Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 391
Invisible : 0
Total : 394
· Naej · Rose-Amélie · Lamina
13084 membres inscrits

Montréal: 19 juil 15:43:21
Paris: 19 juil 21:43:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Reconnaissances? (lol) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8325 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 27 juil 2016 à 05:23
Modifié:  29 juil 2016 à 13:40 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

RECONNAISSANCES ? (LOL)


Ce texte est une forme de développement
Pour proposer aux regards
Des inconforts présentés en quatre parties

OUI REGARD ? SERAIT-CE DE LA TERREUR ?

Un jour dans un lieu prévu pour ça
Un guide et ses moutons faisaient repos.
Un contestataire créa l’effroi
En égorgeant le guide illico.

L’intrus voulu choquer les moutons.
Pour qu’ils se créent entre eux un état d’urgence.
L’intrus semblable aux autres moutons
Réussi à troubler leurs indépendances.

Les chiens et bergers, se voulant rassurants,
Privèrent les moutons de leurs sérénités.
Les choix d’impuissances devenaient flagrants.

L’idéologie de moutons sauvages
Contre des chois administrés.
Qui détruisaient toutes sortes de courages.

Ces intrus, voulaient des reconnaissances.
Les échanges devinrent des vengeances.

Médiatisés
Dans des états d’urgences
Comment raisonner ?


POUR ENTENDRE ON PENSE POUR VOUS ?

Détenir tous les pouvoirs,
Est-ce une forme d’intelligence ?
En voulant à tous faire croire
Qu’eux seuls ont des compétences.

Compétences maquillées
Pour des attentes médiatisées
Et de complaisances,
Pour de futures reconnaissances.

Le troupeau attend autre chose
Dans des reconnaissances
Qui envisageraient des pauses.

Les pouvoirs standardisés
Maquillent leurs méconnaissances
Sans cheminements plus censés.

Continuons à leur faire confiance,
Puisqu’ils n’écoutent pas l’assistance.

Nous savons quoi faire.
Ils font n’importe quoi.
Nous n’y sommes pour rien.


A TRAVERS L’UNIFORMISATION ?

Dans des fourmilières de fourmis noires.
Certaines fourmis ailées, pour des territoires,
Tuaient d’innocentes fourmis rouges.
D’effets miroir, tueuses de noires, des kamikazes rouges.

Idéologies, contre économies
Réactivités, contre formatages.
Chez eux c’est normal. Chez nous "ignoblinie".
Nouvelles survies, contre des perçus d’outrages.

Deux yeux pour un œil, ça sera sans fin.
Leurs modes de vies chez eux nous dérangent.
Les mêmes choses chez nous ? Serait-ce bien ?

Les fourmis rouges ne seront jamais noires.
Pourquoi serait-ce chez les rouges, que cela change ?
Autres regards ? Autres buts ? Autres espoirs ?

L’uniformisation pour dominer ?
Sinon, destructions sans réactivités.

Nous sommes les modèles
Qui chez nous semblent contestés.
Ils plieront aussi.


SONT-CE DES FORMES DE RECONNAISSANCES ?

Fourmis noires, qui n’êtes pas ailées, ni combattues.
Dans vos fourmilières, de fourmis noires, certaines deviennent rouges.
Sans reconnaissances, ni d’échanges entretenus,
Leurs apprentissages, se font où cela bouge.

En fourmilières noires, les démocraties n’ont plus d’attraits.
Certains carcans, deviennent des camisoles.
Les fourmis noires qui se veulent libres, en rouge se devraient ?
Contester les choix administrés, qui les désolent ?

Serait-ce de la subversion, ces formes de libertés ?
Où seuls les scandales, peuvent être publiés ?
Où les autres regards, ne semblent pas être autorisés ?

Ces propos sont du n’importe quoi ?
Nos désirs de libertés, seraient-ils oubliés ?
Serait-ce des écris contraires aux lois ?

Fourmis noires, les contraintes d’urgences,
Peuvent pervertir certaines de nos enfances.

