Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 168
Invisible : 1
Total : 171
· QUOIQOUIJE · Filiquier
13258 membres inscrits

Montréal: 16 oct 08:14:12
Paris: 16 oct 14:14:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Le Lac Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 30 juil 2006 à 16:36 Citer     Aller en bas de page





Le Lac



Je sais ton froid rivage, ô lac du temps perdu,
Et les cils des roseaux qui battent ton visage,
Quand le vent de mémoire ourle ton front chenu,
Troublant la nuit du cœur, approche de l’orage.

Ton silence est liquide ; arrachés de Méduse,
Les serpents des algues le peuplent de crinières
Qui semblent m’appeler de manière confuse
A noyer le chagrin qui brûle les paupières.

Tu brises nos reflets, comme faisait l’amour
Aux étoiles tombées qui s’enfuient du ciel vide ;
Et ne reste des cieux, transparence toujours
Plus lointaine qu’une eau que nous buvons avides.

Lorsque tes eaux sourient, que mon image tremble,
Et que ce vent se lève aux confins de mon âme,
Je sais que tu attends que mon pas nous rassemble
Et que je verse en toi le baiser qui me damne.


Juillet 2006

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 30 juil 2006 à 16:41 Citer     Aller en bas de page

Tu fais exprès pour que je m'évanouisse une fois de plus ??
(trop tard ! )

C'est Jihemesque (soupirs)..

Merci ... merci...






  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
mayou


l'amour et la douleur forme une alliance
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
111 commentaires
Membre depuis
18 février 2006
Dernière connexion
26 mai 2017
  Publié: 30 juil 2006 à 20:24 Citer     Aller en bas de page

c'est tout simplement magnifique !!!

  L'amour n'est que lier de douleur
cellule


I was born intelligent, but the education ruin me!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
117 commentaires
Membre depuis
26 juin 2006
Dernière connexion
1er mars 2008
  Publié: 30 juil 2006 à 22:55 Citer     Aller en bas de page

joli décor champêtre!

  Trop con pour vivre, trop bizarre pour mourrir!t, but the education ruin me...
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
177 poèmes Liste
5968 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
19 décembre 2018
  Publié: 31 juil 2006 à 09:32 Citer     Aller en bas de page

Un poème aux accents mi-lamartiniens, mi-hugoliens, c'est doux et tendre à souhait; et cette image qui accompagne chacun de tes poèmes comme la partie photographique de tes écrits...

Ce qui me touche particulièrement dans tout cela, c'est surtout le petit soleil derrière les arbustes : est-ce le soleil qui point à l'aurore ou celui qui se couche au crépuscule? Je crois que le poème lui-même est une preuve d'amour du fait que ce soleil là qui se couche sur le lac du temps pourrait se lever à nouveau... de ce baiser qui damne!

J'ai aimé ma lecture!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9630 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
1er septembre 2017
  Publié: 31 juil 2006 à 09:55 Citer     Aller en bas de page


Egal à toi même Jihem...

Grandiose !

Loup

  http://papemich.free.fr/
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 2 août 2006 à 04:25
Modifié:  2 août 2006 à 04:27 par jihem
Citer     Aller en bas de page

Chère Ambre,

L'idée de ce texte m'es venue, non à la lecture de Lamartine, comme on pourrait le croire, mais à celle de Mallarmé Quel bonhomme! Il a des textes extraordinaires que ça te donne envie d'aller apprendre la lecture !

Merci à toi mon amie

Chère mayou

ou Maya ?? Merci à toi


Cher(e?) cellule


Bienvenue et merci

Chère Fée Azur

Il est Mallarmien Merci, amitiés


  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 2 août 2006 à 04:30 Citer     Aller en bas de page

Cher Yvan,

"Je crois que le poème lui-même est une preuve d'amour du fait que ce soleil là qui se couche sur le lac du temps pourrait se lever à nouveau... de ce baiser qui damne!"

Tu as raison et c'est toujours un grand plaisir de te lire Merci

Chère Loup

Toi aussi, Loup, merci et amitiés

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17760 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 octobre
  Publié: 9 août 2006 à 09:16 Citer     Aller en bas de page

Sublime ....

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 10 août 2006 à 14:37 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous, Bestiole et Mary-Jo

Et merci pour le chapeau

Amitiés poétiques

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Misspoetia


Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
11 août 2006
Dernière connexion
9 décembre 2006
  Publié: 11 août 2006 à 04:59 Citer     Aller en bas de page

Je suis tout à fait d'accord, c'est un poème sublime.

  Sarah
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 11 août 2006 à 14:04 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Misspoetia
Amitiés poétiques

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
jihem


Aimer
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
631 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2005
Dernière connexion
28 février 2008
  Publié: 21 jan 2007 à 17:18 Citer     Aller en bas de page

Que répondre, Pluriel(le)s ? Merci, tout simplement !

Amitiés poétiques

  heureux ceux dont le souffle façonne les nuages
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 13 oct 2008 à 16:51 Citer     Aller en bas de page

C'est.... (pfiou....)

(Merci...)

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1339
Réponses: 13
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0587] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.