Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 64
Invisible : 0
Total : 64
13178 membres inscrits

Montréal: 4 juin 22:05:10
Paris: 5 juin 04:05:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: Je ne contredirais pas le bleu des fruits. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
120 poèmes Liste
6688 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 26 oct 2014 à 16:25 Citer     Aller en bas de page

Ah! août, où j'escalade les mots "si on", du bois à l'orée si noueuse que j'en nais des cors aux pieds, sans rime ni raison...

Je pourrais vous parler de mon nouveau compagnon à quatre pattes qui se contorsionne sur la chauffeuse en se battant contre une mouche morte, mais, non, finalement, les chats-pitres, faut savoir les terminer de manière claire...

Donc, je sillonne l'allée de mon jardin où fleurissent les pensées les plus saugrenues - une sauterelle m'interpelle, telle une bêcheuse, en me lançant, de but en blanc, un:
"Dîtes-donc, l'homme au sapin, c'est vous le propriétaire de cet endroit plus vallonné qu'un nez de pardieu?"

Comme si j'allais répondre à ce genre d'affabulation. Il fait chaud.

Bref, je brasse de l'air de jazz un peu free, à poil devant mon frigo, lardé d'auto-collants... Pendant que Miles dévisse son ascenseur, Louis arme sa "trongue" à rideaux, avec assurance...

Tout cela, me fait penser que ce qui est passé est repassé comme un linge, délavé comme une vérité qu'on avoue avec la certitude de ne pas être contredit...

Derrière un verre teinté, ma vue se trouble, prenant le train à contre-sens. Je n'ai Quimper, même mort, pour aller...

Ce que je vois, nul n'est sensé le croire, ni la censure, ni la lime à jean à Sion...

Devant moi, Sally Bee avance au hasard, dans un quadrilatère de feu et sent la rose d'éventuelle pensée, au cheminement aléatoire...

Mon chat, qui fume le calumet, lui tend la main pour qu'elle puisse se souligner les yeux d'un bleu fruité, en toute sécurité...

Elle porte une robe papillon et ses 12 ans paraissent plus légers. Ses yeux s'alignent dans un champs d'iris, avec toutes ses nuances...

"Morfée" a du morfler dans la nuit, précédente et sourde, tardant à décerner son quota de taquets aux insomniaques à crédit...

Oui, les mois passent, août est déjà loin et moi et moi et moi...comme disait...

Je traîne mes charentaises qui se souviennent d'avoir connu les aiguilles du savoir-faire leurs traverser le corps sans rien dire...

Moi non plus.

Hubix.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
9438 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 27 oct 2014 à 10:06 Citer     Aller en bas de page

bonjour HUBIX,

j'ai apprécié ces délires.
en faisant l'effort, de les lire.
j'ai trouvé une présence de RAYMOND,
sans en faire des horizons.
.
MUSE m'a sollicité,
pour créer d'autres étapes,
je lui ai dit de se calmer,
certains regards, s'en tapent.
.
MUSE aurait bien voulu,
se lâcher, dans des imprévus.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 576
Réponses: 1

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1032/13175

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.8%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 110 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.5%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0512] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.