Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 314
Invisible : 0
Total : 317
· ode3117 · samamuse · DeviousF
12989 membres inscrits

Montréal: 17 juil 02:11:19
Paris: 17 juil 08:11:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Helas ! C’est Vrai Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6466 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 10 déc 2017 à 12:39
Modifié:  12 déc 2017 à 01:55 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

En tant que nègre* d’un robinet
Qui subit l’inconfort* d’un goutte à goutte
Les usagers* de ce robinet
L’ont* privé de ces savoirs qui leur coûtent* cher.

L’élite* préférait perdre des ressources,
Ne voulant pas s’abaisser à ça*
Faire l’effort de mettre fin* à cette source*
Ils* donnent des ordres à ceux d’en bas*.

À un moins que rien*, sans leurs diplômes*
Mains chargées de constater
Que c’est l’étoupe* qui n’assure plus son « home »*

Un tel spécialiste * est trop onéreux.
Le robinet sera donc changé.
Par des frais d’impôts pour des pouilleux*

Ces conseillers d’état* pensent pour nous.
« Nous » leurs esclaves, au garde-à-vous.
.............................

En tant que nègre* employé porteur des écritures des privilégiés qui ont les moyens de s’offrir ces services de prête-noms. Ou comme les commis d’office chez les avocats en justice qui écrivent pour des robinets qui ne savent pas écrire pour être édités.
Qui subit l’inconfort* malgré les présences qui ont connaissance de ces difficultés à vivre, et qui ne proposent rien.
Les usagers* qui se plaignent, accusant le robinet de ne pas remédier à leurs inconforts.
L’ont* privé de ces savoirs, le pouvoir étant l’art de gérer les ignorances, qui pourraient contester.
« Savoirs » qui leurs coûtent* cher. Craintes dans leurs univers inhumains, qui ne pensent qu’aux coûts plutôt qu’aux retours sur investissements. S’ils savaient, les soumis pourraient contester leurs dominations.
L’élite* préférait sans avoir à supporter des conseils de vivres ensembles qui ne soient pas les leurs.
S’abaisser à ça*, oui, ces « ça » qui consistent à participer aux obligations imposées aux dominés.
L’effort de mettre fin* tant que des non révoltés, ne deviennent pas des sources d’inconforts aux équilibres instaurés.
À cette source* les gaspillages (à prendre en compte) concernent les dominés et non les usages des décideurs.
Ils* donnent (façon de présenter les circonstances) aux frais des dominés.
Ceux d’en bas*. Les dominés, les sans dents, aux dires d’un président.
Un moins que rien*, comme les esclaves, les artisans, les créateurs de richesses qui font les puissances des dominants, dans les démocraties qui servent de modèles aux nôtres
Sans leurs diplômes* preuves de leurs savoirs mémorisés qui ne prouvent pas qu’ils (les élites) sachent les maîtriser.
C’est l’étoupe*
Son « home »* lieu où se trouvent les utilités.
Un tel spécialiste * ces présences que les dominants doivent correctement rétribuer, à causes de leurs savoirs, qu’ils (les dominants) ne maîtrisent pas encore.
Pour des pouilleux* ceux d’en bas, qui survivent pour assurer les nécessités des élites.
Ces conseillers d’état* conseillers d’administrations, sélectionnés par les dominants, en valorisant les conditionnements inhumains de certaines grandes écoles sources des difficultés des vivres ensembles des moins que rien.

 
goliath
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
358 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2011
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 17 déc 2017 à 02:32 Citer     Aller en bas de page

Toujours aussi impliqué et fort dans ton écriture

 
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6466 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 17 déc 2017 à 06:40 Citer     Aller en bas de page

c'est de part le côté du designer et des groupes de philosophie que je manifeste ce genre de ras le bol. la france perdrait près de 7 milliards d'euros par ans à cause de ces professionnels qui s'octroient de penser à notre place, dans les non reconnaissances de nos diversités et dans nos besoins de moins de directives administratives issues des cultures de l'école nationale d'administration française qui n'ont pas à faire leurs preuves d'éfficacités avant d'avoir leurs postes de conseillers, ces privilègiés non choisis par les citoyennetés, comme les élus, qui ne changent pas de presences comme les gouvernements, avec des rétributions exorbitantes couvertes par des formes d'impôts non justifiées.
oui ? c'est n'importe quoi ? je n'ai pas le droit de partager mes sources.

 
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
20569 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 19 déc 2017 à 02:37 Citer     Aller en bas de page

Quel savoir et merci SAM, de nous communiquer tant de choses et ton analyse fort intéressante.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6466 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 20 déc 2017 à 02:19 Citer     Aller en bas de page

mer'ci ODE

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 21 déc 2017 à 09:28 Citer     Aller en bas de page

La capture de la pensée nous mène droit au gouffre. Sous couvert de démocratie... on nous prend pour des ânes, incapables de penser.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6466 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 22 déc 2017 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

les décideurs ou surtout les conseillés d'état, sont des produits formatés (généralement à l'ENA) dans le numérique et non dans l'humanisme.
les reconnaissances de libertés, d'égalités, de fraternités dans des esprits de laicités, ne sont pas chiffrables. alors des textes (établis par eux ces conseillers) veulent faire de ces quatre utopies (pour eux en domaines où ces conseillers ne sont pas concernés) des notions marchandables, avec des codes à barres.
nos élus que nous mandatons, ont des dates de péremptions. ces inconnus, ont des CDI, et sont les mains invisibles, intouchables, et n'ayant aucun compte à rendre.
pseudo veux-tu en connaître les raisons ?
leurs rémunérations ayant augmentés plus vite que le cout de la vie, il est donc normal, pour trouver les financements, que nous ayons des privations.
vous en voulez la liste ?

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 392
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0382] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.