Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 241
Invisible : 1
Total : 245
· doux18 · marchepascal · Drôle d'oiseau
13088 membres inscrits

Montréal: 24 mars 09:58:09
Paris: 24 mars 14:58:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Arènes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 13 mai 2009 à 17:17 Citer     Aller en bas de page



Arènes



Quand l'heure à la moitié invite le sultan
A se laver les pieds et prendre son élan
Pour faire de l'orient le portail étoilé,
Sa fille a son caban ses lunettes fumées ;

Astre de ces instants, pellicule voilée,
A l'ombre de l'écran, l'orgie emploie ses fées
A mettre chaque clef dans le verrou grinçant
Du lucre bien caché qu'on laisse à leurs amants ;

Et l'éther dans le nez, le bal des ignorants
Peut alors commencer, les mots dans le trépan
Du tumulte incessant de tous les gens bien nés ;

Le cœur un peu pendant, de larmes assassinées
Aux scénarii déviants de ces hommes pressés,
L'enfant devra rêver de ce funeste onguent.



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23519 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 14 mai 2009 à 07:35 Citer     Aller en bas de page

merci Tilou pour ce très beau sonnet ! j'ai beaucoup aimé ma lecture , une écriture originale

amitiés
james

  Membre de la Société des poètes Français.
Fleur Du Vent

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
2630 commentaires
Membre depuis
2 février 2006
Dernière connexion
17 juin 2018
  Publié: 14 mai 2009 à 12:19 Citer     Aller en bas de page

Dans les arênes de la vie, il y a toujours le meilleur comme le pire...
J'ai apprécié ma lecture Tilou,
Amicalement
katia

 
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 18 mai 2009 à 15:38 Citer     Aller en bas de page

je ne saurais dire ce qu'évoque ce poème puisque je le comprends peu mais je sais qu'il y a de la tristesse...


Sa fille a son caban ses lunettes fumées ;

Astre de ces instants, pellicule voilée,
A l'ombre de l'écran, l'orgie emploie ses fées
A mettre chaque clef dans le verrou grinçant
Du lucre bien caché qu'on laisse à leurs amants ;

L'enfant devra rêver de ce funeste onguent.

Chantal

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 24 mai 2009 à 03:19
Modifié:  24 mai 2009 à 03:20 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Il est un peu étrange dans ces mots... C'est vrai.

En tout cas, merci de l'avoir lu et apprécié...

Merci beaucoup


Amicalement,

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1471
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0413] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.