Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13584 membres inscrits

Montréal: 30 sept 23:23:31
Paris: 1er oct 05:23:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes d'opinion :: Vers un idéal Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
663 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 20 déc 2016 à 05:03
Modifié:  20 déc 2016 à 10:44 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Vers un idéal
C’est bizarre, mais je ressens le besoin d’avoir quelque chose d’exaltant et d’exigeant qui me poussera vers un idéal. Rien à voir avec l’adoration d’un saint en marbre, ni être à l’écoute d’un gourou.
Le sacré fait partie de l’Humain, même des sociétés qui se disent athées pratiquent une forme de sacralisation. La dictature des thèses laïques actuelles ressemble fort à l’intolérance inquisitoire d’une certaine époque. Surtout ne pas exprimer une opinion contraire de peur d’être lynché médiatiquement. Pour ma part, je rêve d’une Ecole de pensée qui accepte le débat, qui prône le questionnement, qui respecte la vie et -si possible- la nature, qui proclame l’art et l’humour comme valeur suprême. Je voue un culte à la littérature, car c’est elle qui m’a sauvé. Je fais du sport pour garder un ventre plat. Comme élixir, je bois des infusions au fenouil. Il n’y a pas que des saints en marbre, ni en silicone. Tous les jours, nous croisons dans l’indifférence des personnes dévouées qui se fichent de la gloire et du profit.
La société de consommation a tout profané sur son passage. Des gens tristes et sans avantages font l’éloge du blasphème. La nature est souillée par des industriels sans scrupules. Les sols sont contaminés pour des siècles. Les vaches deviennent folles. Les cours d’eau, jadis vénérés, sont transformés en égouts. A Bruxelles, la Senne traverse la ville sous le métro, tandis que le canal de Willebroek exhale ses effluves nauséabonds. Faut-il un Dieu pour nous sauver ?
Je ressens ce besoin du sacré depuis que je suis de nouveau amoureux. Le jour de ma rencontre avec elle était un jour béni. Sur les branches, des oiseaux chantaient. Le soleil était radieux. J’avais comme un goût de miel dans la bouche. J’ai évidemment sanctuarisé ma voiture depuis qu’elle monte à l’intérieur, plus aucune autre femme n’y entre. Son rouge-à-lèvre oublié dans la boîte à gants trône sur mon bureau comme un fétiche.
Elle voudrait que je l’emmène naviguer sur les eaux sacrées du Gange, ensuite faire une croisière sur le Nil sous le regard bienveillant d’Isis et d’Osiris. Cela tombe bien car, moi aussi, je veux m’éloigner de l’air vicié et du bruit des voitures, des programmes de télé débiles, du matraquage de Coca-Cola, de l’arrogance des financiers, de la niaiserie des footballeurs surpayés, des mannequins anorexiques, de ces icônes des temps modernes.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
663 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 21 déc 2016 à 10:35 Citer     Aller en bas de page

Merci Drôle d'Oiseau pour ton commentaire. C'est article d'opinion avec une part de fiction et d'exagération. Tu l'as sûrement remarqué. Ma voiture n'est pas un sanctuaire loin s'en faut.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
alinus babiscus


Les être-anges poètes dévorent nos démons
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
61 poèmes Liste
311 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2012
Dernière connexion
25 janvier
  Publié: 8 jan 2017 à 19:47
Modifié:  8 jan 2017 à 19:49 par alinus babiscus
Citer     Aller en bas de page

Eh oui, rien ne pourra surpasser ce que nous offre la nature : paysages, amant... Aucun objet ne pourra jamais nous donner cette émotion si simple et si forte que peut nous procurer la rencontre physique avec l'autre. Cette communion des corps, cette rencontre avec celui ou celle qu'on considère désormais comme une partie entière de nous

Ceci dit pour être cohérent, il faudra que tu fasses ta croisière sur le nil avec un voilier, et non pas un bateau à moteur, sous peine de rentrer dans le jeu de la consommation et de la pollution. Pareil pour le rouge à lèvres, qui est l'archétype de la société de consommation et de l'apparat. Rien ne vaut le naturel.

Je te chambre

Très beau texte en tout cas, sur la simplicité et l'intensité d'une relation humaine en comparaison avec la complexité et la superficialité d'une relation matérielle. Merci.

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
663 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 13 jan 2017 à 20:59 Citer     Aller en bas de page

Merci Alinus pour ton commentaire. Tu as raison il faut bannir le rouge a lèvres.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 802
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0224] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.