Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 318
Invisible : 1
Total : 320
Équipe de gestion
· Maschoune
13051 membres inscrits

Montréal: 26 avr 01:44:45
Paris: 26 avr 07:44:45
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes d'opinion :: L’«in» humain Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Greg Horie


Comment rater dans cette vie où il est toujours maintenant
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
296 commentaires
Membre depuis
2 janvier 2017
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 21 oct 2017 à 05:59
Modifié:  21 oct 2017 à 06:29 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

J’ai croisé des dizaines de visages aujourd’hui
Plus largement quelques centaines, et j’en oublie
Dans le bus, le métro, le train et autre tramway
Crachant leurs hordes d’ouvrières sur les quais

Par vagues, par saccades et à un rythme effréné
Ils se ruent à l’assaut de leurs taches familières
Ce désordre apparent est un balai bien huilé
Codifié, organisé telle une fourmilière

Coincé dans ces voitures à un souffle de certains
Si serrés que parfois s’agripper ne sert à rien
On se frôle, se bouscule en s’ignorant sciemment
À croire que tout pardon serait ici payant

Dans l’essaim le sourire est en voie d’extinction
La planète se réchauffe en asséchant ces cœurs
Dans lesquels règne un froid d’une implacable rigueur
Gelant le spontané et la moindre émotion

Exit les jours de grève où tout est plus confus
Dans la cohue combien de ces gens m’auront vu ?
Oh mes chers citadins comme c’est malheureux
De dispenser sa chaleur que dans son seul milieu

Même des réguliers croisés tous les matins
Pas un mot, un regard, un salut frileux, rien !
C’est le lieu que choisit l’accidenté de la vie
Pour imposer la vue d’un humain moins bien loti

Très peu lui témoigneront un geste qui rassure
Les autres cherchant en vain leur reflet sur leurs chaussures
Il se contenterait d’un « tiens bon » dans nos yeux, hélas !
Ici l’empathie est plus que jamais en disgrâce

Nous avons notre part, car nous sommes tous comptables
De la bonne harmonie avec tous nos semblables
Nous nous devons assistance en cas d’urgence extrême
Mais, n’agissons-nous pas avant avec ceux qu’on aime ?

Nous qui n’avons jamais autant communiqué
Adhérons à des clubs payants pour nous côtoyer
Depuis, la rencontre ne se vit plus dans la rue
Sur les trottoirs sévit la peur de l’inconnu

Ça se jauge, se renifle entre chats et chiens
Mais nous, indifférents, fermés tels des automates
Érigeons des remparts autour de nos stigmates
Qu’est-il arrivé au si précieux genre humain ?

Après une victoire au JO de l’égoïsme
Qui irait fièrement réclamer sa médaille ?
Bravant l’éthique, piétinant le symbolisme
Le pisse-vinaigre, le fesse-mathieu seraient de taille


Greg Horie

  GH
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
396 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 22 oct 2017 à 07:54 Citer     Aller en bas de page

Un tableau sans concession de cette fourmilière bruyante et atomisée que sont devenus les collectivités humaines!

 
Greg Horie


Comment rater dans cette vie où il est toujours maintenant
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
296 commentaires
Membre depuis
2 janvier 2017
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 23 oct 2017 à 06:26 Citer     Aller en bas de page

Un instant de recul,

merci pour ton retour.

  GH
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 288
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.