Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 9
Invisible : 0
Total : 11
· froggy33 · Tychilios
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 20:46:53
Paris: 16 sept 02:46:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Derniers instants... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1015 poèmes Liste
16386 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
21 août
  Publié: 23 mai 2008 à 04:05 Citer     Aller en bas de page

Derniers instants...


Il est si jeune, il ne voit que la lumière du jour
A travers une fenêtre...D’une fille, il n’a connu l’amour,
Et son cœur, son petit cœur se sent si lourd.

Il observe les blanches étoiles tous les soirs.
Dans ses rêves,elles dessinent un espoir,
Celui d'une demoiselle aimante...songe illusoire.

Il est allongé dans un lit et regarde les murs dénudés.
Toutes les heures: "comment vas-tu ?" et lui éveillé
Pleure sous ses draps...Il se sait condamné.

Je ne saurais vous dire son âge,
Alors que la douleur déforme son visage.
Ses maux le foudroient, comme l’orage.

Quel est l'ange gardien qui l'a laissé souffrir ?
Et lui, il ne croyait plus en rien, sinon au pire.
Il avait oublié ce que voulait dire "rire".

Et ce matin,j'ai vu un enfant sous un drap,
Qui ne bougeait plus...Sa maman, son papa,
Se tenaient la main, avaient perdu la foi.

Ils ont suivi la civière, les jambes pantelantes.
Ils se disaient : "qu'il se réveille, qu'il chante !",
Mais l'infirmière emmenait leur fils au loin...épouvante !

Et moi, je ne vous dirais pas qu'il est mort aujourd'hui !
Et moi,je ne vous dirais pas qu'un autre était déjà dans son lit !
C'est comme un cercle vicieux : celui de la non-vie !

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23520 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 23 mai 2008 à 06:54 Citer     Aller en bas de page

je suis bien attristé de lire ces vers qui me touchent
beaucoup.......

j'espère que ton coeur respire !

ton ami james

  Membre de la Société des poètes Français.
tristana

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
21 mai 2008
Dernière connexion
11 octobre 2012
  Publié: 23 mai 2008 à 07:33 Citer     Aller en bas de page

Là je suis touchée en plein coeur...

Quelle souffrance, quel désespoir que cette non-vie, ce refus de la vie insensé si petit, insurmontable pour les parents...

Comme je comprends...

J'admire la façon dont tu as tourné ce poème, mille bravo !

Au plaisir de te lire

Tristana

  Les mots qui pleurent, les larmes qui parlent...
Hassan
Impossible d'afficher l'image
La mort se borne à Golgotha.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
517 poèmes Liste
5407 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2006
Dernière connexion
22 octobre 2018
  Publié: 23 mai 2008 à 08:08
Modifié:  23 mai 2008 à 08:09 par Hassan
Citer     Aller en bas de page

Je suis très touché par tes derniers textes mon beau poète ... et Ça me fait penser à cet autre poète haïtien du nom de Coriolan Ardouin qui disait quelque part " Pour qui c'est le poète la joie est un défi ou un état transitoire". Reprends-toi mon dieu car, les oiseaux ont grand besoin du souffle de tes vers pour accompagner les nuages dans leur concert avec le ciel.

Je te salue

Poétiquement, ton lecteur

 
Fleur Du Vent

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
2630 commentaires
Membre depuis
2 février 2006
Dernière connexion
17 juin 2018
  Publié: 25 mai 2008 à 11:14 Citer     Aller en bas de page

Assister à la perte d'un enfant est la pire des choses... Courage même si ce n'est pas le tien c'est tout comme.
Amicalement,
katia

 
luna78


chi non ama non sarà amato mai
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
878 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
18 novembre 2015
  Publié: 25 mai 2008 à 14:12 Citer     Aller en bas de page

1er texte que je lis de toi ,tant de peine ,de souffrance ,étaler chagrin tristesse sur du "papier" me soulage ,me libère ,je te souhaite de même .
amicalement

 
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 6 sept 2009 à 07:20 Citer     Aller en bas de page

"Et moi, je ne vous dirais pas qu'il est mort aujourd'hui !
Et moi,je ne vous dirais pas qu'un autre était déjà dans son lit !
C'est comme un cercle vicieux : celui de la non-vie !"

c'est la dur loi de ces murs dénudé, de ces lits froids, de ceux qui ne font que passer en survit, quelque part entre la vie et la mort..
Ton poème m'a vraiment beaucoup émus.. Il me parle.. Il était une petite fille dans un de ces lits.. elle est partis, c'était mon amie. Seul dans ces lits on rêve d'amour de soleil.. mais il n'y en a pas..
Merci pour ces vers

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 5945
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0346] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.