Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 165
Invisible : 0
Total : 168
· Y.D · josette
Équipe de gestion
· In Poésie
13125 membres inscrits

Montréal: 16 juil 08:36:19
Paris: 16 juil 14:36:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: C’est Possible Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 7 sept 2015 à 03:03
Modifié:  7 sept 2015 à 11:18 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Des décideurs privilégiés
N’envisagent surtout pas de nous rendre
Utiles toutes nos richesses produites
Ni les gratuites connaissances instruites
En vouloir qui pourraient s’entreprendre
Pour rendre heureuse l’humanité.

Du troc ou valeurs outils, l’argent but,
En monnaie, semble être une marchandise,
De moyen elle devient oppressions,
Et pouvoirs, dans sa possession,
Aux comptables devient une hantise.
L’utilité première a disparu.

Elle devient une nécessité
Et une raison primordiale de vies.
Le bien commun devient secondaire,
Il sera considéré trop cher.
Et tombera dans l’oubli.
L’entraide n’aura pas résisté.

Il serait pourtant possible,
De réunir toutes les idées,
De tester les suggestions,
Dans des réalisations,
Qui seraient plébiscitées,
En réduisant les coûts des cibles.

Les organisations militaires
Ont aboli les obstacles
En faisant taire les chieurs
Qui font renaître des langueurs
Dans des somnifères de spectacles
Qui tuent les utilitaires.

Les individualités,
Font oublier les partages humains,
Et les esprits de laïcités.
Qui sont nécessaires aux cités,
Qui envisagent de construire les demains,
Qui pourront être humanisés.

Doit-on envisager des guerres ?
Pour réguler les abus ?
Pour faire progresser l’humain ?
En technologies de demain ?
Pour des biens communs bienvenus,
Où l’entraide ferait naître des frères ?

Certains préfèrent fermer les yeux,
Pour ne pas partager les « peu ».

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 7 sept 2015 à 04:55 Citer     Aller en bas de page

Quand l'argent n'aura plus de valeur à nos yeux, on pourra, alors, travailler à un monde de paix. Mais surtout, quand nos vies, prises individuellement, auront moins de valeur à nos yeux, que la vie elle-même, on aura déjà fait un grand pas. Un petit pas pour nous, mais un grand pas pour l'humanité et le monde. Merci du partage, Samamuse. A bientôt !

 
Samira DE Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
17 novembre 2018
  Publié: 7 sept 2015 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
Quand l'argent n'aura plus de valeur à nos yeux, on pourra, alors, travailler à un monde de paix. Mais surtout, quand nos vies, prises individuellement, auront moins de valeur à nos yeux, que la vie elle-même, on aura déjà fait un grand pas. Un petit pas pour nous, mais un grand pas pour l'humanité et le monde. Merci du partage, Samamuse. A bientôt !




Bonjour,

Je rejoins ton argumentaire dans la force qu'ils dégagent quand ils expriment la vacuité immense émanée de l'argent qui détruit beaucoup plus qu'il ne construit...

Toutefois, l'argent nous permet de tout acheter, on en a malheureusement besoin, car si tout était gratuit, personne ne travaillerait, donc il n'y aurait pas les corps de métier essentiels à la vie de l'être humain...
Il n'y aurait plus de monde voulant être agriculteurs, éboueurs, manutentionnaires, toutes ces professions qui exigent un effort physique...

Et malheureusement, ceux qui sont ultra riches souhaiteront rester ceux qui sont ultra riches, afin de conserver cette supériorité monétaire sur le reste du monde... Bah oui, qui souhaiterait que son voisin soit aussi riche que lui ?

J'ai peu espoir que l'humanité un jour se réveille et cesse de contempler son nombril afin d'être utile à toute la race humaine...

On est aux portes de la fin de ce monde, et ceux qui auront contribué à faire de celui-ci un enfer auront leur juste châtiment dans l'au-delà !

Merci à toi pour ce poème et merci à toi Jean Claude pour ton message !

A bientôt,

Le Sanctuaire.

  ]La Sanctuaire[
Samira DE Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
17 novembre 2018
  Publié: 7 sept 2015 à 08:53 Citer     Aller en bas de page

  ]La Sanctuaire[
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
439 poèmes Liste
8539 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 7 sept 2015 à 11:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour m'sieur,

J'en connais qui disent que les guerres ont pour effet de réguler naturellement la natalité. 1/ c'est faux puisque nous sommes de plus en plus nombreux 2/ le calcul est plus qu'effrayant !

Catherine

 
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 7 sept 2015 à 11:23 Citer     Aller en bas de page

un texte d'une lucidité aveuglante, merci pour ces mots
si le monde pouvait se réveiller, mais j'en doute


belle soirée

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 8 sept 2015 à 02:52 Citer     Aller en bas de page

bonjour à toutes et à tous.
Dont; VENUSIA, CAT, SANCTUARY, JC GLISSANT, ODIN et tous les regards anonymes.
je ne pense pas avoir évoqué la disparition des moyens portatifs acceptés par des couvertures banquaires. ni les suppressions des personnes économes qui réinvestissent en biens communs gérés par des personnes compétentes.
mon idéal de vivre ensemble serait des communautés comme l'étaient les monastères ou les abbayes sans les obligations dogmatiques, mais là aussi je rêve, certains économats sont d'esprits capitalistes, les gestionnaires du vatican par exemple.
j'ai fais une évaluation poétique où les guerres ne détruiraient pas les humains ni les biens, ni les richesses collectives, ni les savoirs, seulement des changements de propriétaires, en laissant vivre les opposants pacifistes, les autres seraient isolés comme des zoos, tout en leur coupant les moyen à ces dissidents de pouvoir devenir des dé-régulateurs.
je suis en train de développer les genres de disponibilités.
j'ai de disponible les moyens de rendre humanisées les victimes de la nature.
et bien d'autres cheminements du même genre.
mais ce ne sont peut-être pas des curiosités.
mille excuses pour cette longueur.

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
16104 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 8 sept 2015 à 05:35 Citer     Aller en bas de page

Le vivre ensemble ne doit pas impliquer des contraintes et des besoins surfaits

mais là on parle d'un autre concept de société...

j'ai aimé vous lire toutes et tous

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14960 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 8 sept 2015 à 09:57 Citer     Aller en bas de page



Bonjour Samamuse,

Merci pour ce cri en partage !
J'ai lu ton texte et tous les commentaires !
Souhaitons l'éveil de la société partout dans le monde !


Mes amitiés

Sybilla



  Le rêve est le poumon de ma vie
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8316 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 9 sept 2015 à 06:48 Citer     Aller en bas de page

ce n'est pas un éveil que je suggère.
c'est de se souvenir de vivres ensembles qui ont existé.
qui ont fait leurs preuves d'efficacités.
qui pourraient fort bien revivre en étant actualisés.
nous sommes en relation avec des décideurs,
qu'ils soient politiques ou d'associations,
leurs essentiels sont ailleurs,
leur en parler peut peut-être faire évoluer certains inconforts.
les exodes, de populations, actuels, auraient peut-être d'autres horizons.
merci de vos regards, et de vos commentaires.
je pense avoir trouvé ma particularité sur LPDP.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 847
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0323] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.