Devons-nous nous taire ?
Pour ne plus exister ?
Sinon des sanctions ?

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8325 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 27 juil 2016 à 07:51 Citer     Aller en bas de page

bonjour ODIN,

je ne vois pas ce que tu as voulu dire.

je trouve blessant les présentations qui nous sont faites.
des diverses réactivités non écoutées,
non analysées pour le grand public
avec des mesures qui encouragent les dits terroristes
à avoir raisons de nous mettre dans un climat de terreur permanente.
les pouvoirs publics donner lieux à donner de l'enthousiasme populaire
pour montrer aux commanditaires de là bas
que ces formes de rapports de forces
ne concernent que les services prévus pour faire des recherches de fins de délits
mais que la population qui ne peut prévoir les effets destructeurs
puisse vivre sans en tenir compte.
tout en évitant les attroupements non accompagnés.

 
dominique5

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
15 commentaires
Membre depuis
12 juin 2016
Dernière connexion
2 décembre 2016
  Publié: 29 juil 2016 à 16:05 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup de finesse et comprends mais ça doit plus complique que ca pour le terrorisme

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8325 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 30 juil 2016 à 04:05 Citer     Aller en bas de page

oh que non. ces dérégulés en valeurs des richesses occidentales des vies humaines, sont comme nous, ils ont besoin de reconnaissances. ils ont voulu une utopie, donner vie à une notion d'état islamique, avec des valeurs non économiquement créatrices de contrôles sur eux, par les finances pétrolières, même si ces mânes leur sont nécessaires pour se défendre, comme pour israel par rapport aux dépossédés palestiniens.
n'ayant pas nos technologies et nos financements, ils ont fait le choix des effets miroirs, par de la terreur non prévisible, relancer pour entretenir nos paniques démocratiques, à chaque fois que les échéances arrivent.
que faudrait-il faire ? ça aussi c'est simple. en finir avec la loi du talion, 2 yeux pour un oeil, et de leur permettre, comme pour les palestiniens, de faire vivre leurs utopies dans de courtes réalités peut-être, chez eux et par eux, comme nous avons fait vivre nos premières républiques.
mais c'est trop simple, nous préférons les rapports de forces et les colonialismes de pensées et de vies, sans pour cela accepter les effets pervers.
je suis sûr de faire naître des réactivités, qui devraient oser se formuler, même pas MP.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
8325 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 30 juil 2016 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Oui je dois le reconnaître se contraindre à penser des cheminements qui ne semblent pas être nécessaires, c’est ce priver de certaines libertés de penser, que nous déléguons à d’autres, en leur reprochant de nous oublier.
C’est pourquoi dans un cheminement prétentieux, j’ose vous proposer ce que d’autres ont sauvegardé.
De JOHN LOCKE, (130), la connaissance d’un homme ne peut aller au-delà de son expérience. Ou comme pour ARTHUR SCHOPENHAUER, (186), chaque homme prend les limites de son propre champ de vision pour les limites du monde.
De GEORGE BERKELEY, (13, être c’est être perçu. Ou pour WILLIAM JAMES, (206), agissez comme si ce que vous faites faisait une différence.
De GEORGE SANTAYANA, (232), ceux qui ne peuvent se rappeler le passé, sont condamnés à le répéter. Et de HAJIME TANABE, (244), pour philosopher, il faut commencer par avouer ses limites de compréhensions, ou reconnaître ses manques d’informations.
C’est pourquoi se triturer les pensées en lectures, en comparaisons avec nos présents, en adaptations envisageables pour devenir propriétaire de nos choix, ça s’appelle philosopher.
Les cheminements philosophiques, sont individuels, vouloir en faire des cheminements politiques, c’est imposer des carcans aux individus qui se disent vivre dans d’autres formes de philosophies.
En lisant ces quelques lignes tu fais déjà de la philosophie. Seules tes curiosités te la feront aimer.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 655
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0405] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.