Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13367 membres inscrits

Montréal: 9 juil 00:55:57
Paris: 9 juil 06:55:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: Journée avec plumes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Elodie Daraut


Rend toi fière
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
647 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 16 avr 2014 à 07:55
Modifié:  18 avr 2014 à 14:01 par Elodie Daraut
Citer     Aller en bas de page

(...)

(...) Ma machine à écrire arrachée à l’oubli, sur le cuir de mon sous-main, enroulait son rouleau autour de lettres éparses, m’appelait au devant d’histoires extraordinaires et finirait, je le savais, par triompher de mon petit déjeuner dominical.

Je respirais chaque bercement de poussière dans le halo des premiers rayons et goûtais, littéralement à l’odeur de lavande des vieux draps. Le mérinos vert luisant étalait ses larges fleurs, souvenir d’un temps où il était tissé ici. De bien d’autres générations l'avait avant moi connu, ainsi que je m’en souviendrai plus tard, avec une certaine répulsion. Comme cette répulsion m’était alors inconnue et comme cet abandon au matin était bon !

Dans mon lourd oreiller fourré d'éder et brodé de roses.

J’habitais la maison de granite qui avait été bâtie sur le petit renflement d’une colline qui m'était toujours apparue n’être là, que pour accueillir ma maison.

Ma maison à dire vraie, ça ne l’était pas. Nous y logions et la partagions avec le club des aînés qui jouait au premier étage et j’entendais vaguement d’où j’étais le brouhaha de leurs discussions, mêlait belottes et parlotte en un flot, sans discontinuer.

Je n’entendais pas leurs paroles, je ne les percevais que comme une mélodie des temps anciens et je me les évoquais tour à tour comme respectable et maire du village et comme grenouilles de bénitier.

Il fallait traversée rapidement quand je sortais et je redoutais de les croiser, presqu’autant que le vieil escalier en bois lugubre et aux rideaux fendus qui menaient vers l’extérieur.

Je ne sais pourquoi mais la double porte, l’une donnant sur l’extérieur et l’autre sur notre partie à proprement parler, m’avait toujours fait peur et était par bien des façons, sources de mes terreurs nocturnes.

Ainsi ce matin là encore, je m’étais effrayée sans savoir pourquoi, que nous ne fermions ce passage sur ce lieu incertain, habité d’être d’un autre temps, et que ne soit définitivement et si candidement close, que l’ultime porte qui donnait à la fois sur eux et sur nous.

Bien des fois des vieillards évoquant dans mon souvenir la mort, avait grimpé cet escalier jusqu’à moi

Par bien des fois, je m’étais moi-même grondée de ces peurs ridicules et les réprimaient autant que je pus dans l’évanouissement matinal et la lumière réconfortante d’une chambre apprivoisée.

Il y avait, sur un xylophone ramené du Sénégal, un peau de lapin que j’avais moi-même tanné, sur un vieux pouf turc mes peluches qui, comme les statues d’un autel, veillaient sur moi. Je n’étais alors pas sensible à leurs provenance ou à leur matière. Elle était pour moi par delà le réel et détentrices à elles seule d’une énergie bienfaitrice et mystique.

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 559
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1035/13157

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 79 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 112 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0156] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.