Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 20
· Yvan Bert · Dame Po'M
12999 membres inscrits

Montréal: 19 août 11:24:29
Paris: 19 août 17:24:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Approcher la mort Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ossette


Blob Blob
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
1273 commentaires
Membre depuis
24 juin 2008
Dernière connexion
3 août
  Publié: 20 févr à 12:33
Modifié:  20 févr à 14:15 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

"J'ai peur d'arriver un jour dans le studio de ... et de la trouver morte".

La mort. Cette présence omniprésente que pourtant peu de gens savent aborder. Parce que cela fait peur, cela nous ramène à nos fragilités, à ce que nous laissons, ce que nous ignorons, ce que finalement, nous traverserons tous.

On dit souvent que si on parle de malheur, celui-ci arrive au sein de la maison. Et pourtant, dans ma branche, la mort et ce qui va avec n'est pas dissociable du quotidien. Oui, un jour ... va mourir, sûrement avant toi et moi, et il est très possible que cela arrive au sein de l'appartement. Pour autant, cela ne doit pas nous empêcher, ni l’empêcher elle, de prendre du plaisir à être ensemble.

Ce sera dur, difficile à comprendre, à réaliser, à appréhender, et pourtant, cela arrivera. Si ce n'est pas pendant ton temps au sein de l'appartement, cela arrivera néanmoins de manière aussi sûre que deux et deux font quatre. Ici, nous avons vocation de vivre avec des personnes qui sont fragiles, susceptibles de s'effondrer de manière soudaine pour certains, prévue plus ou moins pour d'autres, mais notre effondrement est une valeur sûre.

Parler librement de cette dimension de mort omniprésente, de deuil, n'est pas quelque chose de facile. Cela demande d'être suffisamment à l'aise avec soi-même pour pouvoir se regarder en face et savoir que ce que nous vivons, ce que nous ressentons à cet instant précis ne sera plus demain matin. Tous les soirs, quand on s'endort, nous subissons ce qu'on pourrait appeler une petite mort. Ce que nous avons vécu, ce que nous avons aimé, ressenti, apprécié ne se reproduira plus, ou en tout cas pas de la même manière.

La mort n'est pas une fin en soi, et pour ma part, croyant ou non, la question reste la même et la réponse ne varie pas. Nous avons tous vécu des deuils, plus ou moins lourds mais pas de moindre importance. Nous ne pouvons nous permettre de juger ce que chacun ressent en ce basant seulement sur notre propre appréciation de ce qui est lourd ou non. Untel perd son chat, et son monde s'écroule avec, un autre va perdre la vue, elle encore ce sera sa mère... chacun de nous a une sensibilité proche et devrait être autorisé à ne pas culpabiliser pour la puissance de ses émotions.

Oui, pour moi, la mort est une compagne. Que ce soit au sein de mon travail, de ma vie personnelle, de mes lectures, de mes écrits... Elle est quelque chose que je n'identifie pas mais que je ne renie pas. Elle me fait peur, elle m'angoisse et pour autant, la nier serait quelque chose de bien plus malsain que de lui reconnaitre son appartenance.

Vivre des petites morts ne sert pas forcément à tous. Certains trouveront sûrement cette approche idiote, d'autre se noieront dedans, d'autres encore seront indifférents. Pour autant, elle est là, elle est cette présence et quand je m'endors le soir, je sais que je vis ce que moi j'identifie à une petite mort.
C'est ce qui m'aide tous les jours à me dire qu'il y a du beau, du sens, de la joie, de l'amour dans tout ce que je vis.
C'est ce qui me donne cette liberté, cette force je pourrais même dire à ne pas voir tout en noir ou blanc. Ce qui me pousse à voir plus loin que mes propres valeurs et convictions. Oui, c'est omniprésent, c'est lourd, c'est pesant et c'est dur.
Mais en faire un tabou ne va aider personne, et encore moins ceux que j'accompagne, avec qui je vis, je partage de vrais moments.

Alors oui, je perds des gens, des repères, des amis de vie... Des êtres lumineux et précieux que toutes les pensées du monde ne pourront remplacer. Cela nous arrive à tous et cela m'arrivera encore. Mais si je ne peux pas les faire revenir, je peux au moins me dire que la mort vient pour tous, et que nous ne sommes vraiment morts que lorsque plus personne ne sait entendre notre rire. Et ça, pour moi, c'est là qu'est l'essentiel, Je vous entends, c'est tout ce qui compte.

  ZZ
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
2378 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
6 août
  Publié: 20 févr à 12:47 Citer     Aller en bas de page

Merci Zoé. Ce texte me touche vraiment à l'heure où mon père s'apprête à mourir.

Mourir, ce mot qui fait choisir tant de périphrases : il a passé, elle nous a quittés, s'en est allée sous d'autres cieux, etc. longue liste de mots d'évitement, de ce qui ne peut être éviter... la mort.

