Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 31
Invisible : 1
Total : 32
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:33:43
Paris: 21 mars 15:33:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Les Trois Comportements ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 16 mai 2016 à 04:52
Modifié:  17 mai 2016 à 09:04 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Regard j’ai constaté trois appartenances.
Commerçants, techniciens, réalisateurs.
L’artisanat a les trois soutenances.
Quand d’autres combinaisons donnent d’autres acteurs.

Réalisateurs sont souvent dominés.
Commerçants sont souvent des ponctionneurs.
Techniciens ont besoin d’être combinés.
Les partis politiques en sont les souteneurs.

C’est la mondialisation le fléau.
En allant prendre les richesses à l’extérieur,
Créant déséquilibres et inégaux.

Nous avons besoin des communautés,
Pour partager et échanger nos valeurs.
Les monopoles ont leurs cruautés.

Tu aurais aimé plus de détails ?
D’autres textes en sont des éventails.

Regard ces trois états coexistent.
En fourmilière ou plutôt monastère,
Hors artisanat, offrant des ministères,
Où les justes répartitions coexistent.

Quand l’argent devient la seule raison d’être.
Quand certains se servent, quand d’autres doivent tout donner.
Seules les abeilles ou fourmis, doivent connaître.
Les humains en maquis savent partager.

Les coopératives et les chantiers,
S’avèrent être justes aux démarrages.
Les gestionnaires savent déréguler.

Les révoltes chez les animaux ?
Ils sont complémentaires dans leurs usages.
Les colonies chassent ceux qui prennent de trop.

Chez les humains il y a des lois.
Qui défendent les dominants dans leurs choix.
Aimerais-tu lire d’autres voix ou voies ?

Les travailleurs sont pour la lutte des classes.
Les protectionnistes pour comptabiliser.
Les faiseurs de vies pour valoriser.
Les politiques en privilèges se prélassent.

Les médiatisations ne savent plus informer.
Elles servent à conditionner.
Virtualisant les réalités.
Les experts à tout justifier.

Mais où sont donc les valeurs humaines ?
De quelles manières peuvent-elles évoluer ?
Les indifférences créeraient tant de haines ?

Qui ose combattre pour les conserver ?
Ou pour reconnaître les posséder ?
Sont-ce les médias, qui savent en converser ?

N’aurions-nous plus d’horizons ?
Qui justifieraient nos passions ?
Comment faire vivre nos ambitions ?

C’est toujours trop petit chez nous.
Envahissant les autres, peut-on tout y faire ?
Ces richesses seront mieux chez nous.
Et nous saurons mieux qu’eux quoi en faire.

Nous avons la force pour être dans nos droits.
Ils ont besoin de nos surplus.
Ils nous remercieront de faire leurs choix.
Nous enrichirons leurs élus.

Nous les rendront libres, quand ils n’auront plus rien.
Ils sont chiant à venir mendier chez nous.
Ces accueils irresponsables, ça coûte combien ?

Comme le sida, peuvent-ils disparaître ?
Ces arrivants deviendraient esclaves pour nous ?
Ces biens pensant voudraient nous voir disparaître ?

Savent-ils que c’est nous qui les faisons vivre ?
Pour leurs effets d’annonces qu’ils délivrent.
Oui ? C’est dégueulasse ? Comment croient-ils qu’ils vivent ?

Heureusement tout le monde n’est pas comme ça.
Oui, égoïste, ne sachant pas partager.
Les ressources communes, oui, ça viendra
Du moins on sera obligé.

Accueillons toute la misère du monde.
Nous ne pouvons refuser personne.
Ceux que nous représentons nous trouvent immonde ?
En eux nos obligations raisonnent ?

Leurs pays ont besoin d’eux, l’oublierions-nous ?
Nos eldorados sont-ils des saluts ?
Logements, travail, langues, et ceux de chez nous ?

Apprenons-leur à se défendre.
À reconstruire avec de vrais élus.
Mutuellement nous saurons nous entendre.

Pourquoi serions-nous les seuls à tout savoir ?
Être humain, serait-ce savoir les voir ?
Chez eux, et dans leurs espoirs ?

[

b]Quel est ton état ?
Ah bon tu es des trois ?
Tu peux en être.

Où ça coexiste ?
Dans les utopies ?
Alors, créons-les.

Mondialisation ?
Des multinationales ?
Qui ose se plaindre ?

Qui choisit pour moi ?
Mon vote ? Des élus ? Leurs lois ?
Oh ! Je suis libre ?

Avoir bonne conscience ?
Pour qu’ils deviennent comme nous ?
C’est inhumain.[/b]

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 6 mars 2017 à 04:10 Citer     Aller en bas de page

je suis désolé d'être le seul à avoir ces genres de regards.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
426 poèmes Liste
21524 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 7 oct 2018 à 03:21 Citer     Aller en bas de page

Tout n'est pas utopique, mais quand même, je doute de ce que l'humain peut faire de bien. Les animaux même si on dit que ce sont des "bêtes" ont plus d'esprit que la gent humaine. Pourtant on les sacrifie, on les extermine et quand la dernière abeille sera morte, et bien, on ne fera pas de vieux os.
Merci SAM, sur pas mal de points je te rejoins.
Bises ODE 31 - 17

  OM
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 7 oct 2018 à 03:28 Citer     Aller en bas de page

serait-ce le titre qui n'est pas assez accrocheur ?
cette sensibilité arriverait au mauvais moment ?
serait-ce SAMAMUSE qui est encore trop chiant ?
faire de la pub pour relancer des invitations à la lecture de ce texte n'est pas admis dans les possibilités des vivres ensembles sur LPDP.
y aurait-il des yeux qui pourraient s'égarer dans cet espace ?
des insinuations dans d'autres commentaires pourraient être une façon de contourner les protectionnismes de certains abus de vouloir exister.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 7 oct 2018 à 03:32 Citer     Aller en bas de page

merci ODE tu as envoyé ton commentaire pendant que construisais le mien. il doit y avoir une présence qui nous acouphène rait de temps en temps des suggestions.
les départs sont quelques fois longs à sortir des starters.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 704
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0267] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.