Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13088 membres inscrits

Montréal: 25 juin 22:21:11
Paris: 26 juin 04:21:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Les impasses et l'autre reste Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 2 févr 2009 à 19:21
Modifié:  14 févr 2009 à 14:47 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page



Les impasses et l'autre reste


A l'évident d'un mot qu'on croyait d'infini
La corde s'est tendue sous le poids des pendus
Et la nuit des rameaux même l'oiseau a tu
La violence, l'abus de sa plume salie

A ne croire à la vie qu'à la mort du désir
Sur l'autel infesté de ce sexe jauni
Les pages ont noirci chaque phrase dénie
Que le lucre étoilé soutirait au plaisir

Accrochés à ce mors les enfants sans destin
Ont pleuré les couteaux à la gorge de l'âme
Qu'ils croyaient au troupeau réserver tout le drame

Mais le trait n'est pas droit dans le creux de leurs paumes
Et personne n'est roi au pays de leurs mains
Qu'ils veuillent se lier ou unir leurs lymphomes



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 3 févr 2009 à 05:20 Citer     Aller en bas de page


Bien joué Tilou ! Et Bravo pour le titre !

Un sonnet original qui me plaît !!!

Mais je pense que tu as du oublier un mot au premier vers du second tercet. Il n'y a que 11 pieds mais tu voulais certainement dire :

"...Mais le trait n'est pas droit dans le creux de nospaumes..."


Amitiés de Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
le passager


quand le sage montre la Lune, le sot regarde le doigt
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
337 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2006
Dernière connexion
22 août 2016
  Publié: 3 févr 2009 à 06:01 Citer     Aller en bas de page

j'ai beaucoup aimé le style de ce sonnet irrégulier,
petit bémol, une autre petite erreur au 5e vers qui compte 13 pieds et des rimes pas toujours riches diminuent un peu la qualité de ton texte. enfin, rien de dramatique, mais bon...

merci pour ce moment

  and I ride and I ride
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 5 févr 2009 à 16:19 Citer     Aller en bas de page


Merci de vos lectures si précises..

jfk : tu as raison, la dernière rime peut surprendre... C'est surtout qu'elle dénote et appartient à un autre champ lexical un peu trop lointain peut-être

Mr B : c'est exact... A une certaine heure, je n'y vois plus bien clair.

le passager : j'ai tenté de corriger mais ce n'est pas ça.. encore.. ça change le sens (un peu trop)


Merci messieurs

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1071
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0258] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.