Le mort pendant de la vie. Enfant elle m'effrayait quand, lors d'une sépulture, je vis un squelette en terre. Aujourd'hui cette peur est morte. Oh je ne voudrais pas souffrir, mais mourir est une chose intégrée depuis que j'ai failli y rester il y a 12 ans, suite à une erreur de diagnostic. Depuis, ma vie c'est du rab !

Et ma signature (ci-dessous) s'est imposée à mon esprit : La vie commence à chaque instant.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
6668 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 août
  Publié: 22 févr à 04:54 Citer     Aller en bas de page

oh les morts (ou plutôt les fins de ce qui existe avant les re départs que nous ne connaissons pas)
ma femme est en train de devenir Alzheimer, j'ai la chance de pouvoir l'accompagner vers sa situation de bien heureuse, tant que j'assumerai cet état énergétique de ma présence. après 47 ans de vies communes, elle m'appellera "monsieur". je fais du rab de présence dans cette enveloppe que j'ai très mal entretenu, depuis 6 ans, et pour encore 4 ans, vu mes morts et renaissances (des perceptions énergétiques qui me surprennent, se réalisent comme des éclaires d'orages, perceptions dont j'ai pris conscience dans ces 6 ans), les religions disent que c'est un don, comme fin des apprentissages, même si celle-ci est brutale, provoquée sans avertissements, alors sachez accepter, sachez aussi rendre grâce aux moments heureux, à recevoir ou à donner aux autres,
et votre état de chenille, supportera le cocon, en ne sachant pas expliquer cet état de papillon, pour redonner naissance à de nouvelles chenilles.
je vous aime, merci à cette famille de LPDP.

 
Ossette


Blob Blob
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
1273 commentaires
Membre depuis
24 juin 2008
Dernière connexion
3 août
  Publié: 5 mars à 08:04 Citer     Aller en bas de page

samamuse,

Un nouveau départ, un re départ, un commencement, une fin... Tellement de mots pour quelque chose de si humain au final...
Merci à toi de ton passage ici, tu parles avec une simplicité que j'envie des épreuves que toi et ta femme vivaient. C'est beau et courageux car ce n'est pas facile à vivre, ni à accompagner.

Amitiés,
Ossette.

JB,

En premier, je tiens à t'apporter mon soutien, si lointain soit-il dans ton épreuve.
Je te rejoins dans ta vision de la vie, et ta signature, car je l'a trouve très belle... Et véridique. C'est une vision que je rejoins car je la vois vivre chaque instant, de manière très banal et en même temps incroyable.
Moi, la mort m'effraie toujours, car je ne sais pas contrôler à ce point mes peurs et faiblesses, mais je vis avec comme d'autres le fond avec le beau temps...

Courage,
Zoé

  ZZ
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
18 août
  Publié: 20 mars à 16:38 Citer     Aller en bas de page

Jai lu votre texte avec beaucoup d'intérêt et j'y ai découvert un désir de réduire le tabou de la mort...
Votre tentative de dédiabolisation du partir est un plaisir évoquant la liberté et la sérennité..
Merci pour ces excellents mots.
Connaissez vous la chanson de Ferré "Ne chantez pas la mort", c'est une très belle poésie qui s'accorde parfaitement à votre billet.
Jiçé

 
Ossette


Blob Blob
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
1273 commentaires
Membre depuis
24 juin 2008
Dernière connexion
3 août
  Publié: 21 mars à 16:57 Citer     Aller en bas de page

Ratatam,

Merci de ton passage ici.
Je suis ravie que ce texte vous parle, il m'est assez important, car il exprime beaucoup de ce que je voudrais réussir à faire passer comme message au sein de mon entourage et des gens qui partagent ma vie.

Yoko Tsuno est mon héroïne préférée !!! Et en homme vient Thorgal, car il est tout de même irremplaçable !

Amitiés,
Zoé

Drôle d'oiseau,
Heureuse de voir que ce texte vous as plus. J'ai longtemps hésité à poster mes écrits ici comme je ne faisais que de la poésie sur ce site jusqu'à assez peu encore... mais si je les partages dans ma vie de tous les jours, je me suis dit aussi que par ici, cela créerai surement de belles discussions.

Merci à vous pour votre "traduction" de ce texte, elle est carrément vraie !
ps : je ne connais pas mais j'irai écouter !

Amitiés,
Zoé

  ZZ
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
4751 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
17 août
  Publié: 3 mai à 15:51
Modifié:  3 mai à 15:52 par Lacase
Citer     Aller en bas de page

La faucheuse est passée maintes et maintes fois chez moi et j'en ai gardé comme une douleur indéfinissable... L'idée d'un fer chaud au coeur.
Depuis je vis avec mes morts et des fantômes m'accompagnent, je tente de les apprivoiser certains soirs quand ma vie se fait lente et il n'est pas de jour où je ne pense à eux...
Pourtant dans le même temps autour de moi la vie est là qui palpite et qui me sourit...
Merci pour cette belle réflexion.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 349
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0648] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.