Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 26
13012 membres inscrits

Montréal: 17 oct 03:55:05
Paris: 17 oct 09:55:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes d'opinion :: Fable Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
forthewhite

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
66 commentaires
Membre depuis
17 avril 2014
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 24 juil 2017 à 12:29
Modifié:  28 juil 2017 à 08:03 par Emme
Citer     Aller en bas de page

FABLE


Il était une fois une fière tribu
Brillante et renommée, puissante et reconnue
Lignée que les hordes voisines respectaient
Et qu’une fratrie dirigiste administrait

Elle avait su s’allier de savants renommés
Glorieux étaient ses travaux, féconds ses projets
Et usait de raison pour chaque décision
Reconnue et enviée était son expansion.

Son dieu irradiait à l’égal de son prestige
Cette forte déité, une trinité
Régnait sur les âmes d’une poigne assurée
Organisant l’éviction du moindre litige

L’immortelle première incarnée dans l’airain
Une muse accroupie un outil à la main
Son bras droit relevé s’apprêtant à frapper
Elle figurait du travail la fécondité.

Tous les fidèles aimaient à modeler le monde
Ils honoraient chaque corvée chaque seconde
Et croyaient à l’efficacité de l’action.
Ils tenaient cette vertu en adoration

L’hypostase seconde en médaillon de cuir
Louait la moisson, la somme d’engrangement
La prude conversion destinée à construire
Etait figurée par les chiffres d’un quotient.

Les régisseurs étaient respectés, vénérés
Ces valeureux gardiens de l’avoir, du trésor
Ces primordiaux garants du pouvoir, des projets
Formalisaient de la tribu le fier essor

L’être suprême trônait en haut d’un temple
Soleil cerné d’un triangle percé de rais
Il dominait la contrée servant l’exemple
D’une gloire contrôlée, d’un règne parfait

Il figurait l’émancipation par l’action,
Ses précieuses perspectives de créations,
L’accroissement des libertés individuelles,
Et le vœu d’une souveraineté factuelle.

De nombreux succès fixèrent la dynastie
La gestion, les inventions et les constructions
Exposaient alentour appétence et envie
Son aura politique incitait à l’union.

Dans une tribu voisine un fier forgeron
Brillait par ses travaux et son humilité
Doux de tempérament, fort de constitution
Il fût tôt convoité par la fière lignée.

Aux messagers il opposa dénégation
Ne pouvant délaisser son frère handicapé
Le serment aux parents et aux générations
De douce piété il devait l’envelopper

La fratrie protesta, elle avait tant besoin
De la valeur et du tranchant de ses armes
De sa renommée et du lustre de ses soins
D’apporter à sa lignée, un nouveau charme

Le forgeron ne pouvait rompre sa promesse
Il avait toujours aimé asservir l’acier
Il eût été heureux d’exposer ses prouesses
Mais que vaut la gloire si le don est renié ?

Son frère était infirme et lui un surdoué
Ses prédispositions servaient de contrepoids
L’irascible chétif devait s’amadouer
La concorde sollicitait le même toit.

On lui proposait la gloire ? Il la refusa !
On lui suggérait de l’aide ? Il s’en détourna !
Loyal, il s’en tint à son serment fraternel
Il dut régenter souvent ce choix solennel

Longtemps son travail illumina la région
Avant que le sort ne lui retire son poids
Un acte naturel, cruel de dissensions
Tout comme leurs modestes vies, son juste choix

La glorieuse tribu ne souhaita profiter
Du hasard, oubliant ses requêtes passées.
À la majesté, son prestige et son aura
On n’associe pas le traître, le renégat

Puis, promptement, le temps utilisa son bât
Sa vigueur s’amoindrit reléguant ce forçat
Exténué, il railla la grande mutation
Longtemps sa modestie a précédé son nom.

Fort, il avait voulu honorer son serment
L’aliénation choisie, et l’abandon conscient
La sainte Exaltation, fille de liberté
Uniquement soumise à l’autre déité.

Le 15/02/2017.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
6923 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 25 juil 2017 à 03:49 Citer     Aller en bas de page

ton texte est très interessant.
pourquoi le prétendre en être une fable ?
il rappelle de nombreuses formes de soumissions de pouvoir.

qu’une fratrie dirigiste administrait
Elle avait su s’allier de savants renommés
Glorieux étaient ses travaux, féconds ses projets
Et usait de raison pour chaque décision
Reconnue et enviée était son expansion.
Cette forte déité, une trinité
Régnait sur les âmes d’une poigne assurée


Dans une tribu voisine un fier forgeron
Brillait par ses travaux et son humilité
Doux de tempérament, fort de constitution

la morale est bizarre...
Fort, il avait voulu honorer son serment
L’aliénation choisie, et l’abandon conscient
La sainte Exaltation, fille de liberté
Uniquement soumise à l’autre déité.

je ne l'ai pas comprise.
A+ de SAM

 
forthewhite

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
66 commentaires
Membre depuis
17 avril 2014
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 28 juil 2017 à 14:42 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Samamuse,
Pour les deux dernières lignes, j’ai choisi d’élever au rang de divinité l’Exaltation (voyez la majuscule) ou si vous préférez le désir ou bien encore l’envie, la motivation, Eros (en opposition à Thanatos) mais aussi l’amour (« l’autre déité ») fraternel (en l’occurrence dans le texte) que l’on peut élargir à l’amour pour l’autre, pour son prochain.
D’ailleurs, je l’évoque aussi plus haut dans le texte :
« Mais que vaut la gloire si le don est renié? »
(Le don est un acte d’amour…)
La morale pourrait être la réponse à cette question :
Peut-on jouir pleinement de la liberté sans amour ?
J’ai choisi d’élever ces deux sentiments au rang de divinité car ils sont essentiels à nos vies et l’exaltation n’a, à mon sens pas la place qu’elle mérite dans nos vies ou plutôt dans nos représentations.
La religion de la glorieuse tribu n’est là qu’en opposition au caractère profane de l’exaltation. La réussite de cette tribu (que l’on peut évidemment moderniser et comparer aux injonctions sociétales et aux pressions sociales contemporaines) s’oppose à la promesse tenue, à l’amour (fraternel) et aux choix symboliques mais néanmoins essentiels que parfois il impose.
La fin n’est peut être pas très explicite, mais j’avoue qu’une exposition trop directe ne m’agrée pas toujours. Désolé…
Pour finir ma « clarification », je citerai ces quelques lignes que les canadiens connaissent bien, tirées d’une chanson de Beau Dommage :
« Ca ne vaut pas la peine
De laisser ceux qu’on aime
Pour aller faire tourner
Des ballons sur son nez.
Ca fait rire les enfants
Ca dure jamais longtemps
Ca fait plus rire personne
Quand les enfants sont grands. »
Voilà j’espère avoir répondu à vos interrogations.
Merci à vous et bonne journée.
Fred.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
6923 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 6 août 2017 à 12:58 Citer     Aller en bas de page

merci FRED.
j'ai apprécié ton developpement.
ose me tutoyer si tes mots deviennent des commentaires.
es-tu allé visiter mes textes animaliers ?
ces formulations n'interessent plus les regards du site.
A+ de SAM

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 420
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0387] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.