Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 324
Invisible : 0
Total : 325
· Tychilios
13154 membres inscrits

Montréal: 25 févr 22:08:41
Paris: 26 févr 04:08:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Gens-silence Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
atouthasard


La vie est écrite dans les mots c'est mon trésor et mon tombeau (Gilles Vigneault)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
1534 commentaires
Membre depuis
14 octobre 2004
Dernière connexion
13 juin 2013
  Publié: 31 mai 2009 à 17:49
Modifié:  31 mai 2009 à 18:26 par Mencita Monoï Angel
Citer     Aller en bas de page

Gens-silence

Il y a dans l’espoir
Un navire qui vague
Mais il y a encore
Par la voile tenue
Un décor qui balance

Ne pas être fenêtre
Pour y voir cette main
De s’y vouloir tendue

Le miroir traversier
Quand les yeux au pendule…
S’aiguillant à la montre
Être l’heure et le puits

Mais il y a demain
Comme doigté revu
À s’écrire le mot
Une fois est si bien

Et

En la, ce corps-façon
Que plie le temps perdu
D’écourter l’avant d’hier
Par le vent bien venu
Il y a surtout ceux
Qui sont gens de silence

Il se cause d’ici
Un plus maux, un ainsi

Il voit bien cet oiseau
Dessiné par la main
Un mainate souvent
A sa plume pour temps

Quand


Pour devoir ont ces gens de meubler leur parole
De tout mot que souvent on apprend à l’école
De la vie qui se prend à semer des passages
À deux pas de rêver que les mots n’ont pas d’âge

Le nuage a son vers il dessine un bocage
Il y met un rivage où se nomme la lieue
D’un silence à la terre et langage si peu
Se prenant pour un mot voulant faire un voyage

Attitrant le propos comme livre dessin
Le muet d’échafaud cherche livret de vin
Il a foi dans ses mots, ses yeux sont des enfins
Écourter vos doigtés ils sont bien des humains

Cette langue qui porte un écho de faïence
On l’écrit en majeur, on décrit toute aisance
Telle porte s’ouvrant pour accueillir la danse
De la mer épuisée comme deux fois dans l’anse

Il est à tout à faire et quand les gens-silence
Les vers qui sont de cœur sont souvent pour une aile
Leurs pairs qui dans l’écrit en faisaient toute science
D’être lus sous la lune à l’éclaircie chandelle

La parlure d’un mot a deux fois pour adage
La voilure de vous qui êtes sous la page
L’océan dans le bleu rivage votre oreille
Le silence à genoux il est toujours en veille

De vous savoir aimé tant il était pressant
De nous vouloir donner à tout ce temps passant
Il est et je vous sais dans le jardin d’antan
Le silence est pour gens qui parlent pour l’enfant

Jean-silence est présent aux alentours du jour
Il fait bien des envieux au jardin de parole
Il cause comme on fait parfois dans la rigole
Il est dans la nuitée l’insomnie pour toujours

Il est telle une lune à voir le temps penché
Aux abords de l’orée où tarde le matin
À recueillir vos maux que pleurent les pensées
Le silence est pour Jean, toujours est à la fin

atouthasard

 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 31 mai 2009 à 18:05 Citer     Aller en bas de page

  Seirén - ©
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 1er juin 2009 à 07:19 Citer     Aller en bas de page

Magnifique !

Qu'est ce qu'il est beau ce poème

j'ai été ravi par ma lecture, des mots qui parlent dans le silence ....

Merci infiniment pour ce partage ....

amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 1er juin 2009 à 17:28
Modifié:  1er juin 2009 à 17:30 par Tendresse54
Citer     Aller en bas de page

Wouah ! Mais il est fantasmagorique ce poème !!


Je ne suis quand même pas pour le citer en entier ! Une strophe parmi d'autres beautés pourtant .....

La parlure d’un mot a deux fois pour adage
La voilure de vous qui êtes sous la page
L’océan dans le bleu rivage votre oreille
Le silence à genoux il est toujours en veille

Chantal Coup de coeur et favoris !!!!!!!!!!!!!!

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
29 mai 2018
  Publié: 3 juin 2009 à 13:24 Citer     Aller en bas de page

(j'voulais passer en dessous, mais je sais pas quoi dire)

(donc je passe quand même sans rien dire)

(merci)

 
Jocsim
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
886 commentaires
Membre depuis
30 mai 2004
Dernière connexion
12 décembre 2015
  Publié: 4 juin 2009 à 22:04 Citer     Aller en bas de page


«Pour devoir ont ces gens de meubler leur parole
De tout mot que souvent on apprend à l’école
De la vie qui se prend à semer des passages
À deux pas de rêver que les mots n’ont pas d’âge»

Que cette strophe et déjà je dirais bravo !

Quelle déroute tu fais subir aux mots ! N’est-ce pas ça aussi, et surtout, la poésie ?

Jocsim

  La tendresse est princière; je veux être son roi.
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 30 avr 2010 à 09:55
Modifié:  30 avr 2010 à 09:56 par Tendresse54
Citer     Aller en bas de page

Une déroute magnifique, oui , toujours favoris !!


En la, ce corps-façon
Que plie le temps perdu
D’écourter l’avant d’hier
Par le vent bien venu
Il y a surtout ceux
Qui sont gens de silence

Il se cause d’ici
Un plus maux, un ainsi

Il voit bien cet oiseau
Dessiné par la main
Un mainate souvent
A sa plume pour temps

chantal

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 959
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0320] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.