Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 459
Invisible : 0
Total : 461
· Adria d'Orances · PapillonMystere
13141 membres inscrits

Montréal: 28 mars 13:40:29
Paris: 28 mars 18:40:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: Nouvelles d'une journée banale coincée entre moi et moi. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
6564 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 22 oct 2013 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

L'absurde me va à ravir, gravissant sans sécurité, les cimes du non sens jusqu'au sommet du ridicule et son bonnet d'Anne.

Ceci est une pure coïncidence...

Ô Vivien Leigh, sur ce lit allongée, en quinconce, bronzant sous ma lampe de chevet malléable, que tu m'émeus vachement, lorsque tu répète si naïvement "fiddle dee dee!" à ta grosse servante noire en technicolor.

J'ai perdu une partie d'échecs à reculons entre un macareux moine tibétain qui se moque bien des alizés qui bégaient dans mon armoire à ranger " l'inrangeable".

J'ai reçu un fax par le trou noir de la serrure de ma porte "spaghetisée"

Un menu de Noël scandinave en 18 langues de bœuf carotte.
Ça m'exaspère de lunette; je ne comprends que dalle...

Apétissante recette huitres et n'œufs à la coke où en sorbets me donnent envie de cuire mon blouson à clous de girofle à la poêle à friser les lardons de différentes façons.

En looping, en apnée, en aval, en osmose ou en catimini...
Tous les goûts sont dans l'aventure.

Finalement, j'opte pour un vote unanime de ma part, de celle de cheval en Arizona, dans mon ranch utérin, de celle de ma prestance à enchaîner les bains de bouches de métro et les mains de mouches sans fermer les yeux, de celle de mon chapardeur à moustaches rétractiles taillées dans du silex qui n'aime que les nems, de celle de mon reflet un peu gauche, de celle de mon ombre estivale sur la piste d'aterrissage de ma patience et de celle de ma gourmandise badine au son des violes commissionnaires devant la platitude palpable de mes assiettes blagueuses.

Donc, les rognons, sortes de lorgnons ronds sentent bon l'ébonite et les nids de dindons édonistes.

Les champignons, sortes de chignons pillés à la chignole chinoise hument admirablement le blé mûr de mai bruni par nuits de brumes biseautées.

Cary Grant vient de pénétrer en complet veston dans un compartiment archi-bondé pour serrer la main gantée de James Bond qui s'est brûlé le pouce au white spirit en retirant les flammes du feu de la femme qu'il n'épousera pas avant de connaître ses intentions.

Une cigarette au bout du bec, Armand le vautour regarde autour de son aire les cadavres lunaires qui brillent au firmament, avant de s'envoler pour un planant voyage au pays de Disney.

Dans l'encyclopédie que je tiens pour exquise sur mes genoux moites, un spécialiste du lifting des batraciens de Komodo écrit que la salamandre est une salope qui prend des rides quand elle rit en écoutant du blues et que sa salive se transforme en Pinocchio lorsqu'elle ment sur son âge.

J'envisagerai pour lui, une cure de désintoxication "marsupilamique" avec pelotage automatique des zones obscures...

Ceci dit, je préfère le tap dance d'Èléanor Powell quelque part dans ma mémoire "comédiemusicalephilique" avec élévation d'adrénaline au croquage de cacahuètes intermittent.

Je passe alors l'aspirateur à cloche-pieds pour éviter de me perdre au milieu de moutons qui jouent des coudes avec mes côtes en maillechor repérant à tâtons les réverbères bucoliques tailleurs de haies d'ailleurs ou d'Hyères ou "délogeurs", les électronisant à la puce, sans me démonter.

Dans mon catalogue de Déroute, je choisis le roi à la loupe philatéliste fictionnelle, une litière en carbonite lustrée pour mon chat moralisateur qui me signale que le temps qui m'est imparti touche à sa faim et je vais congédié illico mes haltères siliconées, mon têtard spasmophile à l'aube d'une nervous breakdown et la chaleur de mes incantations frigides pour un réveil décaféiné de la pluie dernière...

Adios amis-gosses...

Hubix.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14983 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
2 mars
  Publié: 26 oct 2013 à 18:03
Modifié:  26 oct 2013 à 18:03 par Sybilla
Citer     Aller en bas de page


Bonsoir Hubix,

Que de personnages en une journée banale...



Sybilla


  Le rêve est le poumon de ma vie
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
6564 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 11 nov 2013 à 09:55 Citer     Aller en bas de page

Chère Sybilla, je m'habille d'humilité pour excuser mon retard du à une course effrénée contre une montre en dérangement...

Bref, dans les journées banales que je vis, j'explore l'imagination de mon cortex cérébral pour y cueillir et recueillir quelques idées saugrenues pour ainsi me permettre de rencontrer toutes sortes de gens....

mon don d'ubiquité me le permettant...

Amitiés....

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 815
Réponses: 2

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1024/13141

8.6%
 
 88 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.9%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.9%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.6%
 
 109 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 197 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.3%
 
 321 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0215] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.