå¡ñ£~¤
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2965
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0322] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.