Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 9
Invités : 559
Invisible : 0
Total : 568
· Bombadil · marchepascal · Allantvers · Andesine · Elodie Daraut · ori · JOLAH
Équipe de gestion
· In Poésie · Catwoman
13141 membres inscrits

Montréal: 28 mars 07:54:50
Paris: 28 mars 12:54:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Et les heures passent Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 5 juin 2009 à 16:27
Modifié:  5 juin 2009 à 20:15 par D a r l i n'
Citer     Aller en bas de page

Et les heures passent

Je suis une idiote
les amants s'enlacent
et moi je suis là
debout mais inerte
vivante mais vide
à l'intérieur
comme un corps embaumé
comme des larmes asséchées
comme ta peau sur la mienne
droguée par l'absence
je fume des clopes
et les heures passent.

Il fait un temps paradisiaque
j'imagine ma grand-mère dans son jardin
les genoux pleins de terre
et moi je suis là
dans mon appartement maudit
des draps sur les fenêtres
et aucune envie
de rire ou pleurer
aucune envie
de voir le soleil
brûler sur ma peau blanche
parce que les gens sont laids
parce que les amoureux m'en veulent
parce que je suis seule
et je fume des clopes
pour défoncer ma solitude.

Il n'y a que mon cendrier plein et un tas de vaisselle
il y a aussi cette plaque de glace un peu blanchie
mais il y a surtout ce répondeur vide sans aucune tonalité
toujours là pour me rappeler
que nous sommes seuls
et c'est ma bonne raison ce soir
afin de trahir ma solitude
et pour oublier que j'ai eu tort
d'écrire une saloperie pareille.

Et les heures passent
remplissant mon cendrier d'ennui.


D a r l i n'
4 Juin'09

 
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 6 juin 2009 à 19:36 Citer     Aller en bas de page

Merci d'avoir passé Victoria.



(Pensé à dédé pour son répondeur.)

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 6 juin 2009 à 23:42 Citer     Aller en bas de page

" et les heures passent
remplissant mon cendrier d'ennui".
J'aime bien ton style et cette image m'a particulièrement marquée.
Merci pour ce partage
Amicalement

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 9 juin 2009 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

un texte terriblement beau de solitude !

des images si vraies !

amitiés

  Membre de la Société des poètes Français.
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 4 août 2009 à 17:11 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 558
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0305] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.