Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 873
Invisible : 0
Total : 875
· Pichardin
Équipe de gestion
· Catwoman
13136 membres inscrits

Montréal: 6 avr 01:46:51
Paris: 6 avr 07:46:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: Un vendredi 13 à l'angle du fortuit. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6584 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
5 avril
  Publié: 6 nov 2013 à 16:31
Modifié:  6 nov 2013 à 17:08 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Bon, mon journal tient sur un confetti dépliable à l'infini, donc, mes "aventurettes" sans déboires ni sèche-méninges, peuvent suivre un rail, sans coq, qui mènera mes états d'âmes vers une progression du bois d'ébène aux plages de silence, non communicatif, selon le dogme des carpes athées...

Ce qui suit, m'est réellement arrivé à une époque non définie, et plus encore, quoique, trêve de baliverne, cela dépend de la taille du verbe être...

On sonne à la poutre de mon frigidaire clippé.
Je sors de mon indulgence un roi de trèfle enflé.
Une femme du XVIème après Joss Randall me tend une valise de blé mûr.

Ses cheveux de chips molles ressemblent à ces printemps burlesques où je papillonnais entre les cormorans pour plonger ma lucidité dans un bain de luxure.

Comment a-t-elle trouvé mon numéro de télépathe dreyfusard?
Pourquoi mord-elle dans un édredon pulpeux quand je lui signale la combinaison de mon nombril auto-ouvrant?

Elle s'évanouit soudain dans le jardin tellurique de ma fierté tribale.

Je sors de mon jean l'avis nécrologique du vendredi 13 d'une année néo-plasmique.
Ci-gît l'inconnu volontaire qui marque de son courage les rouages scélérats de quelques Gi's assassins d'ornithorinques syndiqués.
Annonce quelque peu quelconque quoique un brin de muguet amusant mais sans plus, commune quoi!

Je regarde une image transparente transpirant l'étatique besoin de se couvrir quand la neige reviendra dégueuler sur les sapins environnants.

Il va pleuvoir dans mon lavabo vénitien que j'ai sournoisement emprunté à ma tante" pyromaniaque" qui est aveugle de mémoire.
Ai-je bien descendu du dernier train fantôme à la gare de mes centres nerveux?
Serais-je le dernier survivant d'un combat mégalomane contre la vertu translucide en témoigne ce morceau d'illusion pendant à mon oreille ardente.

je vais et je viens de murmures en contre-vérités vérifier si ma suspicion encéphalique protège maritalement mes yeux de brisures éparses.
Je tiens à repasser en apnée mon pantalon calligraphié en espéranto pour ma prochaine "venue-party".

Je ne sais pas trop si mon ventilateur aime les cacahuètes bi-mensuelles ou si j'ai acheté à crédit mon chat poltron pour qu'il digère mes envolées spirituelles avant l'arrivée du Beaujolais nouveau.

À la radio passe un air d'accordéon tzigane et j'aime la semoule prosaïque qui cuit entre les cuisses in de la chanteuse cartilagineuse au décolleté généreux.
Désormais je refuserai catégoriquement les options immobilières de mes repas sinoques.

Que voulez-vous, mes gencives hérétiques n'ont plus l'âge d'avoir du temps à perdre à ses sacrements "désorientables".
Rentabilité habile et tabulation fumigène équivalent à décentrer l'atmosphère féérique de ma répulsion métaphysique.

Quand je rentre de mon jogging carnavalesque comme un escrimeur mortifié, je me lave en digital pour effacer les apparences maquillées par impudence.

Je joue des congas en slip grec avec mon ticket modérateur dans un mépris total pour les erreurs de mes assureurs d'un autre jour...

Je recherche enfin la permission de m'étendre les bras sur une balance érotomane...

Voilà...ainsi finit la promenade "hubixjfelertienne" sans pour autant contrarier les lauriers sauce et les canards en coin, non???

HubiX.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 777
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1025/13144

8.6%
 
 88 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.9%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.9%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.6%
 
 109 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 197 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 322 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0357] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.