Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 339
Invisible : 0
Total : 345
· Chevalier Liqueur · Le Poète Masqué · samamuse · QUOIQOUIJE · DeviousF
Équipe de gestion
· Maschoune
12998 membres inscrits

Montréal: 21 juin 01:58:27
Paris: 21 juin 07:58:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Aux copies trop conformes... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 25 févr à 11:48
Modifié:  25 févr à 13:32 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Poésie filiforme, tes poètes me lassent.
Leurs idées arrêtées, ne leur laissent aucuns choix.
Le temps s'est suspendu et stoppant leurs croissances,
Vouent un culte à l'hier ; c'est leur seule mission.

Poésie uniforme, tes élèves de classe,
Font de toi ; dictature et soumission aux lois.
Tous ces egos perdus, en spleen adolescence,
Ne sont plus capables, de la moindre évasion.

Poésie chloroforme : remède des masses.
Anesthésie le peuple en corrigeant d'un doigt
Désapprobateur, toute envie d'une licence,
Qui voudrait échapper aux forcées révisions.

Poésie "dans la norme", tes fanatiques chassent,
Les fautes de petites frappes "hors la foi",
Et ceux qui ne sont pas de ta pure semence.
Tu vois l'imperfection comme une malédiction.

Poésie cruciforme, tes fidèles dans la crasse
Marchent allègrement sur leurs chemins de croix.
Pour eux tout est faux, excepté l'unique sens
D'une langue morte, incapable d'ascension.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1406 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 25 févr à 12:07 Citer     Aller en bas de page

Très beau texte Jean-claude,

La Poésie est infinie ... toutes les déclinaisons sont possibles seule la rigidité de l'éducation scolaire est me semble t-il un frein à son ascension... SI j'aime parfois lire une poésie dite classique, je ne me lasse jamais de toutes ses sœurs moins rigoureuses sur la forme mais dont le fond reste tout aussi puissant ... Personnellement le rythme et le fond m'entrainent plus loin qu'une rime trop rigide...

Merci beaucoup

Mon amitié

Valérie

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
245 poèmes Liste
16044 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 25 févr à 12:45 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai qu'un mot "dommage"

superbement écrit et décrit par ailleurs

amicalement

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
21063 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 25 févr à 13:19 Citer     Aller en bas de page

Bien dit

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
389 poèmes Liste
11968 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 25 févr à 14:33 Citer     Aller en bas de page

Toutes les poésies sont belles car génératrices d'émotion.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 26 févr à 02:22 Citer     Aller en bas de page

Merci ; Valérie, Guid'ô, Aude et Magali, pour votre passage sous ces mots. Bises !

 
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
3400 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 26 févr à 04:07 Citer     Aller en bas de page

Ça c’est fait ! À vous les studios !

  "Écrivez ce qui vous gêne, en particuliers si cela ne gêne que vous."
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 27 févr à 09:18 Citer     Aller en bas de page

- Hi hi hi ! La Brune Colombe ; après ce reportage choc sur un des maux de ce monde, ici l'intransigeance, il est grand temps de rendre l'antenne.

- Barbamimi. Je sais, un texte tout bonnement :

GÉNIALISSIME !!!

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
4336 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 27 févr à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Tout mot qui alimente un imaginaire est poésie et l'imaginaire humain est infini

j'ai bien aimé ma lecture- bravo -

Amitiés

Yvon

  YD
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
9 juin
  Publié: 3 mars à 13:08 Citer     Aller en bas de page

Jean-Claude, il se pourrait bien que la poésie soit indispensable à celui qui l'écrit. Quant à la forme, ma foi, là aussi c'est affaire de choix.

Je te rejoins sur la poésie chloroforme contre laquelle il faut dresser la poésie polyforme, dont tu ne dis, hélas, mot.

Bizzz JB


  La vie commence à chaque instant.
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
196 poèmes Liste
6272 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 14 mars à 04:17 Citer     Aller en bas de page

j'ai aimé le texte et ses commentaires.
à l'école avec les par cœur, ce sont des momies qui sont proposé, pour faire naître des adaptations, des transformismes, ou des plagiats. pourtant les sauvegardes spontanées que nous oublions de faire, que nous emprisonnons, que nous détruisons, contiennent des richesses originales, pleines de sous entendus, qui sont des moi plein d'émoi.
alors merci à LPDP pour nourrir et faire étalage de ces marchés aux puces.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 3 mai à 11:13
Modifié:  3 mai à 11:13 par Jean-Claude Glissant
Citer     Aller en bas de page

Yvon, JB, Samamuse, merci pour vos mots laissés sous les miens. Contre quo ou quii je me dresse ? Eh bien contre ceux qui veulent figer la poésie à leur convenance. Ce peut être dans une époque. Ce peut être dans une forme. Dans un fond, qui voudrait que la poésie ne parle que d'une seule et même chose. C'est un texte contre tous les réducteurs. Et donc c'est un texte qui invite à toutes sorte de poésie.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 330
Réponses: 11
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0343] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.