Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 365
Invisible : 0
Total : 369
· Magnolia Forever · Ossette · Rosanna
Équipe de gestion
· Maschoune
12979 membres inscrits

Montréal: 19 févr 13:01:54
Paris: 19 févr 19:01:54
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: L'alibi de Sally Beee ne tient pas la route, elle non plus.. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
876 poèmes Liste
5404 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
18 février
  Publié: 9 déc 2017 à 13:18 Citer     Aller en bas de page

Maintenant que ceci est fait, il est grand temps de passer à autre chose - d'ailleurs, pour peu que l'une de mes anciennes vies décide de me dicter la conduite à prendre pour éviter que ma mémoire ne transforme l'ensemble de mes souvenirs en un imbroglio d'aventures anecdotiques et plus fades qu'un sourire de hyène, je tiens, dès lors, à noter un maximum de détails, me permettant d'obtenir une logistique narrative exempte de tout reproche...

Sur ce dernier sursaut "égologique", me liant à quelques maîtres de la narration, je dois dire que ce qui suit vante une certaine précision dans les détails mémoriels...

Pendant que mon chat faisait du kite-surf, avec un ptérodactyle, mon cerveau brumassant se mettait en transe "métemppsycotique".
Accessoirement, j'avais une belle paire en mains, l'atmosphère était moite et Chandon cuvait dans les bas-fonds de DostoÏevski.
J'avais identifié un bonze, ami, parmi les photos qui ornaient les affiches qui décoraient la devanture de la nouvelle salle de concerts.
Il s'était reconvertit en rockstar et perlait du front sur la scène en peau d'échalote cordée - les femmes, fans, en délire, crachaient des bigorneaux et le record homologué fut de 13 mètres 53.
Mais un huissier suisse fit face à la caméra de Flance Dreux et laissa entendre que, dans son pays, dans les alpages, le fromage était goûteux et les couteaux coûteux...

Lorsque Sally Beee s'évanouit, l'arrière-cour de son regard se mit à baver des mots d'Ur.
Elle lançait des jets clairs de syllabiques détails sur l'origine des Rica Lewis.
Mais, avant cela, elle avait trébuché sur le chat qui s'était endormi comme un cintre, pendu à un phylactère de "Maus", dans sa version originale.
Son visage rosissant, se chargeait d'un troublant charme, relatif et discret, d'où semblait émaner la manifestation flagrante d'une injustice lucide.
Mais, auparavant, derrière le paravent jaune poire, elle avait effeuillé de l'annulaire droit, un annuaire bulgare devant Sophia, une de ses filandreuses cousines, femme capitale, à l'accent québécois "un pose un".

Et, dans un imprévisible élan, pas très orig(i)nal, elle avait, en se levant subrepticement, glissé sur un pied de biche, près d'un foret vierge, qui sursauta avec ressort, en un triple salto arrière vrillé, qui percuta la nuque nue et lisse de Sophia, femme capiteuse, capitaine de l'équipe de volley de Tourneur-sur-Bois, qui fut décapitée et qui laissa quelques traces sanguinolentes sur la moquette purpurine.

C'est alors que ma réaction fut double.
Je pris, tout d'abord, la tangente de l'angle de la caméra qui zoomait sur le faciès inquiet d'un teckel qui venait de dégringolé du 40ème étage de la Tour Infernale, en 1974, avant de s'éclater dans un night-club du 13ème décan, le soir même, sans queue ni tête, tel un bouda blanc, tout cela avec précaution.

Puis, décontenancé par l'émoi qui me tenaillait, comme une multiprise de judoka, raté, je jetais un œil, au hasard, aux alentours qui n'étaient visibles que par chance et, distinguais un homme qui n'était pas assis parce qu'il était ascète, devant la cadavre de cinq doigts qui s'étaient unis dans la mort... Au comble de la solidarité, ils s'étaient croisés.

Mais, l'instant précédent, Sally Beee, grignotant un Messerschmitt 640AZ au chocolat vert, mesurait l'écart entre ses deux incisives aux couleurs indéterminées, lorsque le funeste Louis II, qui venait de percuter un lot de cutters, se mit à balbutier qu'un butor le poursuivait depuis la baie des anges, mais personne ne le cru si formel...

Bon, Sally Beee me dit que tout ceci est totalement absurde, que cette histoire aurait bien pu ne jamais arriver, que le cas échéant, elle serait plus logique si, elle suivait un espace-temps prorogatif sur le sens premier de l'ensemble de ce qu'elle cite comme réel, voire impossible à déterminer selon le témoignage des instances formelles...

Personnellement, je ne saisi que de peu, son insatisfaction et vous prie de l'en excuser, ayant pris la mesure du fonctionnement de son cerveau de mouche, c'est-à-dire qui buzzzzzze souvent et cela me permet en toute quiétude d'annoncer que ce journal n'a pas dit son dernier mot...

Hubix.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
5320 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 février
  Publié: 10 déc 2017 à 03:01 Citer     Aller en bas de page

bon dimanche HUBIX
as-tu réussi à avoir des perceptions de tes anciennes formes de vies ?
cela m'arrive de temps en temps, sans pouvoir les retenir suffisament longtemps pour les sauvegarder en écris.
ce ne sont pas toujours des sauvegardes humanisées.
je sais avoir accès à ma bibliothèque de sauvegardes de certains de mes vécus d'apprentissages menés à leurs termes de fonds compris, ainsi que des valeurs énergétiques, des titillements de ressemblances viennent me visiter dans mes partages de vivres ensembles ou de lieu qui semblent me rappeler certaines choses.
oui ? n'importe quoi ? un texte non vécu au paravant ne peut pas faire d'ingérence dans les pensées qui ne font pas l'effort de s'y attarder.
que de richesses semblent être accessibles sur LPDP. ce sont les continuités qui font défauts.
à + de SAM

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
876 poèmes Liste
5404 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
18 février
  Publié: 10 déc 2017 à 05:18 Citer     Aller en bas de page

Hello Sam!

Parfois, par instant, il me semble me souvenir de lieux, d'instants, qui ne font pas partie de ma vie actuelle et cela m'interroge, c'est toujours étrange, comme sensation...

Comme celle d'avoir l'impression de sortir de soi-même, en particulier lorsque le corps est fatigué et que l'esprit semble vouloir s'en échapper...

Cela dit, en dehors de ces impressions, tout ce qui est dans ce "journal" n'est que pure fantaisie et n'engage que mon imagination, me permettant d'évacuer le trop plein d'idées qui m'encombrent, parfois et gênent la concentration...

Merci d'avoir pris le temps de ce commentaire...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 112
Réponses: 2

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 929/12963

8.5%
 
 79 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 72 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5.1%
 
 47 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.6%
 
 145 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

11.1%
 
 103 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.6%
 
 182 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.6%
 
 284 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.